Tou Yun-Fei et Vincent Lecomte | Des chiens et des hommes | Carnet Animots | déc. 2023

Tou Yun-Fei a d’abord travaillé comme photojournaliste professionnel pour se tourner à partir de 2010 vers la photographie d’art. Son œuvre s’intéresse à diverses questions sociales ayant pour contexte Taïwan, où il vit et travaille. La série de photographies intitulée « Memento Mori », réalisée en 2011 et 2012, offre une galerie de portraits poignante. Elle présente des chiens tantôt en « buste » tantôt en pied – ou en patte – sur fond gris uni, de face ou de trois-quarts, regardant parfois l’objectif. Mais ce qui intrigue, en dehors de cette tristesse qui souvent semble émaner du regard des chiens, c’est l’allure décharnée de leur corps. De plus, des titres énigmatiques accompagnent chaque photographie : date, heure, lieu et surtout cette formule glaçante qui vient irrémédiablement les conclure : « time until euthanized » suivie de l’indication d’une durée précise.

En effet, les chiens dont Tou Yun-Fei tire le portrait – qui sera sans doute l’unique de toute leur vie de chien – dans des chenils publics de Taïwan, sont tous « condamnés » à être bientôt euthanasiés. La sobriété de la mise en scène et la force de ces présences animales, alliées à la rigueur objective des titres, saisit et fait réfléchir sur le sort de ces êtres canins exécutés froidement par la machine sanitaire. L’image, haute de plus d’un mètre et demi, de grandeur extraordinaire, ou tout simplement humaine, invite le spectateur à une étrange plongée dans des existences pourtant minuscules, oubliées, épuisées mais auxquelles la dignité du port et l’incarnation du regard rend vie et hommage.

Depuis quelques années, il réalise la série Ancestral Portraits: the Future qui incite le public à se projeter dans un futur lointain et à imaginer qu’il regarde les portraits d’ancêtres communs.

Cet entretien est paru en novembre 2022 dans Billebaude n°21 “Le Chien” dans une version quelque peu écourtée. Voici l’intégralité de l’échange avec Tou Yun-Fei.

Tou Yun-Fei, « Memento Mori », 2011/10/24  12:09 p.m. 
Taiwanese Public Animal Shelter Time until Euthanized: 1.9 Hours ©Tou Yun-Fei

Vincent Lecomte : Dans quelles conditions avez-vous réalisé la série « Memento mori » dans les chenils publics de Taïwan ?

Tou Yun-Fei : Je n’étais jamais entré dans un refuge avant de commencer ce projet ; je savais que j’aurais eu du mal à supporter cette expérience… et je ne le supporte toujours pas.  D’ailleurs, je ne suis jamais retourné dans un refuge depuis la fin de ce travail. J’admire les femmes et les hommes qui ont consacré leur vie à cette cause, et la façon dont ils agissent en fonction de leurs convictions.  

Au total, j’ai travaillé avec 3 établissements, même si en fin de compte la plupart des images que j’ai retenues en 2016, quelques années après la fin du projet, proviennent d’un seul chenil. Celui-là même dont la vétérinaire, Chien Chih-cheng, une femme de 32 ans, véritable amoureuse des animaux, s’est elle-même « euthanasiée » avec le produit qu’elle utilisait sur les animaux. Elle était accablée par le chagrin que lui causait le sort des animaux errants et ne le supportait plus. J’ai eu l’honneur de travailler avec elle pendant deux ans, et je sais pertinemment qu’elle était une véritable amie des animaux.

Cela dit, mon action a été dérisoire.  Ma soi-disant « dévotion » et mon « dévouement », comme on a pu le dire, sont vraiment insignifiants.  En fait, je dirais que je ne me suis jamais dévoué et consacré de la manière dont Chien Chih-cheng a pu le faire. Je fais des photos, j’ai certes des idées et des émotions, mais ce que certains ont vu comme un « dévouement » ou une « dévotion » était d’abord motivé par un désir de création.

On m’a déjà demandé : « Pourquoi prenez-vous des photos d’animaux condamnés quelques heures ou minutes avant leur euthanasie ?  Pourquoi ne les photographiez-vous pas dès leur arrivée au refuge ? Et pourquoi n’avez-vous pas mis en ligne ces images pour aider ces bêtes à échapper à ce destin, pour leur permettre, par exemple, de trouver un foyer ? » En vérité, je ne peux pas répondre à ces questions.  Depuis lors, d’ailleurs, j’ai refusé tout entretien sur le sujet. Si je fais une exception aujourd’hui, je tiens à préciser qu’ici je m’exprime dans une autre langue que la mienne, qui sera à son tour traduite en français[1].

