Dying Still Lifes/Natures mourantes | Miranda | avril 2023

Diana Michener, série Head, réalisée à partir de 1986.

“Natures mourantes”, Claire Cazajous-Augé (dir.), Miranda (revue pluridisciplinaire du monde anglophone), Université Jean-Jaurès de Toulouse, avril 2023.


Dans Vibrant Matter : A Political Ecology of Things, Jane Bennett remet en question l’opposition traditionnelle entre matière inerte et matière animée. Elle montre que même les choses sans subjectivité ou intentionnalité apparente, telles que les débris, les objets de la vie quotidienne ou les aliments, sont composées de “matière vibrante” et agissent comme des “quasi-agents” qui participent activement à la transformation perpétuelle de la nature. Elle souligne que la mort n’empêche pas les corps humains et non humains de contribuer à la vivacité du monde : “Cette matérialité vitale se fige en corps, des corps qui cherchent à persévérer ou à prolonger leur course.” Les cadavres d’animaux et les plantes mortes ne sont pas inertes ; en effet, ils hébergent d’autres espèces (insectes, poissons, oiseaux de proie, etc.) qui s’en nourrissent et les détruisent simultanément, et ils sont souvent transformés en aliments ou en marchandises (les humains mangent la chair des animaux, utilisent leur fourrure, leurs peaux et leurs os pour l’habillement et l’agriculture). En d’autres termes, ils participent au flux énergétique du monde et illustrent la capacité infinie de recréation de la natura naturans (Spinoza).

L’art et la littérature peuvent nous aider à mettre fin aux séparations ontologiques – matière inerte contre vie organique, monde humain contre monde non humain – sur lesquelles reposent notre tradition et notre mode de pensée modernes. En effet, les artistes, les écrivains et les poètes ont souvent révélé la vitalité énergétique inhérente à toutes les choses et à leurs réseaux de relations complexes et dynamiques. Ils choisissent de représenter les corps morts ou mourants des animaux par des descriptions dynamiques et animées peuvent nous aider à renoncer à l’idée que les humains sont distincts du reste du monde. Elles montrent que “chaque chose, chaque être, est en relation constante avec les entités et les éléments qui l’entourent, négociant son passage et exerçant sa participation à l’émergence continue de ce qui est” (David Abram). Elles peuvent aussi nous permettre de percevoir et d’expérimenter la créativité de la nature et sa capacité infinie à générer de nouvelles formes, ce qui, à l’heure de l’Anthropocène et de la sixième extinction de masse, est devenu vital. Ils suggèrent d’en finir avec l’idée que nous sommes entourés d’un environnement dont nous sommes séparés et de reconnaître que nous interagissons avec d’autres entités naturelles, même au-delà de la mort.



Citer ce billet
vincentlecomte (2023, 24 avril). Dying Still Lifes/Natures mourantes | Miranda | avril 2023. Animots. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b74m

vincentlecomte

Vincent Lecomte est artiste, chercheur et enseignant en esthétique. Sa thèse, « Un Penser animal à l’œuvre », étudie les façons dont l’art convoque l’animal pour mettre en évidence d’autres consciences possibles du monde.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search