HabitabilitéS | Université Paris Cité – Institut de Physique du Globe de Paris – Sciences Po | Paris | 21-23 juin 2023

Colloque « HabitabilitéS » – 21, 22 et 23 juin 2023

Université Paris Cité, Institut de Physique du Globe de Paris, Sciences Po

Pour conclure son cycle 2022/2023 de séminaires autour des hybridations plurielles de l’« habitabilité », le Centre des Politiques de la Terre organise les 21, 22 et 23 juin 2023 un colloque entremêlant jeunes chercheur.se.s et chercheur.se.s confirmé.e.s – issu.e.s des sciences naturelles et expérimentales, des sciences sociales et humaines & des sciences de la santé – ainsi que des acteur.trice.s publics, des militant.e.s et des artistes. Ce colloque aboutira sur la publication d’un ouvrage collectif.

© Anne-Sophie Milon

Savoir-habiter avec la Terre

Paris, 21, 22 et 23 juin 2023

 

Face à l’aggravation et la multiplication des crises écologiques à l’échelle planétaire, les appels à des recherches ouvertes, entre disciplines et vis-à-vis du reste de la société, se sont multipliés (Kates, 2011). Sécheresses, feux de forêts, inondations, mais aussi contaminations des milieux, déséquilibres des cycles biogéochimiques et dépassements de plusieurs limites planétaires, sont autant de phénomènes nécessitant des collaborations inédites entre sciences de la Terre, du vivant, de la santé et sciences humaines et sociales, ainsi que de nouveaux concepts favorisant ces collaborations. Notion frontière, l’« habitabilité » vise à permettre un dialogue interdisciplinaire : ce concept renvoie aux limites physiques qui favorisent la vie et aux conditions politiques, sociales, économiques de reproduction du vivant (Blanc et al., 2022, p. 10). Il met en outre à l’épreuve les collaborations entre scientifiques et non scientifiques, habitant.e.s, militant.e.s ou acteur.rice.s publics pour préserver l’habitabilité des milieux, et ce pour différentes espèces, dans un contexte de perturbation des équilibres planétaires.

Le nombre de propositions reçues pour ce colloque témoigne à la fois de l’intérêt de la notion et du caractère désormais brûlant des enjeux relatifs à l’écologie politique. Que l’on parle du changement climatique, de la chute de la biodiversité ou de l’Anthropocène, ces « événements  » ont ouvert des brèches inédites dans nos manières de nous représenter le monde et d’y agir (Fressoz, Bonneuil, 2013). Dans un contexte de mobilisations, mais aussi de répression croissante des mouvements sociaux en lutte pour plus de justice sociale, fiscale et environnementale (Fouillen et al. , 2022), ce colloque se veut la preuve par l’exemple des possibilités d’exploration commune ouvertes par ces brèches. Il explore à la fois les imaginaires et les pouvoirs  responsables des transformations environnementales et planétaires, ainsi que les formes d’action collective  permettant de les comprendre et d’y (ré)agir.  Dans un jeu d’échelles constant entre observations et pensées locales, globales et néanmoins situées (Haraway, 1988),  il vise aussi à appréhender les différents « états » de la Terre  et le rôle de la vie dans ses trajectoires (Clark, Szerszynski, 2020). Enfin, les pratiques scientifiques et profanes seront mises en regard avec des  pratiques artistiques et militantes, ordinaires et de l’action publique, visant la production et le maintien d’une planète et de milieux habitables, leurs fondements et leurs potentialités.

Les cinq sessions  interdisciplinaires discutent la production des mondes futurs, la vie dans les ruines ou les écosystèmes en cours d’effondrement, les pratiques de production, d’organisations et de maintien des milieux et environnements, les trajectoires terrestres et planétaires, et les normes scientifiques  régissant l’action collective. Les tables rondes sont des assemblées autour de la création de Centres à vocation d’interdisciplinarité écologique et des questions féministe et de décolonilaité. Le colloque s’ouvre également  à des artistes et d’autres pratiques sensibles. Le jeudi se conclut par la visite d’une installation, le vendredi par une représentation théâtrale.

