Jean Lebrun – Le vif de l’histoire | “Le chien” | Billebaude | France Inter | 4 janvier 2023

La revue Billebaude consacre son dernier numéro aux chiens : France Inter, Le vif de l’histoire, 4 janvier 2023

 

Jean Lebrun s’arrête sur le dernier numéro de la revue Billebaude. La billebaude est une traque mais que mène le hasard. C’est aussi le nom d’une belle revue semestrielle que publient les éditions Glénat. Le thème cette fois en est donc le chien. Mais il faudrait conjuguer le mot au pluriel.


 

Les chiens descendent tous du loup gris qu’on trouvait en Eurasie et en Amérique du Nord. Mais ils sont peut être 800 millions ou un milliard dans le monde.

Les trois quarts d’entre eux sont des errants qui, pourrait-on dire, marronnent. Au Zimbabwe, on est passé de 250 000 chiens en 1950 à 1,4 million aujourd’hui. En Europe, à la fin du siècle dernier, on craignait ceux de Bucarest que des sites internet en France proposent encore d’adopter. Au début du XXème, à Istanbul, on en déporta 60 000 sur un ilot où ils s’entredévorèrent : ce fut comme un Stromboli vomissant des plaintes et des râles, écrivaient les journalistes qui approchèrent de ce lieu de malédiction .

En Chine, les chiens participent encore du cycle alimentaire de l’homme mais on isole maintenant des races qui sont destinées à vivre en sa compagnie. Il faut pour cela des opérations de sélection physiologique et un long processus cumulatif. Les chiens qu’on a dotés d’une psychologie affable convertissent les humains qu’ils rencontrent à prendre à leur tour des chiens de compagnie.

C’est ainsi que vivent avec nous plus de 7 millions de chiens en France. Mais là encore, que de disparités. Un dogue allemand pèse cent fois plus qu’un chien de manchon – qui tient dans un manchon – comme on disait au XVIIIème siècle

Les vétérinaires se sont peu à peu convertis aux soins des chiens domestiques. Mais cela ne s’est généralisé que depuis les années 1960.

Le cheval, coûteux et indispensable, était autrement important.

A Versailles, conçue pour la chasse, c’est le chien de meute qui attire le premier les attentions. Le premier des cinq chenils royaux construit par Mansart dispose de l’eau courante, de cheminées et de banquettes couvertes de paille et aussi d’une boulangerie fabriquant pour les 400 locataires le biscotin – composé d’une pâte de farine et de beurre.

Quelques privilégiés logent même dans les appartements royaux ou ils figurent aussi en portraits. Sous Louis XV, Miss, Turlu, Pompée, Florissant.

Mais le chien de meute doit rester dans la meute.

Le texte le plus étonnant de la revue Billebaude, celui de Charles Stepanoff, décrit admirablement la chasse à courre.

Les chiens de meute font leur apprentissage avec ses congénères, courant la forêt ou bien, au chenil, attendant la soupe : on met les chiens en ligne, ils se taisent et et au mot soupe – ils s ‘approchent pour manger.

Appartenant à la meute, en respectant les hiérarchies et la socialité, les chiens communiquent aussi avec les hommes. Il y a une musique des chiens. Alors qu’une dame l’invitait à l’opéra italien, un chasseur de l’aristocratie lui répondait : “Non merci, madame, mes chiens chantent bien mieux que vos Italiens et j’ai d’autant plus de plaisir à les entendre qu’ils chantent en plein air.” Mais il faut pour cela que l’oreille humaine se forme à reconnaitre la voix de chaque chien à chaque moment de la chasse : le “récri” hésitant quand est perdu le sentiment – la trace – de l’animal, le “récri”  convaincu quand la meute l’a retrouvé. A l’homme d’employer en écho un ton, le ton de la vénerie auquel les chiens sont très sensibles.

Pour qui ne veut pas connaitre la chasse à courre, elle n’est qu’un face à face inégal entre les hommes et le cerf. En réalité, dans la chasse à courre, ce qu’on voit du cerf, c’est-à-dire pas grand’chose, est moins important que ce qu’on entend du travail des chiens.

Chien de chasse, chien domestique, il est aussi des chiens de papier.

C’est au moment où Milou accompagne Tintin au Tibet et où Rantaplan se met dans les !as de Lucky Lucke que se développe la médecine vétérinaire des chiens.

En lisant le numéro de Billebaude, j’ai appris d’où venait le nom de Médor. Eh bien, de la presse de la monarchie de Juillet. Un des héros des Trois Glorieuses de 1830 tombé sur les barricades était enterré depuis longtemps que son chien Médor venait encore sur sa tombe. On le sanctifia.

Médor digne hériter d’Argos. Le chien d’Ulysse est -il d’ailleurs un chien de papier ? Il a a d’abord été chanté par la tradition orale. Dans sa jeunesse, il avait accompagné les hommes d’Ithaque qui poursuivaient les cerfs et les lièvres. Depuis le départ d’Ulysse, il gisait sur le fumier des bœufs et des mules. Mais quand son maitre revint, après dix-neuf ans, il le reconnut d’emblée et eut encore la force de remuer la queue et de baisser les oreilles avant de mourir.

Mais Billebaude offre des rapprochements plus originaux. Virginia Woolf, observant comment le chien ras la terre, traque les odeurs même nauséabondes, court, s’arrête, varie les rythmes et les vitesses, conclut : si son flair pouvait se traduire en mots le chien serait un de nos plus grands poètes.

Billebaude numéro 21, comme les précédents, est publié aux éditions Glénat.

Lien vers l’émission sur le site de France Inter



Citer ce billet
Anne Simon (2023, 19 juin). Jean Lebrun – Le vif de l’histoire | “Le chien” | Billebaude | France Inter | 4 janvier 2023. Animots. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b75b

Anne Simon

Anne Simon est Directrice de recherche au CNRS et Professeure à l'Ecole normale supérieure (Paris). Responsable du Centre international d'étude de la philosophie française–PhilOfr, elle anime les carnets PhilOfr, Animots, Pôle Proust et Prix Recherche au présent.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search