Le carnet Animots dans Télérama | Charlotte Fauve | L’écopoétique ou l’art toujours renouvelé d’écrire la nature | 13 mars 2023

Illustration de Marine Coutroutsios

Charlotte Fauve, “L’écopoétique ou l’art toujours renouvelé d’écrire la nature “, publié le 13 mars 2023 à 14h00 sur Télérama

 

L’écopoétique ou l’art toujours renouvelé d’écrire la nature. La grâce du grand pingouin, la solitude de la palourde ou le chant du criquet… La faune et la flore inspirent les auteurs contemporains, dans une démarche volontiers nourrie de rigueur scientifique.


Une journée d’hiver, un sentier moussu au milieu des chênes. Dans le lointain, un oiseau siffle. Un cri fluet, ténu, que Fabienne Raphoz a immédiatement reconnu. « Celui du roitelet triple bandeau, le chant le plus aigu du répertoire européen. Ma grande crainte, en vieillissant, c’est de perdre l’audition et de ne plus pouvoir l’entendre. Sans oreille, je suis aveugle », confie cette longue brune, qui dans la campagne bruissante semble saisir le moindre son. Jusqu’il y a un an, Fabienne Raphoz était éditrice. Avec son compagnon, Bertrand Fillaudeau, elle tenait la maison d’édition José Corti. Elle y a créé la collection Biophilia — « l’amour du vivant », une expression empruntée au biologiste américain Edward O. Wilson —, y publiant, indifféremment, sous couverture verte, des écrits transdisciplinaires, scientifiques, littéraires ou philosophiques, comme les Voyages (réédité en 2012) du naturaliste William Bartram ou, tout récemment, joli succès de librairie, Une pluie d’oiseaux (2022), essai ornithologique sous la plume de la chercheuse en littérature Marielle Macé.

En parallèle, Fabienne Raphoz écrit, passionnément, depuis un colombier perdu dans le Lot. Des réflexions naturalistes à l’image de La Saison des mousses, à paraître au printemps. Et surtout de la poésie, épopée sensible d’une nature dite sans lyrisme et avec rigueur scientifique, dont le sixième recueil sera consacré aux insectes. Odonates pour les libellules, hémiptères pour les cigales. « Ce sont eux qui me donnent les ordres, le ton. Ils me font redécouvrir ma langue, aussi parce que les insectes représentent un monde d’altérité et donc d’inventivité. Quoi de plus différent d’une fourmi qu’un papillon grand machaon ! » En France, Fabienne Raphoz est une tenante de l’écopoétique. Un fourmillant champ littéraire qui a crû en même temps que les craintes environnementales et qui, par ses manières d’écrire, vise à replacer l’être humain dans l’immensité du vivant et à changer la perception du lecteur sur la nature.

À rebours du romantisme
Bien qu’ayant percé dès la fin des années 1960, l’écopoétique fut longtemps marginalisée dans le monde des lettres. L’Encyclopédie de la poésie et de la poétique de Princeton, référence incontournable dans l’univers académique, ne l’accueille d’ailleurs que depuis 2012. L’écriture de la nature, en particulier sur le Vieux Continent, porte encore la marque du romantisme et de ses grandes envolées lyriques : la faune et la flore y sont le miroir des émotions de l’auteur. Tout le contraire de l’écopoétique. « C’est aller dans le jardin, mais pas le faire pleurer avec soi, s’exclame Fabienne Raphoz. Cela demande de sortir des petites fleurs et des petits oiseaux ! » Mission partagée, outre-Atlantique, par le poète Jonathan Skinner, plusieurs recueils à son actif sur les cactus ou les oiseaux, qui en 2001 décide de lancer la revue Ecopoetics, entre réflexion, expérimentation et invitation à aller se frotter au dehors. « À l’époque, écrire dans la nature était considéré comme naïf, voire rétrograde, se remémore l’universitaire. Au contraire, j’essayais de ne jamais écrire un poème sans faire une ou plusieurs marches. Ma première source d’inspiration se trouvait à l’extérieur, dans mon environnement immédiat. »