En somme, ce colloque se veut une fenêtre, un pétri, mais aussi une caisse de résonance des recherches et des formes d’actions collectives engagées pour comprendre les transformations terrestres et pour « savoir-habiter avec la Terre ».

 

Informations pratiques

Le colloque débutera en fin d’après-midi le mercredi 21 juin à l’amphithéâtre Simone Veil, Sciences Po – 28 rue des Saints-Pères, Paris 7ème – et se prolongera les journées de jeudi 22 et vendredi 23 juin 2023 à l’amphithéâtre Buffon – 15 rue Hélène Brion, Paris 13ème.
La participation au colloque sera uniquement en présentiel.
Il n’y a aucun frais d’inscription.
Pour toute question, n’hésitez pas à contacter la chargée de projets du Centre des Politiques de la Terre, Anne-Sophie Milon – centredespolitiquesdelaterre@gmail.com.

 

Programme

 

Amphithéâtre Simone Veil, Sciences Po – 28 rue des Saints-Pères, Paris 7ème

Ouverture

17h-17h30

Présentation du Centre des Politiques de la Terre par l’économiste et le directeur de la formation et de la recherche à Sciences Po, Sergeï Guriev.

Expérimenter l’interdisciplinarité

17h30-19h • Table ronde animée par Jean-Noël Jouzel

Les porteur∙se∙s des projets financés par le Centre des Politiques de la Terre dans le cadre de l’AAP 2019 reviennent sur leurs pratiques et expériences de l’interdisciplinarité.

Alexandra Arènes et  Axelle GrégoireTerra Forma, Émeline Bailly et Cedissia AboutCréation, Bernard ReberResponsiveness, Maryline SpechtValorisation des données, Baptiste LanaspèzeCIRESE, Pascal GrouiezMeth’InTerE, Maud Devès et Louise Le VagueresseMAY’VOLCANO.

 

Animateur :  Jean-Noël Jouzel travaille sur les controverses liées aux enjeux de santé environnementale et de santé au travail. Il est directeur de recherche au CNRS, membre du Centre de sociologie des organisations (CSO), président de la section interdisciplinaire du CNRS 53, Sciences en société : production, circulation et usages des savoirs et des technologies et membre de l’Atelier interdisciplinaire des recherches sur l’environnement (Sciences Po).

 

 

Amphithéâtre Buffon, Université Paris Cité – 15 rue Hélène Brion, Paris 13ème

Introduction

09h30-10h

Gaëlle Charron et Léo Houdebine du groupe de travail Savoirs et Actions à l’Heure de l’Anthropocène (SAHA) déploieront les enjeux de durabilité au sein de l’Université Paris Cité.

Titre à venir

10h-11h • Conférence d’ouverture

Par la théoricienne critique et réalisatrice du département d’anthropologie à la Columbia University (New-York), Elizabeth Povinelli.

Résumé à venir.

 

11h-11h30 • Pause thé et café

 

Futurs. Écarter, instaurer, faire advenir des mondes

11h30-13h • Session thématique animée par Nathalie Blanc et Romain Leclercq

Cette session donne à voir des pratiques – souvent conflictuelles – de production, de maintien ou d’écartement de mondes physiques, juridiques ou numériques. Ce faisant, elle interroge les rapports au réel et le caractère politique de l’avenir, donnant ainsi des pistes pour leur investigation.

« #BlockSidewalk, suivre les traces d’une déstauration »

Grégoire Benzakin est doctorant en géographie humaine dans le département de Géographie et Urbanisme de l’Université de Toronto. Mêlant géographie des infrastructures et philosophie des sciences, son projet de recherche explore, à travers la notion des modes d’existence, la dimension pluriversale d’un projet de smart city Sidewalk Toronto abandonné en 2020 après plusieurs années de controverses.

 

« Repenser le droit à l’autodétermination pour défendre l’habitabilité d’un milieu au niveau international »

Clarisse Anceau est doctorante à l’École de droit de Sciences Po. Elle rédige une thèse de droit international public portant sur les perspectives féministes du droit à l’autodétermination des peuples. Elle enseigne également depuis plusieurs années un cours d’introduction aux approches féministes du droit au collège universitaire de Sciences Po.

