Ruades ! | Street art | Haras National du Pin | juil.-oct. 2023

Andrea Ravo Mattoni pour l’exposition Ruades !

“Ruades ! Cinq street artistes brossent le cheval au Haras national du Pin”

Œuvres de : Nadège Dauvergne, Philippe Hérard, Madame, Andrea Ravo Mattoni, WAR!

Haras National du Pin
61310 Le Pin au Haras

Tous les jours du 8 juillet au 1er octobre de 10h à 18h sans interruption, puis horaires spécifiques (se renseigner auprès du Haras)

Du 08 Juil 2023
Au 05 Nov 2023

Tarifs :
Plein tarif : 9 €

www.haras-national-du-pin.com

Le Haras national du Pin propose, pour la première fois de son histoire, dans le cadre de ses expositions temporaires, de découvrir l’univers de cinq street artistes dans une exposition indoor / outdoor.

Cette année, c’est une collaboration artistique de cinq artistes qui prend possession des lieux pour apporter un regard différent sur ces êtres uniques que sont les chevaux. De la bombe aérosol, au collage réversible en passant par la peinture acrylique, venez admirer le travail de Nadège Dauvergne, Philippe Hérard, Madame, Andrea Ravo Mattoni, ou encore WAR! Vous trouverez également des croquis préparatoires ou encore d’autres œuvres de ces artistes dans l’espace d’exposition temporaire, en complément des œuvres de street art.

Ces cinq artistes ont fait l’objet d’un choix artistique par les deux commissaires de l’exposition : Muriel Meneux et Cyrille Gouyette, spécialiste du street art.

Les cinq artistes urbains s’emparent du lieu pour y dépeindre le cheval sous ses différentes occurrences pour mieux interroger notre relation à l’animal et partant, au monde. Si certains ont fait du genre animalier leur spécialité, pour d’autres, c’est l’occasion rêvée de s’y frotter. Et d’inviter l’équidé dans leur univers fantaisiste.

À dada ! Petits chevaux ou destriers, portrait équin ou galop peint… autant de sujets équins à décliner par le trompe-l’œil ou l’intelligence artificielle. En nacelle plutôt qu’en selle, équipés de bombes et de perches, collant ou brossant, ces artistes nous offrent un panorama des techniques de l’art urbain aujourd’hui et nous invitent à une chevauchée esthétique au gré de leurs styles variés. Si Géricault, Stubbs ou Delacroix les ont parfois inspirés, c’est de façon débridée que les artistes s’emparent du sujet et du contexte, dans un jeu de piste à travers les écuries.

Accueilli dès l’entrée par le pur-sang artificiel d’Andrea Ravo Mattoni, le visiteur s’aventure au haras du pin sur la piste de chevaux fictifs. De facture réaliste, sous un trait parfaitement dompté, les juments de Nadège Dauvergne apparaissent dans des situations surréalistes héritées de René Magritte. Brossés plus librement, les mustangs de WAR! s’ébattent sans entraves, loin des boxes et des paddocks, adressant un pied-de-nez à toute idée d’élevage. Plus oniriques, les chevaux de Madame caracolent entre dictons et injonctions quand ceux de Philippe Hérard, réduits à l’état de pions, se livrent à de curieux manèges… Ce faisant, les artistes s’approprient le haras pour en interroger la fonction même : reproduction, sélection, élevage… pour le militaire ou le joker ? L’amélioration de la race, jadis, a laissé place à sa préservation mais l’exigence de performance reste présente. Métamorphosé le temps d’un été, le haras du Pin nous invite à reconsidérer notre rapport au monde, au réel et à la fiction, à faire un pas de côté grâce à des artistes décalés. À cheval, gens d’art !



Citer ce billet
vincentlecomte (2023, 24 juin). Ruades ! | Street art | Haras National du Pin | juil.-oct. 2023. Animots. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b75i

vincentlecomte

Vincent Lecomte est artiste, chercheur et enseignant en esthétique. Sa thèse, « Un Penser animal à l’œuvre », étudie les façons dont l’art convoque l’animal pour mettre en évidence d’autres consciences possibles du monde.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search