Jade Duviquet, Cyril Casmèze et Vincent Lecomte | La compagnie du Singe debout : incarner l’autre vivant | Carnet Animots | nov. 2023

Entretien de Vincent Lecomte avec Jade et Cyril de la Compagnie du Singe debout

La compagnie du Singe debout est le fruit de la rencontre entre Jade Duviquet et Cyril Casmèze. Plus de vingt ans de complicité permirent la création de nombreux spectacles ayant pour dénominateur commun d’interroger ou plutôt de laisser s’exprimer les animaux dont nous sommes habités. S’adressant aux publics les plus variés, la compagnie propose de jouer avec les images – ou de s’en jouer – que nous nous faisons d’un bestiaire familier et qui pourtant, d’une certaine façon, reste inaccessible. Hérités autant du théâtre que de l’observation zoologique, à la croisée du jeu, voire d’autres arts, et de la communication scientifique, ces spectacles donnent à voir un corps humain comme visité par l’esprit d’un autre vivant. En effet, l’animalisation de Cyril, que Jade met en scène et avec laquelle elle dialogue ou à laquelle elle se confronte, au-delà du trouble qu’elle peut causer, incite à la réflexion sur ce qui dans nos représentations ordonne notre relation aux altérités animales.

Animalité, 2002 (crédit Xavier Perrot)

Vincent Lecomte : Jade et Cyril, comment vous êtes-vous rencontrés ? Et comment est venue l’idée de fonder cette compagnie ?

Jade Duviquet : Nous nous sommes rencontrés durant la décennie 90, lors d’une création théâtrale dans laquelle nous étions tous les deux interprètes. C’est à la même période que j’ai vu Cyril au Cirque Plume. J’ai tout de suite pensé : « cet homme ne fait pas l’animal, il l’est ». Cela dépassait la simple drôlerie ; il avait un potentiel poétique totalement troublant, capable d’interroger l’altérité. Je me reconnaissais même dans cette étrangeté, cette douce sauvagerie. J’ai eu envie de raconter avec lui des fables dans lesquelles l’animalité affleurerait. Nous avons d’abord été un couple dans la « vraie » vie, et avons eu une fille ensemble. Moi, j’étais comédienne et je commençais à mettre en scène, Cyril, lui, poursuivait ses tournées avec le Cirque Plume. En parallèle de nos carrières individuelles, nous avons monté un premier numéro intitulé Le beau et la bête. Il s’agissait d’une performance mettant en scène un apprivoisement « humanimal », la bête n’étant pas celle qu’on croit. Pour ce faire, et par plaisir, j’ai appris avec Cyril le cerceau, le fouet, le jonglage… Ensemble nous avons également pris des leçons de tango avec quelques crises de fou rire, Cyril résistant au tempo. En Hollande, nous avons donné ce spectacle à l’intérieur d’une cage non loin de lions bien vivants. Notre performance venait en première partie d’un numéro de domptage ; les fauves attendaient dans le corridor d’accès, feulant et nous scrutant attentivement tandis que nous jouions. J’ai encore la sensation inquiète, physique du souffle des bêtes dans notre dos. Puis nous nous sommes séparés, Cyril et moi. Mais de cette rupture est née la compagnie du Singe debout.

Nos premiers spectacles exploraient le couple et l’altérité à travers le prisme de l’animalité. C’étaient des sortes d’autofictions dans lesquelles je jouais. Je pense notamment à Animalité[1] que nous avons donnée à la scène nationale de la Ferme du Buisson, à Noisiel en 2002. Mais, dans la compagnie, j’ai à proprement parler commencé la mise en scène avec une adaptation de Rapport pour une académie de Kafka[2]. À partir de 2015, à travers des parcours performés et les cycles de conférences dérapantes, nous avons fait évoluer notre travail pluridisciplinaire pour l’orienter, au-delà de la question de représentation de la porosité entre animal et humain, vers des réflexions écologiques.

Animalité, 2002 (crédit François Junot)
Un grand singe à l’académie, CDN des Amandiers de Nanterre, 2006
(crédit Elsa Danrey)

Cyril Casmèze : Nous nous sommes rencontrés il y a une trentaine d’années au Théâtre National de Chaillot, à l’occasion d’une création contemporaine mêlant théâtre et cirque. L’envie de monter une compagnie est née d’une volonté d’unir nos deux univers, celui du cirque et celui du théâtre, autour d’un travail pluridisciplinaire. Il s’agissait de créer des passerelles au service de narrations singulières comme des fables humanimales dans lesquelles l’humain se confronterait au reste du vivant.

Jade, avec qui j’avais répété et joué de longs mois, m’avait marqué par ses talents de comédienne solaire. Elle m’avait aussi impressionné par ses aptitudes singulières à tisser des histoires sur un plateau. Son imaginaire original et libre représentait comme une ligne de force absolument unique. De plus, elle savait donner du sens et de la consistance à ce désir d’incarner cette « humanimalité » qui nous intriguait tous les deux.

Pour le choix du nom de notre compagnie, le Singe Debout, nous voulions évoquer bien sûr le fait que nous sommes des primates redressés, terme qui rappelle que l’animalité est inscrite en nous. Nous désirions être un trait d’union pour nous nécessaire, indispensable.

Cyril Casmèze et Jade Duviquet (crédit Laurent Paulré)

JD : J’ajouterais, même si Cyril est habité de tout un bestiaire et pas seulement du singe, que c’est la rencontre de deux primates ! D’ailleurs, le nom complet est Jade & Cyril – Cie du Singe Debout.

VL : Avez-vous, dans le théâtre ou dans d’autres formes de création, été inspirés par certaines œuvres, certains acteurs ou artistes ? Par ailleurs, vous-mêmes, avez-vous fait « école » ? Et, si c’est le cas, quelle forme cela a pris ?

JD : J’ai toujours aimé la danse, celle de Pina Bausch avec sa sublime liberté du geste, la lecture de l’Espace vide de Peter Brook a été importante et j’ai vécu de jolis chocs de fervente spectatrice du spectacle vivant en général. Je ne peux citer tous ceux que j’aime. Je viens du théâtre, mais j’ai également fait des études de lettres. Cyril, lui, vient du cirque, mais il a suivi des études de journalisme. Nous avons tous deux fait plein de petits boulots très différents ; j’ai même vendu des œufs au porte à porte. Pour nous la vie est un terrain d’observation aussi essentiel que l’art. De l’animal humain aussi bien sûr… en ville, à la campagne, ses relations étranges souvent et celles, parfois étonnantes, avec l’animal. Je pense notamment au lien que des paysans tissent avec leurs bêtes, à celui des urbains avec leurs animaux « domestiques », comme on dit. Même si j’ai le sentiment d’avoir été nourrie bien sûr de spectacles, de films, d’images (peinture, photos). Me vient à l’esprit comme un exemple marquant la première scène du film Underground d’Émir Kusturica : la fuite des animaux du zoo lors d’un bombardement. Au-delà de partager avec eux notre condition d’êtres vivants et mortels, nous leur infligeons, nous humains, d’autres souffrances. J’ai aussi beaucoup lu sur la nature, les animaux. J’ai été élevée à la campagne entourée d’une multitude d’animaux et de nombreux frères et sœurs, livrés à nous-mêmes et heureusement entre prairies et forêts. Très tôt, avec un ami, nous avons été sensibles à l’écologie. C’est à cette époque que nous avons découvert Printemps silencieux, de Rachel Carson, mais aussi Walden ou la vie dans les bois de H. D. Thoreau. Bien plus jeune j’avais lu Les Racines du ciel de Romain Gary.