 

« De l’habitabilité relative des mondes numériques investis par nos avatars, et de ses possibles effets en retour : concurrences, divergences ou synergies entre la réalité et les univers cybernétiques ? »

Étienne Armand Amato est maître de conférences en science de l’information et de la communication à l’université Gustave Eiffel et au laboratoire DICEN-IDF depuis 2014. Il y étudie l’audiovisuel interactif (jeux vidéo, réalité virtuelle), la communication ludique et les avatars médiatiques.

 Étienne Pérény est chercheur honoraire en communication et design interactif, membre du laboratoire Paragraphe de l’université Paris 8 et associé au laboratoire DICEN-IDF. Dès les années 1970, il expérimente à Vincennes la vidéo légère, à travers l’ethnologie et l’urbanisme, la vidéoscopie et la simulation architecturale.

13h-14h30 • Pause déjeuner

Habiter les ruines

14h30-16h • Session thématique animée par Soraya Boudia et Maud Devès

La crise des écosystèmes et la vie dans les ruines ont été largement investiguées ces dernières décennies, à la fois par les sciences de la Terre & du vivant et par les sciences humaines & sociales. Dans cette lignée, cette session interroge les représentations de l’effondrement et les possibilités d’habiter des mondes ravagés par le capitalisme, le colonialisme et l’extractivisme. Toutes font intervenir des acteur∙rice∙s non-scientifiques confronté∙e∙s à des processus de transformation – parfois violents – de leurs milieux de vie.

« L’habitabilité en train de se faire : une enquête collective à Sevran »

Clémence Seurat est éditrice, programmatrice artistique et membre associée du médialab de Sciences Po. Elle explore les champs de l’écologie politique et de la techno-critique.

Robin de Mourat est designer et chercheur au sein du laboratoire médialab à Sciences Po, dans lesquelles il élabore des techniques d’investigation expérimentale en dialogue avec les sciences humaines et sociales.

Thomas Tari est sociologue des sciences au médialab et responsable du centre d’exploration des controverses de Sciences Po.

 

« Sensitroph’- Du rivage, percevoir la mer. Détours sensibles pour les modélisations écosystémiques trophiques »

Joanne Clavel, est chargée de recherche au CNRS, au sein du LADYSS Université Paris Cité et associée au département danse de l’Université Paris 8. Écologue de formation, elle développe les humanités écologiques à partir des savoirs du corps et questionne aujourd’hui les enjeux somatiques et politiques de la disparition des vivants et des transformations écosystémiques à partir des expériences de natures vécues chez une diversité d’acteurs dont les cultivateurs du monde de l’art et du monde agricole.

 

« Récupérer notre terre, récupérer notre identité : expérience de lutte en territoire Lavkenche. »

Gicelle Milady Lepillan, infirmière et activiste mapuche environnementale, dirigente de la Corporacion Mapuche Nahuelbuta, crée pour promouvoir et protéger l’héritage culturel des peuples autochtones au Chili et cofondatrice de Pillan Kura, association communautaire de tourisme mapuche. Elle défend la justice sociale et le respect des communautés Mapuche et de leurs modes de vie et de penser. Gicelle vient de la communauté Cayucupil, Cañete, région de Biobío.

Mélanie Antin, Université de Paris Cité, laboratoire LADYSS, 3ème année de doctorat de socio-anthropologie, sous la direction de Igor Babou.

16h-16h30 • Pause thé et café

Cohabiter au sein des mondes universitaires

16h30-18h • Table ronde animée par Annelies Depoux et Richard Balme

Le Centre des Politiques de la Terre est un institut de recherches interdisciplinaires faisant se rencontrer chercheur∙se∙s en sciences naturelles & expérimentales, en sciences humaines & sociales et de la santé autour de problématiques liées à l’écologie politique. Cette ambition est partagée par d’autres Centres et Instituts d’Europe. Quelles sont les exigences et les difficultés de tels dispositifs interdisciplinaires de recherches ? Comment faire cohabiter les mondes académiques, militants et de l’action publique dans des trajectoires de transition ?

