Exposition “Devenir l’Autre, Incursions dans les mondes animaux”

ANTECEDENCE

Galerie Ephémère

Chris Herzfeld, Dominique Lestel,  Catherine de Clippel

Devenir l’Autre,  Incursions dans les mondes animaux

Ferme du Pont de Bois,  Centre d’Art Culture/Nature

21 mai – 23 septembre 2011

Rue Diale Colas 5,  6530 Thuin

00.32.(0)71.51.00.60 / 00.32.(0)477.55.89.29

galerie.ephemere@skynet.be

Catherine de Clippel, Dominique Lestel et Chris Herzfeld présentent à la galerie Ephémère différents travaux qui remettent en cause la frontière hygiénique entre l’homme et l’animal, et la volonté de se séparer à tout prix de la nature. L’homme ne s’est pas constitué contre l’animal, il s’est construit avec l’animal, tout contre l’animal.

A travers leurs pratiques artistiques, les auteurs explorent des formes de vie inédites avec les animaux. Catherine de Clippel les expérimente par le biais des archétypes africains. Dominique Lestel mobilise les poissons comme vecteurs d’une reconfiguration de l’humain. Chris Herzfeld introduit des singes anthropoïdes sous différentes formes en des lieux d’où ils sont habituellement absents. Leurs travaux rendent intelligibles et expérimentables des dimensions inhabituelles du monde animal. Ouvrant ce monde au public, ils permettent de s’impliquer dans une autre façon de se penser et de penser l’animal.

Eloignée d’une appropriation opportuniste de thématiques porteuses, leur démarche artistique se nourrit d’une longue expérience de terrain et d’une structuration théorique forte. Ni dans la subversion, ni dans l’ironie, l’esthétique recherchée lie intrinsèquement l’art et la philosophie, l’art et l’anthropologie, l’art et la science. Nous sortons là du post-moderne pour s’engager dans un espace inédit où émerge une dimension esthétique du concept, où art et concept se renforcent.

Chris Herzfeld, Working Apes

Chris Herzfeld propose une série de trois sculptures représentant des grands singes impliqués dans des tâches longtemps pensées comme étant l’apanage de l’homme : la gorille Koko plongée dans un livre d’image, la chimpanzé Panzee en train de tracer des signes ressemblant à de l’écriture et l’orang-outan Wattana en pleine activité de nouage. Lorsqu’ils vivent en lien étroit avec les humains, les grands singes se réapproprient en effet différentes techniques, compétences et savoir-faire humains qui les intéressent profondément et dont ils deviennent de véritables experts : nouage, écriture, peinture, lecture, etc.

Ils manifestent alors un réel enthousiasme, un plaisir grave et joyeux à faire ce qu’ils savent bien faire, incarnant de manière étonnante la notion phénoménologique de Funktionslust (plaisir de la fonction, jouissance à faire ce que l’on sait bien faire). Inscrites dans une réflexion sur le brouillage de la frontière dressée entre l’homme et l’animal, ces sculptures tentent de témoigner de ces transformations d’ethos. La flexibilité, la Funktionslust et le sens esthétique manifestés par ces anthropoïdes rencontrés par l’artiste lors de ses recherches de terrain, se situent au-delà d’une division entre nature et culture : ils expriment une communauté essentielle, une commune ouverture au monde.

Un peu plus grands que nature, les Working Apes prennent place dans des lieux fréquentés par des humains, espaces publics, musées, galeries ou lieux privés. Ils permettent de la sorte une certaine forme de cohabitation entre les êtres humains et leurs plus proches cousins phylogénétiques, en un espace ludique où se réinventent les identités et les alliances. A travers ses travaux, Chris Herzfeld interroge en effet des hiérarchies de tout temps admises et qui scellent une constante supériorité de l’homme sur les autres animaux, ainsi qu’une séparation radicale entre eux. L’artiste travaille essentiellement sur le brouillage de la frontière artificiellement érigée entre nature et culture, sauvage et domestique, humain et animal.

En contraste avec leur aspect coloré et enfantin, ces travaux traitent d’un enjeu majeur qui relève du politique, d’une circulation entre différentes communautés et de nouvelles formes de « vivre-ensemble » où le vivant serait davantage respecté. Mimésis ludiques et colorées, les Working Apes qui mêlent art, primatologie et philosophie, revêtent un caractère de fétiche et acquièrent une valeur culte. La couleur participe également de l’œuvre, non seulement sculpture mais aussi couleur spatialisée.

www.chrisherzfeld.com

Audrey Lasserre

Chargée de mission

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.