Pina Bausch, Barbe Bleue, 1977 (reprise 2021)
Peter Brook, L’espace vide, Paris, Seuil, 1977

Avec Cyril, nous avons créé un genre pluridisciplinaire très en rapport avec l’animal et le vivant alors que cette recherche était encore marginale. À ce moment, il y avait notamment le chorégraphe Luc Petton – dont j’ai apprécié le travail – qui, lui, dansait avec des animaux sur le plateau. Mais, par cette recherche singulière, nous étions un peu à part dans le paysage artistique : je voulais, par le décentrement particulier que représente la zoomorphie, tisser des formes hybrides, raconter des histoires d’identité et de métamorphose, aborder la question de notre place dans ce monde. À cette époque, je lisais Rainer Maria Rilke, j’ai beaucoup aimé un texte « Être dans le chien » dans Lettres à une musicienne. J’ai eu le sentiment que la métaphore choisie par le poète, nous pouvions l’entendre organiquement, notamment pour parler de ce travail de zoomorphie. J’ai souvent dit en public ce texte pour parler du travail de Cyril. J’ai lu aussi Le silence des bêtes d’Elisabeth de Fontenay et L’animal que donc je suis de Jacques Derrida. Je pense que c’est aussi à cette période que le désir de transmettre autrement s’est affirmé.

Jean-François Hoël au Musée de la Chasse et de la Nature, “Fête de l’ours”, 2017
(crédit Christine François)

Par ailleurs, la rencontre avec Jean-François Hoel[3], musicien et bruiteur, a également été source de partages et d’enrichissements. Son univers, un bric-à-brac inventif, vient souvent habiter nos spectacles de sons décalés et sauvages. Nous avons mené ainsi nos recherches artistiques, approfondissant, défrichant d’autres possibles et, depuis quelques années, avec cette envie de transmettre des réflexions scientifiques avec les chercheurs eux-mêmes. Nous voulions faire dialoguer leur démarche et notre « savoir mettre en scène et en corps », sur le terrain de l’animal et du vivant en général. Nous suivons d’abord nos désirs, guidés par notre curiosité plus que par quelques plans de carrière. Et nous avons l’impression qu’aujourd’hui la création artistique au sens large s’empare de plus en plus de sujets longtemps oubliés et qui nous ont toujours inspirés comme le désir de nature, d’un rapport  plus étroit et attentif avec les animaux. Ainsi, nous avons formé des comédiens, des danseuses, circassiens, à  cet art de la zoomorphie. Et ils participent régulièrement à nos performances. Ces dernières années, avec la montée en puissance de la conscience écologique, certains artistes se sont mis à faire des spectacles dont les problématiques se rapprochent des nôtres. Comme nous n’avons cessé d’évoluer de spectacles en performances (dans des sites autres que les théâtres, comme des musées, centres d’art contemporain, forêts, lieux urbains…) et en conférences dérapantes, nous sommes devenus nous-mêmes hybrides à la croisée de différents arts.

François Truffaut, L’Enfant sauvage, 1970

CC : Les œuvres qui m’ont inspiré sont d’abord des livres donnant la part belle à des animaux, illustrés de préférence. Une BD m’a beaucoup marqué, Rahan, fils des âges farouches, et longtemps accompagné, superbement illustrée par André Chéret. Mais il y a eu surtout Moby Dick d’Herman Melville, que j’ai lu en boucle pendant des années. J’ai un côté obsessionnel… Le film L’enfant sauvage de François Truffaut que j’ai vu enfant par hasard un soir en famille à la télévision, m’a littéralement marqué, les membres de ma famille qui étaient présents ce soir-là, m’ont tout de suite dit que cet enfant, ce pourrait être moi, qui me prenais déjà pour un animal ou plutôt pour des animaux.  Je me souviens de mon trouble lors de cette soirée où j’avais l’impression d’avoir trouvé mon double fantasmé en la personne de l’enfant sauvage pour qui j’avais ressenti de l’envie et aussi de la souffrance lorsqu’on lui inculquait de force les manières humaines.  Le livre de l’abbé Jean Itard dont s’inspire le film m’a aussi marqué des années plus tard, mais dans d’autres ressentis. Enfant, j’ai été assez fan du film La fête sauvage de Frédéric Rossif, rien que le titre pour moi était jubilatoire.

Nous avons fait nous-mêmes école, par le biais de nombreux stages proposés sur le mouvement et le comportement animal adaptés à la scène. Ceci est aussi passé par des collaborations artistiques sur des films ou des pièces de théâtre, en dehors de la compagnie, mais qui portent toutes l’inscription et la trace de nos préoccupations centrées sur l’animal. Et il semble que ce travail zoomorphique de la compagnie ait eu une influence sur nombre de jeunes circassiens ayant fait appel à moi et au Singe debout pour avancer dans leurs recherches. Par ailleurs, j’ai participé à certains spectacles de théâtre pour lesquels on m’a demandé de travailler avec les comédiens la partie s’ancrant dans l’animalité, les dernières compagnies qui m’ont sollicité sont Torotoro et Soulcanopy.

VL : Jade, vous êtes actrice dans la compagnie et directrice de celle-ci, cette double casquette vous donne-t-elle un regard particulier sur votre travail, ainsi que celui de Cyril ?