Intervenant∙e∙s : informations à venir

 

18h-18h30 • Pause thé et café

 

Trab’ssahl

18h30  • Exposition au centre d’art et de recherche Bétonsalon – 9 esplanade Pierre Vidal-Naquet, Paris 13ème

L’artiste Abdessamad El Montassir déploie une installation mêlant les codes du documentaire et de la poésie pour nous amener en territoire Sahouri et nous raconter à partir des voix de résistance, des vents, du sable et des plantes résilientes un conflit ininterrompu depuis près de 50 ans, entre souveraineté et autonomie avec le Maroc.

Événement en partenariat avec le centre d’art et de recherche Bétonsalon.

 

 

Amphithéâtre Buffon, Université Paris Cité – 15 rue Hélène Brion, Paris 13ème

Aménager des mondes

09h-10h30 • Session thématique animée par Sandrine Revet et Alexandre Gélabert

Cette session interroge les capacités des entités humaines et non-humaines à agir sur les espaces pour les rendre vivables ou stériles, habitables ou dégradés. Il s’agit de comprendre comment nos mondes sont peuplés d’une large gamme d’entités actives et comment leur habitabilité dépend de leurs inter- et intra-actions, de leurs modes de vie, des conflits et des controverses qui les lient.

« Quel rôle la vie joue-t-elle dans l’évolution de l’habitabilité de son environnement planétaire ? »

Boris Sauterey a passé sa thèse d’Écologie Théorique au sein du laboratoire d’« Éco-Évolution Mathématique » de l’Institut de Biologie de l’ENS et est actuellement post-doctorant à l’Institut des Sciences de la Mer de Barcelone (en télétravail depuis Paris). Il travaille sur la boucle de rétroaction entre biosphères (en particulier leur composante microbienne) et habitats.

 

« ‘Les roches les plus anciennes du monde’. Les montagnes du fjord de Nuuk au Groenland à l’épreuve de la gouvernance et de la définition multiscalaires des territoires de l’Anthropocène. »

Pia Bailleul, docteure en anthropologie, est post-doctorante au sein de l’ANR Rulnat. Elle est également membre du CESAH (Centre d’études sud-asiatiques et himalayennes) et affiliée au LESC (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative).

 

« Écologies perturbées et maladie des génies. Sur les réponses des entités invisibles à la construction d’un barrage hydroélectrique en Guinée. »

Benjamin Frerot est membre du Laboratoire d’Anthropologie des Enjeux Contemporains (LADEC) et de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD, unité TransVIHMI).

10h30-11h • Pause thé et café

Trajectoires terrestres. Être aux prises avec la Terre et ses milieux.

11h-12h30 • Session thématique animée par Jérôme Gaillardet et Xavier Coumoul

À la faveur du changement climatique et de l’anthropocène, la question des scenarii et des « trajectoires » de la Terre et des milieux ont pris une importance cruciale dans le débat scientifique et politique. Cette session questionne les trajectoires terrestres, des maladies et socio-écosystémiques pour les ancrer au sein d’histoires environnementales et anthropocéniques.

“Can we develop an ‘index of habitability’ for planet Earth?”

Mark Williams est professeur de paléobiologie à Leicester University (UK).

Sergei Petroviskiy est professeur de mathématiques appliquées à Leicester University (UK). Sa recherche se concentre sur les modélisations écologiques, avec un intérêt particulier pour la paléoécologie et les extinctions de masse.

Jan Zalasiewicz est professeur émérite de paléobiologie à Leicester University (UK).

Colin N. Waters est professeur honoraire à Leicester University (UK) et directeur de  l’Anthropocene Working Group.

Thomas H. P. Harvey est maître conférencier en géosciences à Leicester University (UK). Il s’intéresse aux liens entre les évènements de l’évolution et les transformations majeures du monde physique, en particulier au cours de la première diversification des animaux.

 

« Penser les maladies infectieuses émergentes depuis les milieux : vers une reterritorialisation de la santé »

Camille Besombes est médecin infectiologue et épidémiologiste à l’IRD de Montpellier. Ses études portent sur les racines écologiques des maladies infectieuses émergentes, l’écologie de la santé et les approches One Health / EcoHealth.