Pour ces auteurs, l’écopoétique, plus qu’une pratique de terrain, est une véritable caisse de résonance qui se nourrit de multiples disciplines afin de rapprocher le lecteur de l’araignée ou du passereau. Entomologie ou taxonomie pour Fabienne Raphoz, ornithologie ou acoustique pour Jonathan Skinner, qui, grâce à une bourse d’écriture, franchit, il y a une dizaine d’années, les portes de l’université de Cornell, siège du plus grand laboratoire ornithologique du monde. Il s’y imprègne des bruits d’une bibliothèque de millions d’enregistrements de nature et de discussions avec les scientifiques. « J’ai absorbé tout un vocabulaire, ainsi que les structures conceptuelles de sciences telles que la géologie, la biologie ou la météorologie, mais aussi initié des passerelles avec d’autres langages, d’autres cultures, en particulier amérindiennes : pour moi, une poésie interspécifique [qui prend en compte le rapport entre humains et non-humains, ndlr] est, par essence, transculturelle. » Diverse par nature, l’écopoétique emprunte donc d’innombrables visages, « et autant de façons différentes de raconter, explique l’auteur et traducteur Marin Schaffner. Je défends la notion de “bibliodiversité’’ : nos manières de dire modernes, très occidentales et cérébrales, gagnent à s’inspirer d’autres sociétés et d’autres vivants. Les plantes et les oiseaux aussi communiquent. »

Jonathan Skinner, poète
De cette diversité, témoigne l’échantillon varié rassemblé dans le recueil Des vivants et des luttes. L’écologie en récits (éd. Wildproject, 2022) : l’expansion du levain dans son torchon, une promenade sur les traces du poète chaman Gary Snyder… Dans cet ouvrage sont réunis les travaux de trente étudiants de l’atelier d’écriture du master « écopoétique et création », que Marin Schaffner a animé, avec la maison d’édition Wildproject, à l’université d’Aix-Marseille. Des fictions durables dans tous les sens du terme : « Écologiques, car elles permettent de rendre visibles, accessibles, et de s’approprier de nombreuses pensées et travaux scientifiques qui ne sont pas connus à leur juste valeur. » Que peut l’écriture quand les baleines à bosse disparaissent et les étourneaux font silence ? Faute de sauver la planète, peut-être inviter, le temps d’un paragraphe, à lui prêter attention. Plus que de connaissance et de compréhension, il s’agit aussi d’émotion et de sensibilisation. « J’ai toujours eu la conviction que les poètes avaient leur mot à dire et un rôle concret à jouer face à la destruction du vivant, confie Jonathan Skinner. Loin d’être réservée à une poignée d’intellectuels, la poésie est pour moi une pratique terrienne : je suis frappé, dans les ateliers d’écriture, de voir à quel point la fabrication d’un poème est une expérience unique. J’ai l’impression que cela touche les gens à un endroit inhabituel du cerveau. »
Coquillages et crustacés
En France, le genre a progressivement trouvé sa place au sein des programmes de recherche comme « Animots », lancé par la chercheuse au CNRS Anne Simon, autrice d’Une bête entre les lignes (éd. Wildproject, 2021), puis dans les formations universitaires, à l’image donc du master « écopoétique et création » lancé en 2018. Dans les librairies aussi, cette littérature environnementale et engagée couvre toujours plus de rayonnages et se taille une place jusque dans les prix littéraires – avec le prix Femina du roman 2022 attribué à l’autrice Claudie Hunzinger, pour Un chien à ma table, (éd. Grasset). Du côté du prix François Sommer — qui, depuis 1980, couronne chaque année un roman ou un récit explorant la relation entre l’homme et la nature —, les candidats potentiels sont toujours plus nombreux. « Il est impossible de se tenir au courant de tout, confirme le libraire Dorian Jude, qui appartient à l’équipe de présélection des ouvrages en lice. De plus en plus, fiction ou non fiction, le mot “nature” apparaît en quatrième de couverture. C’est un argument de vente, pas toujours employé à bon escient mais révélateur d’un engouement pour une question qui s’est politisée. » Autre changement de braquet : « Auteurs comme lecteurs sont maintenant des urbains. Leur intérêt pour la nature est parfois inattendu et se teinte d’une dimension morale forte, analyse l’écrivain Xavier Pattier, président du jury depuis une décennie.

Lien de l’article en ligne sur le site de Télérama



Citer ce billet
Anne Simon (2023, 19 juin). Le carnet Animots dans Télérama | Charlotte Fauve | L’écopoétique ou l’art toujours renouvelé d’écrire la nature | 13 mars 2023. Animots. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b75c

Anne Simon

Anne Simon est Directrice de recherche au CNRS et Professeure à l'Ecole normale supérieure (Paris). Responsable du Centre international d'étude de la philosophie française–PhilOfr, elle anime les carnets PhilOfr, Animots, Pôle Proust et Prix Recherche au présent.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search