Alors, plus précisément, au sein du Singe Debout, je suis comédienne et metteuse en scène et Cyril est comédien, performeur zoomorphe et chorégraphe du mouvement animal. Nous sommes tous les deux directeurs artistiques. En dehors des réalisations artistiques, nous choisissons ensemble les chemins que nous voulons faire prendre à la compagnie : les lieux où nous jouons, les festivals auxquels nous participons, les opportunités de subventions, de diffusion… la visibilité. Cela diffère des créations théâtrales plus classiques que nous avons pu mener. Depuis quelque temps, nous créons dans des espaces plus insolites, répondant à chaque fois à de nouvelles propositions, ce qui ne facilite pas le financement. Comme nous l’expliquions, notre parcours artistique et nos choix sont le résultat d’envies, de rencontres, de discussions entre nous, parfois houleuses, de tâtonnements, d’inspirations et de recherches artistiques communes. Cyril est le garant de la poésie du mouvement animal et a été souvent pour moi, osons le mot, une muse…  Mon travail de metteuse en scène est pluriel. Je rêve lumière, musique, son, corps et, selon l’enjeu de départ (texte ou improvisation), je pense forme. Puis, je fais en sorte que tout ce matériau, cette sensibilité exprimée par le corps, soit matière à réflexion. Que cela soit dans les conférences dérapantes, nos performances, nos autres spectacles (dans lesquels je reste souvent « en dehors » : uniquement metteuse en scène et conceptrice), je tente de créer des espaces de sens et de réflexions qui touchent différentes strates de ressentis chez le spectateur et laissent des traces… des empreintes…

VL : Cyril, et peut-être Jade également, quel cheminement vous a conduit jusqu’à cette « incarnation animale » ?

JD : Alors l’incarnation animale c’est Cyril bien sûr. Pour ma part, la relation aux animaux sonne comme une évidence puisque j’ai grandi à la campagne, proche d’eux. Par ailleurs, lors de balades en forêt, au détour de rencontres inattendues, j’apercevais des bêtes sauvages pour mon plus grand plaisir, parfois aussi avec crainte. Je dialoguais encore avec les animaux de notre maison ou ceux de la ferme à côté : je leur racontais mes histoires… Et puis on se taisait ensemble, beaucoup… Nous avons eu avec mes frères et sœurs de nombreux animaux ; moi, c’était un petit bouc. J’ai appris ce qu’était un abattoir le jour où un matin, à mon réveil, il ne m’attendait pas dans la cour. Je suis née à Saulieu, ville de Côte-d’Or où a vu le jour le grand sculpteur animalier François Pompon. J’ai d’ailleurs passé mon temps à jouer sur le taureau de Pompon ; à califourchon, je m’imaginais traverser des paysages insensés. Il était installé dans un petit square où personne n’allait, trop près de la route et trop petit sans doute, je me réfugiais sur son dos pour y lire.

François Pompon, Le Taureau, 1949, Saulieu (Côte-d’Or)

Lorsque j’ai rencontré Cyril, il m’a initié à la zoomorphie, à savoir mettre en pratique une imagination mentale et très physique consistant à incarner un animal. En tant que comédienne c’est très formateur, « l’ici et maintenant » du théâtre prenait subitement corps des pieds à la tête, des pattes au museau. Et c’est une joie de tenter de devenir, comme le dit Deleuze de l’animal, « un être aux aguets ».

CC : J’ai grandi avec des chiens que je prenais pour des frères ou sœurs. Dans le Limousin, j’ai aussi fréquenté des vaches. C’était une véritable passion, au point de prendre l’une d’entre elles littéralement pour ma mère et de la suivre à quatre pattes dans les champs, tel son veau. Comme elle, je ruminais de l’herbe. Dans des faces à faces langoureux, je lui offrais la chance d’avoir le veau qu’elle ne pourrait jamais avoir. En effet, en tant que bête de somme, la vie de cette vache était dévolue aux travaux des champs : tirer des charrettes ou des charrues, elle n’était destinée ni à la reproduction ni à la production de lait, mais bien aux labeurs imposés par les humains. Ces moments auprès d’elle me permettaient de sortir d’un carcan familial étouffant. Cette vache a eu la générosité d’accueillir cette romance enfantine avec, si ce n’est un grand intérêt, au moins une délicate bienveillance … Les réactions des humains de mon entourage, quand la chose se sut, allèrent d’une forme d’amusement, pour les plus ouverts, à une véritable inquiétude pour les autres. Au-delà de la potentielle dangerosité de cette promiscuité, il y avait le fait qu’un enfant se reconnaisse davantage dans le regard d’une bête que dans celui d’un humain…

Dominique Loreau, Dans le regard d’une bête, film 73′, 2011
Crépuscule en Creuse, 2019 (crédit Clara Casmèze)

Parmi des souvenirs bien réels, fondateurs de mon rapport à l’animalité, au-delà de ce qui m’habitait depuis la petite enfance, il y a cette apparition très marquante d’une grosse carpe quand, enfant de 9 ou 10 ans, je traînais dans la Creuse au bord d’un étang translucide à la recherche de têtards et tritons, ou en observation de truites relâchées quelques jours plus tôt dans cet espace.

La carpe est apparue comme venue de nulle part à quelques mètres du bord, sa taille me parut énorme, je fus ébahi  qu’une telle créature puisse habiter ces lieux. Sa nage langoureuse, ses reflets bleu gris ornés de quelques écailles brillantes me firent l’effet d’une apparition mythologique, voire mystique, je restais pétrifié d’une joie intense de cette apparition qui ne dura que quelques instants, car la carpe dut repérer mon manège d’approche et disparut d’un vif coup de queue laissant derrière elle une suite de nuages de feuilles soulevées du fond de l’étang. J’avais l’impression que cet espace de nature m’avait offert un privilège exceptionnel qui me fit développer une véritable obsession pour ce poisson qui, chaque fois que je peux en observer un, me procure toujours une vague de bonheur. Comme une animalité en bourgeonnement permanent.

Mais je songe encore à une autre expérience dans ce cheminement vers l’incarnation animale : au cœur de la forêt, j’ai désiré boire dans une flaque d’eau, peut-être non potable. Au fond, il s’agissait pour moi d’acquérir les capacités de résistance physique, organique, des animaux en milieu naturel. Et j’ai bu l’eau des flaques ou des ruisseaux et je suis encore là.

VL : S’agit-il, comme on peut le lire ou l’entendre, uniquement d’un travail de « mimétisme animal » ou, devrait-on dire, « de certains animaux » ? Et, à ce sujet, qu’est-ce qui a présidé au choix de ces espèces particulières ? Que vous ont-elles appris ou désappris ? Avez-vous tenté des incursions dans des univers autres que ceux de mammifères ?

CC : On peut dire qu’il s’agit de mimétisme, en tout cas d’une incarnation bien précise… avec des corporalités animales parfois mélangées, parfois spécifiques… J’ai mis des mots sur cette pratique après coup puisqu’elle m’est familière depuis l’enfance. Avec Jade, dans l’exercice de nos différentes prestations, nous avons dû expliciter cette pratique. Alors je préciserais qu’il est aussi question à travers l’art zoomorphique d’activer en soi les pouvoirs d’un corps différent, c’est-à-dire être réceptif aux invites propres à un autre corps.

Quand je parle “d’invites”, c’est, comme l’explique Baptiste Morizot dans Sur la piste animale, percevoir et agir en fonction de ses aptitudes et de ses caractéristiques physiques, donc, accéder aux invites propres à un autre corps, un animal non humain en l’occurrence, c’est s’ouvrir à d’autres fonctionnements que ceux de l’animal humain et c’est aussi un art. Au-delà de l’idée du mimétisme pour le mimétisme, de la simple prouesse physique, accéder aux invites propres au loup, à l’ours, au mouton, au sanglier… sur un plateau, cela permet de trouver des caractéristiques animales pour incarner une présence sur scène.