Tou Yun-Fei, « Memento Mori », 2011/03/07  04:17 a.m.  Taiwanese Public Animal Shelter Time until Euthanized: 13.2 Hours ©Tou Yun-Fei

VL : À Taïwan, comment a été perçue la série ? Les réactions ont-elles été différentes par rapport à d’autres pays ? Et le rapport avec les chiens – errants ou non – est-il particulier dans cette société ? 

TYF : J’ai d’abord publié un article sur « Memento Mori » dans Business Weekly, le magazine d’affaires le plus important et le plus diffusé de Taïwan (images de 2010 et des premiers mois de 2011, même dispositif et méthode de prise de vue, mais appareil de moindre résolution et un système d’éclairage de moindre qualité).  Afin de faire des tirages plus grands avec plus de détails, j’ai amélioré mon équipement en 2011. C’est depuis lors que j’ai commencé à publier mes travaux. Donc les images diffusées encore aujourd’hui sont de 2011 et 2012 ; j’ai gardé les images antérieures par-devers moi. À l’époque j’ai reçu peu de retours et presque aucune forme de reconnaissance.

À l’été 2012, j’ai été approché par l’Associated Press, qui produit des articles et les vend aux médias du monde entier, et du jour au lendemain la série a connu une réputation à l’échelle internationale. Des galeries d’art m’ont proposé de m’exposer. J’ai également reçu des demandes d’interviews ; la plus importante a sans doute été celle du Washington Post. Des associations de défense des droits des animaux parmi les plus renommées ont cherché à m’approcher, voulant le plus souvent utiliser mes images pour leurs propres causes, mais j’ai refusé. Mais surtout, j’ai été inondé de messages sur FB et par e-mail ; il m’a fallu des mois pour y répondre. La grande majorité de ces courriers étaient très personnels ; il s’agissait de sympathisants d’associations, ou simplement d’amis des animaux, qui me confiaient non seulement leurs sentiments et leurs expériences, mais aussi parfois les aspects les plus intimes de leur vie. J’y percevais une énorme vulnérabilité.  Certains de ces échanges se sont poursuivis sur des années et quelques-uns se poursuivent encore aujourd’hui.

« Memento Mori » est devenu rapidement viral au niveau international ; c’est seulement à ce moment-là que la série s’est fait connaître à Taïwan.  Elle a aussitôt eu une bonne réception. J’ai été également invité à exposer, à donner des interviews de toutes sortes, à intervenir sur les campus et même à donner des conférences TED[2]. C’est alors que j’ai été approché par différents hommes d’État : un conseiller municipal et même un élu régional. Ils m’ont demandé mon avis sur l’état des chenils publics de Taiwan, de les conseiller et même de les aider à superviser ces refuges pour animaux ainsi que les opérations d’euthanasie. J’ai même été invité à rencontrer le président de la République de l’époque.  

Finalement, j’ai décliné l’invitation.  Bien que cette série puisse avoir une portée politique et défendre les droits des animaux, j’ai réalisé à ce moment-là que ma place n’était ni sur la scène politique ni auprès d’associations.  Avant cela, je pensais que je devais ou que je devrais m’engager, parce que c’était ce que je croyais qu’on attendait de moi, mais je l’ai compris ensuite, je n’avais ni la passion ni l’endurance nécessaires.  La soudaineté de la célébrité, l’expression des convictions, des attentes, les demandes diverses m’ont mis à l’épreuve, et m’ont forcé à définir ma voie, à chercher ma place.

Toutefois, aujourd’hui encore, je n’ai aucune réponse aux questions que je me pose, et je dirais que je suis toujours en recherche.  Ce que j’essaie depuis plus de huit ans, c’est d’en faire plutôt moins que plus : je ne demande pas de subventions ou de prix, je ne cherche pas à être exposé, à moins d’y être invité, je ne fais presque pas de conférences et je ne fais presque pas d’interviews.   Mon travail en général – et en particulier « Memento Mori » – a sa vie propre. Je considère même qu’il ne m’appartient pas vraiment, mais qu’il est ouvert aux interprétations du public.  J’espère que la série me survivra, non pas pour son auteur mais pour elle-même. Telle est ma vision du statut de l’artiste.

Seuls les vrais amis et ma famille sont ceux auprès de qui ma vie prend du sens. Nous devrions tous nous focaliser sur ce qui est important et sur ce qui donne du sens à nos vies au lieu de nous laisser détourner par d’autres choses plus futiles, comme, pour ma part, l’attrait que peuvent représenter les bénéfices sociaux d’être un artiste reconnu.

