Que peut la littérature pour les vivants ? | Cerisy-la-Salle | 26 juin-2 juillet 2023

QUE PEUT LA LITTÉRATURE POUR LES VIVANTS ?


DU LUNDI 26 JUIN (19 H) AU DIMANCHE 2 JUILLET (14 H) 2023



ARGUMENT :

Que peut la littérature face à l’urgence écologique ? La question indique que l’époque de l’autoréférentialité, qui avait dominé les études littéraires en France, est révolue tandis que s’accumulent les ouvrages et les colloques révélant une littérature qui s’est remise à écrire le réel et surtout à l’interroger avec autant d’inquiétude que de précision, en même temps qu’elle continue d’interroger ses propres formes, c’est-à-dire ses propres forces pour révéler, traduire, faire sentir un monde que l’on dit entré dans l’ère de l’anthropocène.

Après d’autres tentatives récentes pour cerner ce que peut la littérature, de manière générale ou plus spécifiquement appliquée à la crise contemporaine du vivant, il s’agira d’entrer dans le détail des textes d’aujourd’hui, des écrivains d’abord, mais aussi des critiques, à partir d’un double corpus, francophone et anglophone, que l’on s’efforcera de faire dialoguer au-delà d’une méfiance devenue obsolète. La réflexion collective portera donc sur les effets et les pratiques de la littérature, depuis 1980, quant à nos relations avec les vivants : de quelle manière parvient-elle à en transmettre une connaissance nouant données scientifiques et vécus intimes, raison moderne et raison ante- ou anti-moderne, à rendre compte de la désorientation des individus et de la sauvagerie des âmes, à travailler nos émotions de terreur ou de joie, d’écoanxiété ou d’enchantement, de colère, d’espérance, à révéler nos dissonances cognitives, à réveiller notre conscience politique ?

Cette rencontre, ouverte à toute personne intéressée par le sujet, s’élargira encore grâce au partage de certaines séances, soirées ou promenades avec le colloque en parallèle : Le renouveau du sauvage.


MOTS-CLÉS :

Animaux, Ecocriticism, Ecopoetics, Écopoétique, Écosensibilité, Émerveillement, Empathie, Interactions anthropozoologiques, Littérature contemporaine, Littérature environnementale, Nature, Végétaux, Vivants


CALENDRIER :

Lundi 26 juin
Après-midi
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée
Présentation du Centre, des colloques et des participants


Mardi 27 juin | En commun avec le colloque en parallèle : Le renouveau du sauvage
Matin
LA PLACE DU SAUVAGE DANS NOS CIVILISATIONS
Raphaël LARRÈRE : Le sauvage, le domestique et l’entre-deux | Colloque en parallèle
Bénédicte MEILLON : Changer de paradigmes par le biais de l’écopoétique : quand la littérature compose sur le mode du “réalisme liminal” pour amplifier notre Umwelt et réenchanter le monde

Après-midi
Jacques TASSIN : Maurice Genevoix, natures pensées, natures sensibles | Colloque en parallèle
Marie CAZABAN-MAZEROLLES : La tornade, l’ours et le crocodile : crise des récits et des statuts à l’heure du grand dérangement
Rémi BEAU : Figures contemporaines du sauvage : le nouveau, l’ancien et le trouble | Colloque en parallèle

Visite de l’exposition “Danse et anamorphoses sylvestres” réalisée par Bénédicte MEILLON et Caroline GRANGER

Soirée
Visite du château puis promenade dans le parc


Mercredi 28 juin
Matin
REPRÉSENTATIONS DES CONFLITS ÉCOLOGIQUES
Xavier GARNIER : Lecture écosystémique des littératures africaines
Sara BUEKENS : Impérialisme écologique et ontologique : la représentation des monocultures dans la littérature africaine contemporaine
Pierre SCHOENTJES : “Le sang se mit à couler”. Littérature, environnement et (non-)violence dans les années 70

Après-midi | En commun avec le colloque en parallèle : Le renouveau du sauvage
REGARDS SUR LE SAUVAGE
Virginie MARIS : Critiques et ressources de l’écoféminisme pour penser un ré-ensauvagement émancipateur | Colloque en parallèle
Anne SIMON : Nature, sauvage, vivant… : mots-mana ou mots-tabous ?
Charles STÉPANOFF : Le sauvage et le domestique en Europe rurale : hybridations néolithiques et divorce moderne | Colloque en parallèle