Dans cette démarche, j’ai privilégié et choisi quelques espèces : l’ours, par exemple, animal tout aussi opportuniste que l’homme, les grands singes, espiègles et joueurs à souhait, le sanglier, grand sensible aux allures de brute, le chien porteur de nos projections, les fauves parcourant des espaces de peurs délicieuses, mais aussi les varans ou autres sauriens, semblant nous faire entrer dans le territoire du monstrueux et des origines… Je peux être inspiré par leur proximité autant que par leur exotisme. Le singe offre peut-être la palette la plus riche, permettant une infinie variété de propositions ; à travers lui c’est une sorte d’Arlequin que j’interprète – d’après Jade… Mais attention au singe ! C’est aussi pour moi le plus dur à bien incarner, tant il est proche de nous. Du coup, le souci du détail devient capital pour capter les petites nuances qui nous différencient de lui… Sinon c’est la triste caricature assurée !

JD : Comme je le disais plus haut, Cyril n’incarne pas l’animal, il l’est, et si fort, qu’il permet des projections de la part des spectatrices et des spectateurs qui selon leur ressenti y perçoivent l’individu animal qu’ils désirent voir.

Quand j’ai fait l’apprentissage avec Cyril du quatre pattes, d’un animal mammifère, puis du singe, c’était comme un voyage, et d’abord celui de l’humilité. Il s’agissait de laisser tomber toute apparence familière pour entrer en empathie, se mettre au service, d’abord par l’imagination mentale, puis par l’imagination physique. Rejoindre l’autre dans ses différences, ses particularités, tenter d’être cet autre, sans psychologie, juste être là, fortement, dans son corps, des orteils à la pointe des cheveux.

Formatrice moi-même, j’ai prolongé le travail de transmission de Cyril en incorporant dans les exercices d’interprétation des caractéristiques animales capables d’habiter un rôle. Il faut d’abord les repérer, puis les incarner, de façon hybride, comme une fulgurance animale. Ce travail enrichit et colore le jeu d’une belle étrangeté. Nous confrontons et associons nos savoir-faire et nous transmettons lors de stages, d’ateliers à des danseurs, circassiens, comédiens, professionnels ou amateurs, l’art de la zoomorphie, Cyril dans la posture précise et sûre de l’animal, et moi au travers de l’humanimalité en jeu, au service de l’acteur.

VL : Vous intéressez-vous aux études scientifiques, ou autres, sur les animaux, notamment l’éthologie, pour préparer vos spectacles ?

CC : Oui, on s’intéresse aux études scientifiques et philosophiques de toutes sortes autour de l’animalité, par simple curiosité ou par nécessité pour notre travail. Au cœur de nos productions, nos conférences dérapantes avec divers scientifiques ou chercheurs en sciences sociales en sont un parfait exemple.

Unplusun,  théâtre de Vidy, Lausanne, 2004

JD :  Lorsque j’ai créé Un grand singe à l’académie, d’après Kafka, nous avons lu Franz de Waal. Dans ce spectacle, Cyril jouait ce fameux grand singe devenu humain en quatre ans pour « trouver une issue ». Nous avons préparé plus instinctivement Animalité et Unplusun[4], avec la matière et les manières qui nous habitaient alors l’un et l’autre, nourris par nos interrogations communes sur notre rapport au monde, sur notre légitimité d’être humain, sur la question de l’altérité sans cesse à reconnaître, à accepter, à accueillir. Notre jeu était ponctué de fulgurances animales. J’ai découvert par hasard le livre court d’Élisabeth de Fontenay (dont j’ai déjà lu le silence des bêtes) Quand un animal te regarde[5] que la philosophe a écrit pour les enfants dans la collection « chouette Penser » chez Galimard jeunesse. Il m’a inspiré un spectacle jeune public dans lequel notamment une chouette (animal philosophique) était dessinée sur sable.Enfin, pour préparer nos créations, et pour notre plus grande satisfaction, dès le matin – et même tard le soir pour Cyril – nous avons vu je crois plusieurs centaines de documentaires animaliers.

Quand un animal te regarde, théâtre Dunois, Paris 2016 (crédit Dominique Journey)

Nous pouvons dire qu’en quelque sorte nous pratiquons l’observation assidue, une forme de quête passant par les livres, la peinture, la sculpture animalière, mais aussi l’expérience directe. Ainsi, nous avons souvent expérimenté, Cyril et moi, des expéditions immersives. Dans les forêts, nous nous sommes de nombreuses fois postés à l’affût, guettant les animaux, tentant de surprendre leurs parades, leur présence singulière, leur beauté, leur furtivité… Nous étions attentifs aux odeurs, aux froissements, au surgissement d’un animal un instant entrevu… Se régaler de ces moments inspire la créativité d’une façon radicale.

Nous avons rencontré dans le cadre de nos spectacles et pour nos recherches des spécialistes de l’animal et de l’environnement. J’aime assister à des conférences où j’entraîne Cyril, que ce soit celles d’anthropologues comme Philippe Descola, entre autres, ou d’historiens tel que Michel Pastoureau, notamment. Cette inspiration scientifique nous a permis d’élargir de plus en plus le terrain d’action de nos spectacles, au-delà de la relation à l’animal, aux questions de notre rapport au vivant. Et notre curiosité, nos différentes rencontres, nous ont conduits non seulement vers les études de chercheurs en éthologie, mais aussi vers celles de penseurs comme Bruno Latour, Donna Haraway, Val Plumwood…et vers les récits de scientifiques de terrain relatant leur expérience avec leur animal de prédilection, tels Sabrina Krief, François Sarano ou Rémy Marion. C’est une joie de ressentir l’influence de ces pensées sur un public de plus en plus nombreux. Il vaut mieux ; je vais énoncer un truisme : la planète va mal… et nous le savons tous ! Il me semble que cette crise de la sensibilité envers le vivant, dont parle le philosophe Baptiste Morizot, nous tentons de l’évoquer à notre façon depuis longtemps à travers notre travail artistique, que ce soit dans le choix de nos sujets, dans l’acte zoomorphique qui provoque par un décentrement du regard chez le spectateur, surprise, émotion, trouble et même rire « questionnant », ou bien encore dans la transmission en collaboration avec les chercheurs.

VL : D’où vous est venue cette idée de « conférence dérapante », spectacle mettant en scène le plus souvent un universitaire dont la prise de parole est perturbée par vos actions et propos ? Quel en est le principe ? Comment vivez-vous cette collaboration originale ?