 

“Testing the concept of socio-ecological metabolism through the practice of interdisciplinarity: the case of agricultural modernization in Brittany (1850-2020).”

Clémence Gadenne-Rosfelder est doctorante à l’EHESS-CRH en histoire rurale, histoire environnementale et en études des sciences de l’agriculture.

Julia Le Noë est biogéochimiste territoriale et  chargée de recherche à l’IRD, iEES-Paris.

12h30-14h • Pause déjeuner

Bousculer les normes

14h-15h30 • Session thématique animée par Bernard Reber et Christophe Magnan

Cette session questionne les règles qui gouvernent la réflexion et l’action dans le contexte de l’anthropocène. Parfois implicites, souvent si ancrées dans les imaginaires et les formes d’actions collectives qu’elles en sont devenues invisibles, ces dernières sont néanmoins interrogées par la nécessité d’habiter le monde et des milieux abîmés ou en transformation. Les communications donnent à voir certaines « infrastructures » de nos manières de penser et d’agir sur le monde et fournissent des pistes pour les transformer.

« La norme des rêves perdus : pourquoi tenir encore à l’Holocène ? »

Pierre de Jouvancourt est docteur en philosophie et membre du Cetcopra (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

 

« Transformer la comptabilité pour habiter un monde commun. La démarche d’enquête sur ce qui compte vraiment face aux enjeux d’habitabilité »

Pierre Musseau est doctorant en science politique à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et rattaché au Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP/CNRS).

 

« Habiter des territoires toxiques. Repenser les sciences citoyennes dans l’anthropocène »

Soraya Boudia, historienne et sociologue des sciences, des techniques et de l’environnement, est professeure à l’Université Paris Cité, membre du Centre de recherche, médecine, science, santé, santé mentale, société (CERMES3, UMR 8211 CNRS-INSERM-EHESS-Université Paris Cité) et du Centre des Politiques de la Terre.

Justyna Moizard-Lanvin, sociologue des sciences et des techniques, est post-doctorante à l’Université Paris Cité, membre du Centre de recherche, médecine, science, santé, santé mentale, société (CERMES3, UMR 8211 CNRS-INSERM-EHESS-Université Paris Cité).

15h30-16h • Pause thé et café

Titre à venir

16h-17h30 • Table ronde animée par Isabelle Hillenkamp

La notion d’« habitabilité » se frotte à des perspectives décoloniales et d’inégalités de genre.

Myriam Bahaffou est doctorante en philosophie féministe. Elle s’intéresse aux relations inter-espèces dans une perspective décoloniale, et plus généralement intersectionnelle. Elle étudie, milite au sein des écoféminismes et explore les enchevêtrements et frictions entre le genre et le non-humain.  Son premier essai, Des Paillettes sur le compost. Ecoféminismes au quotidien (2022), est paru aux éditions du Passager Clandestin.

Chris Blache – anthropologue urbaine, co-fondatrice et co-directrice de l’association Genre et Ville – est experte dans les thématiques d’innovation urbaine et plus spécifiquement sur les stratégies et outils permettant de porter l’égalité de genre dans les territoires, Chris développe une approche ethno-socio-urbaine qui permet d’adresser les causes et les effets des discriminations, en questionnant notamment les rôles et fonctions normatives.  Une démarche qui s’inscrit dans une logique de construction égalitaire, durable et aussi respectueuse des personnes qui la composent que de l’environnement au sein duquel elles/ils interagissent.

Pascale Lapalud – urbaniste-designer, co-fondatrice et co-directrice de Genre et Ville – est spécialiste des nouvelles questions urbaines et de la mutation des environnements urbains, Pascale croise la pratique de l’urbanisme et la conception de projets d’aménagements avec le thème de l’égalité et du droit à la ville pour toutes et tous. Par une approche théorique de l’inclusivité et une mise en pratique sur le terrain, elle développe des outils d’empowerment et de visibilité des discriminations vécues par les femmes.