Soirée | En commun avec le colloque en parallèle : Le renouveau du sauvage
Roman et science face aux biocides, débat animé par Noël CORDONIER, avec la participation de Gisèle BIENNE (autrice de La Malchimie) et de Gilles-Éric SÉRALINI (biologiste, spécialiste des OGM et des pesticides, auteur de L’Affaire Roundup à la lumière des Monsanto Papers)


Jeudi 29 juin
Matin & Après-midi
QUE PEUT LA LITTÉRATURE POUR LE VÉGÉTAL ?
Rachel BOUVET & Stéphanie POSTHUMUS : Reconnecter avec le végétal par l’imaginaire littéraire contemporain

“HORS LES MURS” — VISITES | Présentation
• Les falaises littorales de Carolles et Champeaux — Conservatoire du littoral
• La grande Noé (bois de pente et ancienne carrière) — CEN Normandie


Vendredi 30 juin
Matin
HABITER POÉTIQUEMENT LA TERRE
Michel COLLOT : De l’écosensibilité
Judyta ZBIERSKA-MOŚCICKA : Entre l’attention et l’émerveillement. À propos de quelques textes contemporains (Bienne, Mahy, Malinconi)
Jean-Paul ENGÉLIBERT : Changer d’échelle, approfondir le temps. Quelques ressources des fictions contemporaines

Après-midi
RÉPARATIONS ÉCOPOÉTIQUES DU VIVANT
Jean-Christophe CAVALLIN : Écologie littéraire : impasses de la réparation
Jean-Claude PINSON : Du peu que peut la poésie pour les vivants en sursis que nous sommes | Entretien avec Colette CAMELIN

Soirée | En commun avec le colloque en parallèle : Le renouveau du sauvage
Témoignages sur la libre évolution en Normandie, animée par Lydie DOISY, avec Sébastien ÉTIENNE (Office National des Forêts), Nicolas FILLOL (Parc naturel régional des Maris du Cotentin et du Bessin) et Thomas GUILLORE (Association Hydroscope) | Colloque en parallèle


Samedi 1er juillet
Matin
DÉFENDRE LES VIVANTS : PUISSANCE DU DROIT, PUISSANCE DE L’IMAGINATION
Christine BARON : Nature, vivant et droit
Riccardo BARONTINI : Imagination littéraire et crise climatique

Après-midi
POUR LES VIVANTS ANIMAUX
Bertrand GUEST : De l’importance de mots vivants dans l’équilibre de la bio-sémio-sphère
Frédérique SPILL : “L’animal que donc je suis” : réversibilité de l’animal et de l’humain dans Sing, Unburied, Sing (2017) de Jesmyn Ward
Alain ROMESTAING : Que fait la littérature face à la mort animale ?

Soirée | En commun avec le colloque en parallèle : Le renouveau du sauvage
Benjamin AUDOUARD & Mathilde GILOT (Collectif SMOG) : Terminus sauvage [transcription artistique du colloque] | Colloque en parallèle


Dimanche 2 juillet
Matin
“Rapports d’étonnement” préparé par les doctorants et les jeunes docteurs :
Mascha CANAUX, Julie FORTIN et Noémie MOUTEL (Université de Perpignan Via Domitia)
Caroline GRANGER (Jeune docteur enseignant dans le secondaire)
Juliette PEILLON (Université de Bretagne Sud)
Nathanaële CORRIOL, Zahra ESMAEILI KHOSHMARDAN et Yixuan SU (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)
Gabriel EYENGA-AZOMBO (Université Clermont Auvergne)



Citer ce billet
Anne Simon (2023, 28 juin). Que peut la littérature pour les vivants ? | Cerisy-la-Salle | 26 juin-2 juillet 2023. Animots. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b75k

Anne Simon

Anne Simon est Directrice de recherche au CNRS et Professeure à l'Ecole normale supérieure (Paris). Responsable du Centre international d'étude de la philosophie française–PhilOfr, elle anime les carnets PhilOfr, Animots, Pôle Proust et Prix Recherche au présent.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search