CC : L’idée est venue à l’occasion d’une rencontre publique sur le thème du rapport à l’animal avec le philosophe Etienne Bimbenet, lors de laquelle nous devions confronter nos pratiques et nos savoirs. Bimbenet venait de faire paraître l’animal que je ne suis plus et, face à lui, je relatais mon expérience « d’incarnation animale ». Inutile de préciser que je ne partageais pas toutes ses idées … C’était au théâtre Liberté à Toulon en 2014. Suite à cet échange, sympathique au demeurant malgré nos désaccords, Jade a eu l’envie de développer un concept de spectacle permettant la rencontre entre nos recherches artistiques et celles de membres du monde scientifique autour du vivant. Il s’agissait d’abord de décloisonner les savoirs à travers une transmission joyeuse et savante qui parlerait à nos deux cerveaux, celui de la tête et celui du ventre. On les a appelées « conférences dérapantes » puisque le but était de créer des dérapages dans l’exposé d’une recherche spécifique sur le sujet.Avec Jade, nous avons donc commencé à reprendre l’intervention avec Etienne Bimbenet pour la faire évoluer en conférence dérapante, Jade mettant en scène les désaccords par le biais de mes incarnations de la colère de singe ou de l’ours.  Cela nous a permis d’interroger avec humour les réflexions philosophiques d’Étienne et d’envisager des compromis, susciter des ouvertures.

JD : J’avais envie de raconter autrement, sur scène, d’être au plus près de cette fabrique de la réflexion portant sur les relations au vivant, et, sans doute, pour calmer une anxiété et mieux comprendre…  En général, après les spectacles, notamment Quand un animal te regarde, j’invitais déjà des chercheurs (philosophes, historiens, auteurs…) à nous rejoindre sur scène pour débattre avec les spectateurs. C’est à l’occasion de ces « bords plateau » que nous avons fait la connaissance de certains de ceux avec lesquels nous envisagerons ensuite la création d’une conférence dérapante.

C’est notamment ainsi que dernièrement nous avons retrouvé avec plaisir la zoopoéticienne Anne Simon, avec laquelle nous avions déjà collaboré, construisant ensemble un spectacle conçu autour de son essai Une bête entre les lignes[6], paru en 2021.

Conférence dérapante Une bête entre les lignes, avec Anne Simon, 2023 (crédit Emmanuelle Corne)
Conférence dérapante Penser l’animal
avec Vinciane Despret, 2020 (crédit Olivier Danrey)

C’est quelques années auparavant, en 2015, au Musée de la Chasse et de la Nature où nous étions en résidence[7], que nous avons créé notre toute première conférence dérapante Penser l’animal en compagnie de la philosophe Vinciane Despret, qui, avec sa joyeuse intelligence, s’est prêtée au jeu. Nous l’avions rencontrée lors de l’exposition « Bêtes et Hommes[8] » et l’avions sollicitée pour intervenir dans notre film Zoomorphic Wild man[9]. Anne de Malleray, alors rédactrice en cheffe de la très inspirante revue Billebaude, après avoir vu notre spectacle, nous proposa une collaboration pour notamment créer d’autres conférences dérapantes en lien avec la revue. Ainsi pour l’ours à bras-le-corps, nous avons fait appel à Pierre Olivier Dittmar, historien médiéviste que nous avions rencontré et dont nous avions apprécié la finesse et l’humour. Dans ce cadre, nous avons également conçu un parcours à travers tout le Musée pour la première édition de la « Fête de l’ours » en 2017. Nous retrouvons souvent Anne de Malleray pour d’autres collaborations, notamment en 2020 avec Peut-on tous les sauver ? Affronter la 6ème extinction, en compagnie de l’écologue Florian Kirchner, conférence dérapante rejouée au théâtre de la Reine Blanche à Paris en juin 2023.

Conférence dérapante Peut-on tous les sauver ? Affronter La 6ème extinction,
avec Florian Kirchner, 2023 (crédit Elsa Danrey)

Nos rencontres et nos lectures, mêlées à la volonté de s’emparer, à l’aide de notre pratique artistique, de problèmes environnementaux, nous a conduit à créer de nouvelles conférences dérapantes (2020-23), l’une en complicité avec l’auteur et biologiste, Jean-Baptiste de Panafieu ou avec celle des chercheuses à l’INRAE, Nathalie Gontard, spécialiste du plastique et Gabrielle Bouleau, spécialiste de l’eau en sciences politiques.

Au vu de la disponibilité des chercheurs, la réalisation de ces conférences doit se faire vite. Il est essentiel de bien se préparer en amont et prendre connaissance d’une part de leurs travaux. Les dérapages sont conçus comme un écho, un contre-chant, un décalage destiné à faire résonner autrement le discours savant, pour que, de façon sensible et drôle, celui-ci parvienne à toucher un large public. Il s’agit pour moi aussi d’inciter le chercheur à jouer avec nous et avec le public, tout en gardant le fil de sa conférence. En fait, la mise en scène se fabrique autour de la personnalité de chacun d’entre eux, de son propos bien sûr, mais aussi de ce qu’il exprime sur un plateau. Je suis totalement à leur écoute dans un premier temps. Je les regarde et, à l’intérieur de leur communication, je sens où peuvent se glisser nos interventions, notamment les dérapages de Cyril. Je le connais tellement bien que je peux lui demander beaucoup ; il est créatif et disponible. En fait, je dois procéder intuitivement, vite réagir, saisir les possibles, mettre en jeu les dérapages. D’autant qu’au début du travail, je rencontre parfois une résistance des chercheurs. Ce n’est qu’ensuite que vient leur adhésion, plus tranquille, et même que naît leur désir de jouer. Je peux utiliser différents médiums (musique, masques, iconographie et textes littéraires, théâtre d’objets notamment des figurines animales) et faire appel à d’autres artistes pour nous accompagner sur scène. Puis, je m’inclus, je garde une forme de distance, me faisant médiatrice, à la fois dedans et au-dehors. Lors de la représentation, les incidents sont les bienvenus, nous en jouons.  Et la conférence dérapante évolue au fur et à mesure des représentations, souvent assez éloignées les unes des autres. Certains chercheurs remanient leur conférence et moi, j’adapte la mise en scène, le jeu. Cette obligation de rapidité me donne des sueurs froides, mais elle me permet aussi d’aller à l’essentiel, elle m’intéresse et m’amuse encore…

VL : Cyril, rêvez-vous parfois que vous êtes un singe, un ours ou tout autre animal ?

CC : Oui, je rêve beaucoup d’animaux et en particulier de dévoration. Dans ces rêves je suis régulièrement dévoré́ par des lions, des loups ou des requins. J’y vois là l’idée d’un laisser-aller, laisser s’opérer le cycle de transmission et de transformation de la chair d’un corps à l’autre, contre celle de finir au cimetière dans une caisse en bois entre les quatre murs de béton d’un caveau, hors de portée de nos cousins vivants des sous-sols. L’idée de circuler après ma mort dans des corps animaux m’est assez séduisante, même si parfois elle me terrifie.