Émilie Notéris est une travailleuse du texte née en 1978.  Elle préface les anarchistes Voltairine de Cleyre et Emma Goldman – Femmes et anarchistes (éditions Blackjack, 2014)- , traduit des écoféministes – Reclaim! (Cambourakis, 2016), le Manifeste xénoféministe – et les militantes féministes Sarah Schulman et Shulamith Firestone – La Gentrification des esprits (B42, 2018) ; Zones mortes (Brook, 2020). Elle rédige en 2020 l’essai critique  Macronique, les choses qui n’existent pas existent quand même (Cambourakis – collection Sorcières) et une histoire féministe de l’art  Alma Matériau (Paraguay). Paraîtra en octobre 2022 aux éditions Les Pérégrines – collection Icônes, Wittig, un travail biographique à propos de Monique Wittig.

 

Animatrice : Isabelle Hillenkamp est socioéconomiste, chargée de recherche à l’Institut de Recherche pour le Développement et membre du Centre d’Études en Sciences Sociales sur les Mondes Africains, Américains et Asiatiques (IRD-CESSMA). Ses recherches, au Mexique, en Bolivie puis au Brésil, ont porté sur l’économie solidaire et l’agroécologie depuis une approche de genre. Elle coordonne actuellement le projet ANR GENgiBRe « Rapport à la nature et égalité de genre. Une contribution à la théorie critique à partir de pratiques et mobilisations féministes dans l’agroécologie au Brésil » (2021-2025).

Table ronde organisée avec la Cité du Genre.

17h30-18h • Pause thé et café

 

Matters

18h-19h • Pièce de théâtre

L’autrice Clémence Hallé et l’acteur Duncan Evennou ont créé un solo donnant forme et corps aux archives de la rencontre inaugurale du Groupe de Travail de l’Anthropocène, en octobre 2014 sur la scène de la Maison des cultures du monde, une institution de performances contemporaines berlinoise.

 

 

Amphithéâtre Buffon, Université Paris Cité – 15 rue Hélène Brion, Paris 13ème

Posters scientifiques

Toute la journée • Entrée de l’amphithéâtre Buffon

« Les outils d’observation spatiale aux prises des aléas météorologiques : comment la surveillance des crises humanitaires, sanitaires et écologiques représente la Terre »

Marvin Freyne est ingénieur de recherche au Ceped. Ses recherches en master de sciences sociales portaient sur la distanciation de l’aide humanitaire en Syrie via l’utilisation d’outils d’observation spatiale et les conséquences tant politiques qu’anthropologiques induites. Après un mémoire soutenu à l’EHESS en 2021 sous la direction de Laëtitia Atlani-Duault, il rejoint le Ministère des Solidarités et de la Santé au sein de la DGS avant d’entrer courant 2022 à l’Université Paris Cité pour travailler à l’Institut Covid-19 Ad Memoriam. Il ambitionne à terme de mener une thèse sur la surveillance et la prédiction spatiale des crises humanitaires.

 

« Entre développement et préservation de la montagne. Les mobilisations dans les stations de montagne des Alpes françaises  »

Thomas Curtet est doctorant en sociologie à l’université Paris-Dauphine (IRISSO). Sous la direction de Dominique Méda et Sabine Rozier, Thomas Curtet travaille sur la transition de deux stations de montagne qui développent des stratégies différentes face aux effets du dérèglement climatique.

 

« Habitabilité et présence humaine : trois échelles de la qualité du rapport individu-espace  »

Josepha Milazzo est géographe. Ses travaux s’intéressent aux liens mobilité-socialité-diversité – migrations incluses -, aux transformations des mondes ruraux et des villages, à la dimension psychosociologique et existentielle du rapport à l’espace et à l’altérité et à l’advenir de l’humanité et des sociétés (apports des arts, de la fiction prospective). Elle travaille à formaliser une géographie psychosociale et poursuit à cette fin des études en psychologie et en sociologie.

