Expressions littéraires et artistiques de l’anthropo(s)cène | Saint Mary’s University & Dalhousie University (Nouvelle-Écosse, Canada) | date de remise des propositions 01 déc. 2023 | 17-19 oct. 2024

Expressions littéraires et artistiques de l’anthropo(s)cène

Saint Mary’s University & Dalhousie University (Nouvelle-Écosse, Canada)
Du 17 au 19 octobre 2024

 Jean-Christophe Cavallin dit que « tous, un jour ou l’autre, nous entrons dans l’anthropocène parce qu’une crise intime de présence au monde nous ouvre soudain les yeux sur le drame du terrestre et sur l’effort incroyable que nos systèmes de production dépensent pour invisibiliser ce drame et ses conséquences. »[i] Catastrophes climatiques, modifications irréversibles des écosystèmes terrestres, extinctions de masse, appauvrissement des sols, ne sont que quelques-unes des manifestations des crises qui représentent une menace existentielle à la survie de l’espèce humaine. 

Quoique contesté dans les premiers temps pour son inaptitude à identifier et définir clairement les facteurs et les acteurs mis en cause (dimension universaliste du terme « anthropos »), le concept anthropocène n’en a pas moins le mérite de signaler une rupture avec l’équilibre géologique qui caractérise l’holocène (époque géologique la plus récente) et d’en attribuer les causes à certaines formes anthropiques d’agir. Face à ces limitations, une constellation d’autres « thèses anthropocéniques » (Quenet, 2017, p. 268), certaines descriptives (le plasticocène, le thermocène, le technocène parmi d’autres), d’autres à caractère plus prescriptif (le chthulucène, l’indigénocène), ont été avancées pour objectiver des formes d’agir anthropiques coupables ou désirables. On pourra trouver chez Phillip Usher (2016), Bonneuil et Fressoz (2013) et Armel Campagne (2017) des listes non-exhaustives de ces concepts qui mettent en lumière des causes historiques mais également des caractéristiques des forces à l’œuvre dans ces bouleversements. 

Deux thèses, le Capitalocène (Malm, 2014) et le plantationocène (Haraway, 2014, 2015), ont cependant dominé les débats sans pour autant clore les discussions. Ces deux thèses mettent en cause un ordre mondial configuré et structuré autour d’un programme idéologique axé sur les « trois divinités conjointes » de « l’Efficacité (technique), la Rentabilité (économique) et l’Objectivité (scientifique) » (Latour, 2004, p. 5). Si la thèse du capitalocène – et ses corollaires de l’éconocène (Norgaard, 2013), du phagocène (Bonneuil et Fressoz, 2016) et du growthocene (Chertkovskaya et Paulson, 2016) – pointe du doigt la logique de valorisation capitaliste caractérisée par l’assignation d’une certaine valeur monétaire à des ‘produits’ (humains ou non-humains, vivants ou non-vivants), le plantationocène interroge une gamme plus large de phénomènes liés à des processus d’aliénation, de dépossession et d’extinction de masse (écocides, ethnocides) qui ont accompagné la colonisation des Amériques. 

 À l’instar de l’engagement littéraire qui avait marqué le début des années 1940, véritable combat pour la condition humaine que Sartre qualifiait de « littérature des situations extrêmes » en réponse à la crise profonde de l’humanisme européen, Cavallin prône « une littérature de l’anthropocène [qui] doit refaire le geste sartrien »[ii] face aux enjeux des menaces qui pèsent aujourd’hui sur les écosystèmes planétaires. 

Quand d’aucuns appellent à la création de « nouvelles manières de raconter le monde »[iii], d’autres comme Cavallin appellent à la résurgence de pratiques du récit qui réinstaurent un « entretien symbolique des lieux que nous habitons » et à « cultiver des imaginaires de proximité », de « rapprocher les lieux de culture […] et la culture des lieux »[iv]. Dans le prolongement de la réflexion de Jean-Paul Engélibert à partir de la question « Comment écrire l’anthropocène? »[v], nous souhaiterions engager les participants dans une réflexion sur la manière dont l’Anthropocène s’invite dans les représentations littéraires et visuelles. Le colloque Expressions littéraires et artistiques de l’Anthropo(s)cène est une invitation à réfléchir collectivement à la façon dont les grandes formes de la littérature – le roman, la poésie et le théâtre –, ainsi que les arts visuels et les arts de la scène intellectualisent et donnent à voir les bouleversements en cours. 