Je me rêve moins animal que dans l’enfance, puisque je l’incarne bien souvent dans mon travail avec le sérieux d’un enfant qui s’amuse, comme dirait Jade.  Être payé à faire la bête ou ne pas l’être, telle est la question….

Cyril et les sculptures de Michel Bassompierre (crédit Elsa Danrey)

VL : Cyril, vous êtes-vous déjà fait peur ? Avez-vous senti vous gagner une « animalisation » inquiétante ? Le terme d’« animalisation », d’ailleurs, vous semble-t-il convenir à la métamorphose que vous semblez vivre sur scène ?

CC : Oui je me suis fait peur par le passé quand j’ai fait l’animal pour me distraire ou distraire un certain entourage, dans la vie de tous les jours. Parfois certaines démonstrations pouvaient finir par effrayer et mal se terminer face à un public pas toujours prévenu et prêt à recevoir ce type de performance. Je me suis fait également peur moi-même car je ne savais pas toujours m’arrêter…. J’ai pu aussi me mettre en loup et grogner face à mon lit avant de me coucher, pour contrôler les éventuels prédateurs qui s’y trouvaient… Ça a pu prendre parfois des dimensions un peu névrotiques.

Mais dans le cadre des spectacles quelque chose est mieux géré et plus riche finalement. Et pour revenir sur le terme d’animalisation, je dirais qu’aujourd’hui, au-delà d’un désir initial et initiatique de vouloir devenir un animal ou des animaux, au point d’inquiéter ma famille par exemple, c’est finalement l’art de la zoomorphie par le biais de recherches, de rencontres et d’explorations du mouvement, qui me permet d’exprimer des ressentis profonds, authentiques, sans devenir fou ou me retrouver en marge de la société des humains. La situation instaurée par la mise en scène, le travail de Jade, induit des directions et des cadres pour opérer une forme de catharsis dans un plaisir de transmission artistique. Et pour ce qui est du terme « animaliser », oui, il est intéressant dans la mesure où on le prend dans son sens positif, car malheureusement, ce mot est souvent utilisé pour rabaisser. Mais j’aime bien l’idée que le mot animal puisse devenir un verbe…

JD : Animalisation, oui, c’est très bien comme mot, très parlant car il englobe corps et âme si on accepte de le comprendre ainsi.  Pour avoir beaucoup vu Cyril pratiquer cette animalisation, je sens qu’il a du plaisir à la vivre, à se sentir différent, à provoquer, à éprouver la puissance de l’animal, à devenir autre. Il aime aussi voir dans le regard de l’autre, la façon dont il est regardé, comme dans un miroir troublé, voir se refléter l’image de cet être entre deux, humanimal, perçu comme un monstre ou simplement comme échappant à l’humain. Cyril est un chaman, il est habité d’un bestiaire qui s’exprime à travers lui. Tout son apprentissage, précis et long, son observation attentive de l’animal à incarner, de mise en pratique à travers un travail de répétition de mouvements, de postures, d’humeurs, de changements de rythme, se traduit dans une chorégraphie animale longuement mûrie, et ce depuis l’enfance, au point que certains animaux qu’il incarne deviennent pour lui une seconde nature. Ses métamorphoses sont devenues son ADN ; dès qu’il rencontre une personne, il va d’abord émettre un son. Nous n’en avons pas encore parlé, mais cette incarnation animale passe beaucoup par les sons, les bruits, les paroles animales. C’est une des plus grandes étrangetés de Cyril ; il reproduit les voix animales, le cri du singe, le grognement du sanglier, le feulement, le rugissement, le barrissement, le mugissement… c’est tout un bestiaire sonore qui le traverse et c’est pour cela que j’ai évoqué le chamanisme. Il est habité de tous ces esprits animaux.

Performance Ces autres, qu’on-t-il à nous dire ?, 2023 (crédit Elsa Danrey)
à l’occasion de l’exposition Homo Bestia de l’artiste Emma Barthère

VL : Dans vos spectacles, l’échange avec la salle est important. Que pouvez-vous dire de la réception et de la participation, encouragée, du public ? Avez-vous vécu des moments surprenants, difficiles, amusants… ?

JD : Oui il est important, car même dans nos spectacles plus théâtralisés, nous perçons le quatrième mur, et évidemment dans nos performances et surtout dans nos conférences dérapantes, il n’y en a plus du tout, le public est notre partenaire direct. Nous lui demandons parfois de ne pas seulement recevoir mais il est invité à répondre. Dans le jeu, que ce soit lorsque je suis médiatrice entre lui et la parole du chercheur ou dans l’acte zoomorphe qui vient le perturber, nous l’incitons à se confronter à cet « humanimal », intellectuellement et émotionnellement, voire physiquement. Car dans un effet miroir, cette étrangeté interroge, pouvant autant déclencher les rires, inciter à l’empathie, que provoquer la méfiance, la crainte et parfois le rejet.

Je me souviens d’un moment où je demandais au public de nous répondre en « singes » et un spectateur est monté sur scène et ne voulait plus repartir pensant que sa place de singe était au côté de Cyril ; c’était en fait assez tendre et drôle, à la fois. Du coup, ce jour-là, le public est resté lui aussi un bon moment dans cette position humanimale.

CC : Le public peut être surpris bien sûr, mais souvent, le travail zoomorphique provoque tantôt une forme d’euphorie douce tantôt une sorte de malaise passager. Je songe à des moments amusants, quand par exemple, à la sortie d’une performance ou d’un spectacle, des parents proposent à leurs enfants de m’approcher ou de me toucher pour confirmer que je suis un vrai humain…

Conférence dérapante “L’ours à bras-le-corps
avec Pierre Olivier Dittmar et Anne de Malleray, 2020 (crédit Olivier Danrey)

VL : Winnicott, à propos du rapport entre jeu et réalité chez l’enfant, écrit : « […] jouer, c’est une expérience : toujours une expérience créative […] une forme fondamentale de la vie » et d’ajouter « il faut admettre que le jeu est toujours à même de se muer en quelque chose d’effrayant. » Pouvez-vous dire que cette conception peut s’appliquer à votre expérience du jeu, au sens théâtral ? Et, quand on sait ce que Winnicott a pu analyser de la relation entre l’enfant et l’animal, quelle part d’enfance a influencé ou influence encore vos spectacles ?

CC : Oui, nous estimons que le travail sur l’animalité est extrêmement lié à l’enfance. Le « si » magique… ! « Si j’étais un animal ! » Je veux absolument jouer avec le sérieux d’un enfant qui s’amuse. Et parfois, en effet, cela peut se muer en quelque chose d’effrayant si le lâcher-prise ne trouve pas certaines limites, à travers l’art justement.