 

« Cosmopolitiques de la Terre, carte des sols d’Ile de France. »

Alexandra Arènes est architecte diplômée de l’ENSAG (2008), Sciences Po (SPEAP 2016), et docteur en architecture (Université de Manchester, 2022). Ses recherches et sa pratique portent sur la compréhension et la visualisation des paysages face au changement climatique à S.O.C (société d’objets cartographiques) et à Shaā (atelier d’architecture et d’urbanisme). En partenariat avec les scientifiques de la Zone Critique, elle développe des cartographies des cycles de la Terre : la Gaïa-graphie.

Axelle Grégoire est architecte, diplômée de l’ENSA-V. Formée à différents savoir-faire traditionnels ainsi qu’aux outils numériques, elle s’appuie sur la carte, le jeu et la narration comme méthode de conception et de recherche au sein de son studio Omanoeuvres – fondé en 2016. Elle travaille actuellement sur la représentation graphique des arbres comme outil de cognition pour repenser la relation des concepteurs de l’urbain au vivant, dans la cadre d’une thèse au CESCO du Muséum National d’Histoire Naturelle sous la direction d’Anne-Caroline Prévot. Elle enseigne également en Écoles de Design (ESAD Valenciennes, ENSCI) et elle développe des projets qui contribuent au renouvellement de la représentation des territoires comme membre de la plateforme de recherche Société d’Objets Cartographiques.

 

“What the future ocean has in common with an acute severe asthma attack?”

Giovanni Aloisi est directeur de recherches du CNRS en géochimie à l’Institut de Physique du Globe de Paris où il travaille sur le rôle de la vie dans les processus géologiques. Il applique des méthodes de géochimie (isotopes stables) en collaboration avec des médecins pour mieux comprendre la physiologie humaine. Il s’intéresse aux analogies entre le corps humain et le Système Terre.

 

« Perspectives technologiques : des versions contrastées de l’habitabilité »

Pauline Gourlet, chercheuse et designer, est actuellement post-doctorante au médialab de Sciences Po. Son travail de recherche s’intéresse aux problèmes publics liés aux développements de technologies numériques, avec une attention à la forme des enquêtes et à leur potentiel quant aux problèmes en jeu.

 

« Vers une culture de la cohabitation avec les loups sur la Montagne limousine. Retour d’expérience. »

Julie Olivier est chargée de production et de médiation au sein de l’association Quartier Rouge, située à Felletin, aux portes du Plateau de Millevaches. Quartier Rouge soutient des actions artistiques engagées dans un dialogue avec les enjeux de société, notamment dans l’espace public. Elle accompagne des individus ou des collectifs concernés par une situation sociale ou environnementale spécifique, des artistes ou des œuvres, dans leur capacité à engager de nouveaux modes de collaboration et d’action, à renouveler les représentations et les pratiques, à produire de nouveaux récits individuels et collectifs.

Benoît Verjat est designer de recherche. Avec des scientifiques, chercheur∙euse∙s, artistes, institutions publiques, collectifs situés, ou performeur∙euse∙s, il prend soin d’enquêtes, de dynamiques collectives, d’effets inattendus, ou de milieux de pratique. Depuis 2020, il prépare un doctorat en anthropologie au sein du LESC (Paris Nanterre), de l’IXDM (Bâle) et du Médialab de Sciences Po (Paris) portant sur des expériences transformatrices qui mobilisent des pratiques de mouvement, de simulation ou de mise en situation.

 

Comité scientifique

Alexandra Arènes

Isabelle Arpin

Sébastien Dutreuil

Malcom Ferdinand

Cédric Gaucherel

Olivier Hamant

Sophie Houdart

Maïté Juan

Thomas Lamarche

Nathalie Ortar

Géraldine Pfleiger

Bernard Reber

Marine Sarfati

 

Comité d’organisation

Les membres du bureau du Centre des Politiques de la Terre



Citer ce billet
Anne Simon (2023, 2 juin). HabitabilitéS | Université Paris Cité – Institut de Physique du Globe de Paris – Sciences Po | Paris | 21-23 juin 2023. Animots. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b756

Anne Simon

Anne Simon est Directrice de recherche au CNRS et Professeure à l'Ecole normale supérieure (Paris). Responsable du Centre international d'étude de la philosophie française–PhilOfr, elle anime les carnets PhilOfr, Animots, Pôle Proust et Prix Recherche au présent.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search