On pourra s’intéresser à différentes questions : 

–        Les modalités suivant lesquelles les arts littéraires et visuels s’ouvrent aux angoisses grandissantes et aux critiques à l’encontre des évolutions de nos sociétés aujourd’hui et sur la manière dont les enjeux sociétaux et planétaires sont problématisés et sont représentés. 

–        La façon dont certains genres littéraires en particulier, tels que la fiction écologique et la science-fiction, terreaux créatifs naturellement fertiles pour s’interroger sur le présent, négocient ces enjeux. On pourra s’intéresser plus particulièrement à des sous-genres de la science-fiction tels que le futurisme autochtone, le futurisme queer, ou encore l’afrofuturisme. 

–        La place des affects dans un monde caractérisé par une forte charge anxiogène[vi]. Ces affects peuvent être liés à des positions sociales, à des idéologies, à des individus ou à des collectifs, à des modes d’action et avoir un rôle moteur ou inhibiteur dans le cadre du récit. 

–        L’émergence de nouvelles topologies relevant de la mise en relation d’objets ou d’événements de différentes réalités – du vivant et du non-vivant, de l’humain et du non-humain – à différentes échelles temporelles et/ou spatiales (Bourriaud, 2021). On pourra s’intéresser entre autres à des formes particulières de collaboration. 

–      De nouvelles formes narratives d’objectivation du monde intégrant des pratiques d’enquête faisant intervenir une multiplicité de discours (scientifique, journalistique…) (Demanze, 2019).

Nous invitons les chercheur.es intéressé.es à nous envoyer leur proposition de communication qui pourra traiter de problématiques variées basées sur des analyses d’œuvres singulières ou des études comparatives. Nous souhaitons encourager particulièrement les jeunes chercheur.es à participer à cette réflexion collective. 

 Les propositions de communication devront être rédigées en français et seront accompagnées d’une biobibliographie. Elles seront à envoyer au plus tard le 01 décembre 2023 à Jean-Jacques Defert (jean-jacques.defert@smu.ca) et à Sophie Beaulé (Sophie.Beaule@smu.ca). 

 Le colloque se tiendra en personne (à moins que des mesures sanitaires nous en empêchent). Les personnes ayant soumis une proposition de communication recevront un message du comité scientifique d’évaluation avant le 31 décembre 2023 les informant de leur décision. De plus amples informations vous seront données ultérieurement concernant les frais d’inscription au colloque et les aides financières éventuelles à la participation des jeunes chercheur.es. 

 Membres du comité d’organisation du colloque : 

–        Sophie Beaulé (Saint Mary’s University)

–        Christina Brassard (Dalhousie University)

–        Jean-Jacques Defert (Saint Mary’s University)

–        Annick MacAskill (Saint Mary’s University)

–        Larry Steele (Mount Saint Vincent University)

–       Juliette Valcke (Mount Saint Vincent University)

Site Web : https://www.smu.ca/anthroposcene2024/



Citer ce billet
vincentlecomte (2023, 29 octobre). Expressions littéraires et artistiques de l’anthropo(s)cène | Saint Mary’s University & Dalhousie University (Nouvelle-Écosse, Canada) | date de remise des propositions 01 déc. 2023 | 17-19 oct. 2024. Animots. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b76t

vincentlecomte

Vincent Lecomte est artiste, chercheur et enseignant en esthétique. Sa thèse, « Un Penser animal à l’œuvre », étudie les façons dont l’art convoque l’animal pour mettre en évidence d’autres consciences possibles du monde.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search