JD : Oui c’est vrai… Jouer c’est pour l’enfant sa force de vie, c’est ce qui le construit, c’est sa créativité, c’est exister… ! Dans ce sens, ce que fait Cyril depuis l’enfance en s’animalisant c’est exister, loin du regard policé de son milieu. Le donner en spectacle devient une création salvatrice, une forme fondamentale de la vie.

Enfant, j’avais, pour ma part, une famille très compliquée. J’ai donc inventé plein d’histoires, prononcées seule à voix haute, et dans lesquelles je faisais tous les personnages. J’ai toujours eu besoin d’imaginer, me mettre en état de créativité, mais inventer ensemble est pour moi ce qui est de plus fécond, une communication d’inconscient à inconscient. J’aime regarder et écouter, je ne sais comment l’expliquer, je me mets naturellement aux aguets, tous sens ouverts, pour recevoir les paroles, les textes, les corps, les personnalités… et inventer à partir de ça. J’adore ces moments.  Bon ça c’est quand tout se passe bien ; la création a aussi des moments plus laborieux. Mais c’est vrai que quand je suis sur un plateau, ou n’importe quel lieu où l’on répète, je me sens à ma place ; je ne suis qu’à cette matière créative qui circule. Le jeu me donne le droit d’être.

Cyril au cirque Plume (crédit Yves Perton)
Il est plus facile d’avoir du ventre que du cœur
(crédit Nora Houguenaude)

Lorsque j’accompagnais Cyril à ses répétitions au Cirque Plume, j’ai été fascinée de voir avec quelle obstination les artistes répétaient le même geste : jonglage, salto, équilibre… des heures durant, comme l’enfant qui apprend en jouant, souvent seul et entièrement empli de son jeu. Cyril fait la même chose avec le mouvement animal. C’est une imagination physique, le corps avant tout. Pour l’acteur, il y a les mots aussi, les histoires qu’on raconte mais c’est toujours une question d’imagination. Et c’est bien que cela se transforme en quelque chose d’effrayant, le jeu c’est cela aussi, aller au monstrueux, toucher l’invisible. J’aime bien dans le jeu retrouver des fantômes, connus ou inconnus. Jouer pour faire rire ou faire peur, provoquer, mais aussi rendre complice l’autre.  Dans la création, il y l’autre invisible, l’autre réel. Et on sait qu’on va le rencontrer, le croiser. Il faut prendre le temps de le convoquer, puis de l’apprivoiser dans le jeu.

Enfant, l’animal est notre premier confident, il est comme nous, on n’établit aucune hiérarchie, me semble-t-il. Je ne sais si pour tous les enfants c’est ainsi. Et retrouver sur le plateau cette part d’enfance qui est essentielle, c’est faire fonctionner, comme l’a déjà dit Cyril, ce « si » magique qu’on utilise au théâtre, celui qui est déjà présent dans le jeu des enfants. On perçoit rapidement cette capacité à le solliciter avec les gens que nous rencontrons et qui ne sont pas acteurs. Dans les conférences dérapantes, cette parole savante qui n’est pas forcément là pour faire rire, en tout cas pas toujours, se confronte avec ce corps exubérant, débordant de l’humanimal, les frontières sont troublées. Lorsqu’on passe de la parole sérieuse au jeu, à du sensible, de l’in situ, qu’on est médiateur entre la parole du chercheur et le public, on sent qu’on bouscule la forme même de la transmission, qu’on se transforme en relais artistique. Mais je me perçois comme la première auditrice du chercheur, naïve, voire incrédule, à la fois complice du public et partenaire de Cyril, jouant avec son « humanimalité ». Nous apportons la joie aussi je l’espère, ce qui me semble essentiel, car cette part d’enfance, c’est se permettre cette joie, la communiquer et la mettre au service d’une parole essentielle traitant de nos relations à l’animal et au vivant.

VL : Vous faites également ce que l’on nomme rapidement « des spectacles pour enfants », que pouvez-vous dire de la réception de ce public ?

JD : Nous n’avons conçu pour l’instant qu’un seul spectacle jeune public, Quand un animal te regarde, mais en réalité il s’adresse à tous les âges puisqu’il peut être reçu à différents niveaux.

Par ailleurs, nos performances sont souvent vues par un large public, et certaines conférences dérapantes sont accessibles dès dix ans. Quand un animal te regarde est un spectacle très particulier ; c’est partant du principe que la plupart des enfants se sentent proches de l’animal que nous avons eu le désir de leur parler directement avant qu’ils n’oublient cette proximité. Avant ce spectacle jeune public, j’avais organisé un laboratoirede recherche artistique autour de textes que j’apprécie, de Rainer Maria Rilke, de Jacques Derrida et d’Élisabeth de Fontenay que j’ai évoquée précédemment ; c’est ainsi que j’ai découvert que celle-ci avait écrit un livre pour enfants où elle s’adresse à eux pour interroger la relation entre les humains et les animaux à travers la philosophie,  les enfants pouvant entrevoir de grandes questions comme la souffrance animale, la parole, l’âme etc. une approche simplifiée mais très éclairante… À partir de ce livre, j’ai conçu un spectacle très visuel et très incarné qui fonctionne en tableaux, autour de deux grandes figures animales, le chien et le singe, déployant là encore chorégraphies animales,  théâtre d’objets, danse, musique et bruitage. J’ai eu le désir que toute la scénographie soit mobile, et s’inscrive dans l’éphémère. J’ai cherché comment je pouvais rendre cette impression et je suis allée à la rencontre d’un garçon précieux, David Myriam, un dessinateur sur sable qui le fait en direct sur le plateau. Je voulais traduire par le corps et en images certains concepts, par exemple celui de l’animal-machine, et, en même temps, montrer l’industrialisation, le monde des abattoirs… Pour les enfants, comme pour les adultes d’ailleurs, l’animal sous cellophane qu’ils mangent n’a rien à voir avec les petites et grosses bêtes qu’ils aiment, et pourtant…

C’est un spectacle très sensitif, pour que leur parvienne cette ambiguïté qui caractérise notre relation aux autres animaux : allant de l’amour ou de la trop grande idolâtrie à la cruauté ; c’est important. Et que cela passe aussi par l’humour bien sûr. Par ailleurs, nous  voulions que ce spectacle soit accessible à tous les milieux sociaux, pas forcément les enfants ayant l’habitude du théâtre et dès le plus jeune âge, une façon d’embarquer enfants et adultes ensemble. C’est étonnant de voir ces enfants surpris de découvrir deux adultes incarner des animaux.

Une image me vient brusquement : celle d’un père, accompagnateur de la sortie scolaire, venu me voir en sanglotant ; il pleurait la mort de son chien qui avait eu lieu plus de vingt ans auparavant. Ce spectacle permet un prolongement dans l’échange, ce que nous faisons souvent : les enfants sont invités à faire des sons animaux. Faire l’animal n’est pas encore un problème pour eux !

