L’arche et la scène | Conférence dérapante | Cie du Singe debout et Anne Simon | Manufacture des Tabacs | Lyon | 10 mai 2023

 

 

UNE BÊTE ENTRE LES LIGNES – « L’ARCHE ET LA SCENE » (1h30)

Conférence dérapante

Manufacture des Tabacs, Auditorium Malraux, Université Jean Moulin-Lyon III

10 mai 2023, 18h00-20h10, gratuit – ouvert au public

Inscription en ligne obligatoire

Dans le cadre du colloque Scène(s), ce spectacle sera suivi d’un échange avec le public

Contact

France culture, Affaire à suivre, “A Lyon, la Cie du Singe Debout interroge les porosités de la frontière entre l’humain et l’animal”, 9 mai 2023


Avec Anne SIMON              conférencière, directrice de recherche en littérature et zoopoétique (CNRS/Ecole normale supérieure)

et la Cie du Singe Debout :

Jade DUVIQUET                   mise en scène et jeu

Cyril CASMEZE                     performances zoomorphiques et jeu

Michel SCHICK                      performances musicales et jeu

Maxime TAVARD                   régie lumières et sons

 


Entre les lignes de nos textes, de nos cultures et de nos vies, se glissent des bêtes – familières, indifférentes ou effroyables. Dans son essai de zoopoétique Une bête entre les lignes, Anne Simon aborde la richesse de nos relations aux animaux à travers les récits et les rêves des écrivains, mais aussi ces performances scéniques, poétiques ou narratives que sont la métamorphose et l’hybridité.

Dans L’animal que donc je suis, énumérant les animaux divers qui résistent à la catégorie réductrice d’« Animal », le philosophe Jacques Derrida écrit : « j’appelle Noé au secours pour n’oublier personne sur l’arche »… Après « Une bête entre les lignes » au Théâtre de la Reine Blanche (Paris, 2022), la conférence dérapante été remaniée pour le colloque « Vers une cartographie sémiotique des usages du vocable SCENE(S) » (Université Jean Moulin Lyon-3 Manufacture, 10-11 mai 2023) : elle met désormais en relation l’espace de la scène et le motif de l’arche, caisse de survie sur laquelle embarquent humains et animaux au moment du déluge. Les comédiens, le musicien et la chercheuse déploient leur animalité pour rendre compte de l’animation primordiale du langage, de l’écriture et du poétique : du souffle de l’oralité à celui de la création, des corps mouvants des bêtes aux lettres vives de notre alphabet. La conférence alterne dès lors lectures sensibles, corps-à-corps, soulèvements cosmiques, analyses scientifiques, performances zoomorphiques, dansantes et musicales pour inventer une nouvelle façon de mettre en scène le dialogue de la littérature, de la philosophie et de l’écologie.

Et si explorer charnellement les « livres-arches » de nos bibliothèques renouvelait notre entrelacement avec les autres vivants, nous permettant d’envisager autrement la scène des arts vivants et la transmission du savoir ?


 

 Anne Simon est directrice de recherche au CNRS et est rattachée au centre « République des Savoirs » à l’École normale supérieure (Paris). Elle y est responsable du Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine et de son carnet de recherche PhilOfr, du Pôle Proust et du carnet de zoopoétique Animots, dédié aux études animales littéraires et artistiques, dont elle a initié le développement. Spécialiste des « trafics » entre philosophie et littérature, elle s’attache aux dimensions poétiques, écologiques et politiques de l’animalité. Elle a notamment publié trois ouvrages sur Proust, ainsi qu’un essai de zoopoétique, Une bête entre les lignes (Wildproject, 2021).

 

Jade Duviquet et Cyril Casmèze – Cie du Singe Debout

Ils mêlent leurs univers : elle, du théâtre et des lettres, lui, de la géographie et du cirque. De leur passion commune pour l’animalité et le vivant, ils créent la Compagnie du Singe Debout dans laquelle ils explorent la porosité entre animaux humains et animaux non humains, la métamorphose et l’hybridation.

Depuis plus de 5 ans, ils créent et développent le concept de « Conférences dérapantes » : c’est bousculer le modèle traditionnel de la conférence pour artistiquement explorer et interroger notre relation au vivant en créant du sensible, de l’in situ, de l’immédiat.

 

Michel Schick, multi-instrumentiste et compositeur, est un coloriste qui explore le sensible. Le contre-chant onirique de ses clarinettes au son feutré est sa marque de fabrique.  Créateur de projets (Les Enfants Des Autres, Horse Raddish, Fanfarinha…) ou fidèle compagnon de route de nombreux artistes (Ignatus, Aldona, Bertrand Belin, Cie Decouflé , Cie Oposito,… ), son parcours  est une aventure plurielle et singulière.

 



Citer ce billet
yangjiezhao (2023, 26 avril). L’arche et la scène | Conférence dérapante | Cie du Singe debout et Anne Simon | Manufacture des Tabacs | Lyon | 10 mai 2023. Animots. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b74p

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search