CC : Les enfants adhèrent extrêmement vite à ces projections animales, qu’elles soient en images, en ombres chinoises ou se traduisent par des corps incarnés comme dans Quand un animal te regarde conçu et mis en scène par Jade. Ils y retrouvent des sortes de peurs délicieuses face au monde animal dont ils se sentent finalement proches dans une fraternité souvent réelle. Et le fait que des interprètes adultes se métamorphosent en animaux les conforte dans l’idée qu’on peut vivre sans complexe cette proximité.

VL : Jade et Cyril, vos spectacles ont-ils changé votre façon de percevoir certains animaux, rapport à ceux-ci ?

CC : Nos spectacles nous ont permis d’atteindre une plus grande proximité avec certains aspects du monde de certains animaux. Au-delà même de la fréquentation directe avec la plupart d’entre eux.

JD : Oui, mais je dirais que ce travail est continuellement en cours et ce, durablement… Je découvre encore des animaux, leur nom, leur forme, leur vie… Cyril est bien plus incollable, lui. Je me sens plus proche des chiens notamment alors que j’étais, comme on dit, plus chat. Et pour les animaux sauvages, j’aime les regarder de loin avec respect, de plus en plus, quand nous pouvons avoir cette joie. Par de récentes lectures et recherches, j’ai découvert davantage le monde de la mer.

VL : Vos spectacles ont incontestablement des dimensions politique, philosophique, voire anthropologique. Quelle part celles-ci ont-elles dans leur préparation, mais aussi dans la réception ?

JD : Notre travail reste avant tout artistique, mais depuis le début de la création de notre compagnie, et de par nos choix, nous pouvons dire que nous sommes d’une certaine façon engagés. Dans le contexte de réchauffement climatique, dans cette marche folle de l’anthropocène, à travers notamment nos conférences dérapantes, nous cherchons à notre façon des réponses avec les chercheurs qui s’inscrivent dans ces problématiques.

Voici comment nous pourrions définir notre démarche et notre engagement : la question animale convoque fortement l’imaginaire et nous inspire une esthétique particulière, dans le corps et dans les mots. Elle pointe aussi les problèmes écologiques, économiques et éthiques de notre temps. Elle interroge notre lien au Vivant. C’est tout cela qui nous anime : partager artistiquement cet imaginaire et entraîner musiciens, danseuses, plasticiens, chercheurs et chercheuses dans cette pratique du décentrement, celui du regard et du corps, notamment par le mouvement zoomorphe, réinterroger nos places. Et ces déplacements de point de vue, ce pas vers l’autre, le non-humain, éveille ou réveille une sensibilité du vivant. À travers nos hybridités scéniques, nous tentons de mettre au jour notre appartenance au vivant, autrement.   

Avec nos spectacles, performances et conférences dérapantes, nous tentons de rendre sensibles les questions de l’animalité et du vivant, de rendre palpable ce qui n’apparaît pas toujours, à savoir la proximité et le lien intime que nous partageons tous ensemble, dans une même condition d’êtres mortels sur cette planète. Mais nous souhaitons susciter l’émotion, la frayeur, le rire, le plaisir et la compréhension plutôt que la culpabilité ou la peur, celle qui tétanise et empêche d’agir.

Je crois au spectacle vivant qui fonctionne sur l’échange sensitif et collectif dans une intelligence réciproque. Nous sollicitons, à cette écoute particulière et entière, celle de l’âge des questions, les « pourquoi » philosophiques de l’enfant, encore capable de s’étonner devant le monde.

CC : On peut penser dimension politique ou philosophique en amont, mais de par notre façon d’aborder cette thématique humanimale, ces dimensions sont naturellement inscrites dans notre façon de faire et d’aborder les sujets. Notre travail est politique en ce sens qu’il nous conduit à transformer notre vision du monde, notre rapport aux choses vivantes, voire inertes, avec, pour corollaire, le désir de donner l’envie d’impulser des changements, des améliorations, au cœur des environnements humains afin d’envisager de meilleurs équilibres de vie.

VL : Avez-vous des projets de spectacle mettant en scène d’autres « incarnations animales », prenant d’autres formes, destinés à d’autres publics ?

CC : Beaucoup d’envies et de projets en attente, et pourquoi pas un spectacle pour des animaux

JD : Oui, j’ai envie d’images animées, de sons, un projet que j’espère pouvoir faire avancer, cela serait une autre façon d’incarner l’animal et de l’écouter.

J’ai quelques idées de textes, de films… sur des incarnations animales, sur nos animaux totems…

              Tout est toujours à rêver et à réinventer…

Jade et Cyril, Réflexions humanimales (crédit Dan Aucante)

[1] Animalité, scène nationale la Ferme du buisson, Noisiel, 2002.

[2] Un grand singe à l’académie, CDN des Amandiers de Nanterre, 2006 ; CQPVD, Les Subsistances, Lyon, 2008.

[3] Citons notamment de Jean-François Hoel avec la compagnie du Singe debout : L’animal machine/Quand un animal te regarde et Musée d’histoire naturelle Paris Insomnie animale

[4] Unplusun,  théâtre de Vidy, Lausanne, 2004.

[5] Elisabeth De Fontenay, Quand un animal te regarde, théâtre Dunois, Paris 2016.

[6] Dans le chapitre “Zoomorpher avec Cyril Casmèze”, Anne Simon revient notamment sur l’invention de la « scène » par les performances de Cyril, qu’elles s’effectuent dans un théâtre ou dans un champ peuplé de vaches – qu’il serait trop rapide d’assimiler à des actrices ou à un public. Pour elle, l’art de Cyril consiste dans le maintien d’un déséquilibre très fin qui lui permet de décoller du fantasme de la fusion entre l’homme et l’animal, et de préserver un trouble fécond fondé sur leur réciproque… altérité.

[7] Partenariat avec le Musée de la Chasse et de la Nature, à Paris, de 2015 à 2020, sous la direction de Claude d’Anthenaise.

[8] Exposition à la Grande Halle de la Villette, 2007/2008.

[9] Festival “Walls and bridges”, New-York, 2012.



Citer ce billet
vincentlecomte (2023, 22 décembre). Jade Duviquet, Cyril Casmèze et Vincent Lecomte | La compagnie du Singe debout : incarner l’autre vivant | Carnet Animots | nov. 2023. Animots. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ve81

vincentlecomte

Vincent Lecomte est artiste, chercheur et enseignant en esthétique. Sa thèse, « Un Penser animal à l’œuvre », étudie les façons dont l’art convoque l’animal pour mettre en évidence d’autres consciences possibles du monde.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 08/04/2024

    […] Entretien Jade Duviquet, Cyril Casmèze et Vincent Lecomte : https://animots.hypotheses.org/29003 […]

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search