Tou Yun-Fei, « Memento Mori », 2011/06/13  11:44 a.m. 
Taiwanese Public Animal Shelter Time until Euthanized: 40 Minutes ©Tou Yun-Fei

VL : À travers ces photographies vous dressez le portrait de chiens qui prennent sans doute pour une seule et ultime fois la pose. Mais n’y a-t-il pas autre chose en jeu ici ? On est tenté de se demander de quoi – ou de qui – ces chiens sont le portrait.

TYF : Sur le plan formel les photographies représentent des chiens non adoptés, des êtres sensibles saisis quelques heures voire quelques minutes avant leur euthanasie.  Mais, est-il question d’autre chose ?  Quelque chose de plus que ce qui semble être montré ?  En fait, pour moi, il s’agit de réflexions très personnelles ; je considère même ces images comme des autoportraits. Je suis également persuadé qu’elles portent en elles une puissance émotionnelle capable de toucher le plus grand nombre. Est-ce là ce que ressent le public ? C’est à lui de le dire, c’est son interprétation.  Toutefois, il ne s’agit pas d’un travail fondé sur la connaissance ou tout autre activité intellectuelle comme l’art contemporain peut si souvent en présenter.  Je considère que ces images sont plutôt « directes ».  

Les chiens semblent être assis ou debout, à la manière des humains, mais ce n’est pas ainsi qu’ils ont posé. Lorsque les chiens s’assoient, leurs pattes avant, plus courtes, les conduisent à se pencher en avant. J’ai délibérément incliné mon appareil photo pour m’adapter à cette inclinaison, et faire en conséquence. Ceci est accentué par le fait que j’ai utilisé un fond gris, les spectateurs ne voient donc aucun horizon, qui apparaîtrait penché, les chiens semblent donc poser comme des humains. 

Les chiens paraissent calmes, voire contemplatifs sur ces portraits, ce qui est une illusion que la photographie permet de produire.  Dans la plupart des cas, lors de la prise de vue, les chiens étaient en mouvement constant ; un système de flash de studio à haute vitesse les a donc figés.  

Maintenant que ces explications ont été apportées, les chiens ne se tenaient pas debout ou assis, ni ne contemplaient quoi que ce soit ; on peut avancer qu’ils ne pensaient ou ne ressentaient probablement pas ce que l’observateur peut croire qu’ils pensaient ou ressentaient.  Toutes ces tromperies constituent une façon de raconter, ma version de l’histoire et de la vérité, mes visions et mes sentiments sur le sujet. Je n’ai pas voulu deviner leurs véritables sentiments ou émotions et j’oserais encore moins prétendre que je connais le moindre de leur sentiment, de leur émotion.  Je peux seulement dire ce qui se passait habituellement lorsque je me rendais dans les refuges deux à trois fois par semaine pendant ces trois années.  Les refuges avaient une liste de chiens destinés à être euthanasiés et je passais en revue toutes les enclos, cherchant ceux que je voulais photographier. Puis le refuge commençait à euthanasier les chiens et je devais rivaliser avec le temps.

Les chiens sélectionnés devaient être dans un état de santé relativement correct et ils devaient être suffisamment apprivoisés pour être manipulés par mon assistant pendant la séance.  

Je les emmenais se promener avant de les amener dans le studio miteux que j’avais installé dans le refuge. Généralement ils se soulageaient d’abord, certains chiens urinaient pendant très longtemps ou déféquaient beaucoup ; je suppose qu’ils ne voulaient pas salir leur espace de vie. Une autre hypothèse est qu’ils étaient trop nerveux et tendus, ayant passé 12 jours ou plus dans cette cellule avec d’innombrables autres chiens. Le règlement stipulait alors que les chiens en bonne santé devaient avoir une chance d’être adoptés pendant au moins 12 jours avant de pouvoir être programmés pour l’euthanasie.  Ce n’est plus le cas maintenant,  l’interdiction d’euthanasier des animaux est entrée en vigueur à Taïwan en 2017.

VL : Pensez-vous que le chien, espèce qui est intimement liée à celle de l’humain, dispose d’une capacité particulière – spécifique justement – à atteindre moralement ce dernier ?

TYF : Les chiens sont vraiment le type le plus confiant de tous les animaux. Ils ont le cœur et l’âme semblables à ceux des jeunes enfants les plus innocents. Il ne leur fallait généralement pas longtemps pour savoir que je ne voulais pas leur faire de mal, et ils devenaient instantanément confiants, joueurs, détendus. Certains étaient tellement rassurés qu’ils s’endormaient pendant la séance photo.

Le peu de temps que je passais avec les chiens photographiés me rendait à leurs yeux la personne la plus digne de confiance. Si le temps le permettait, je restais avec eux, je les tenais pendant l’euthanasie, ils rendaient leur dernier souffle dans mes bras, et je les portais jusqu’à l’endroit où les corps étaient déposés, attendant que le vétérinaire vérifie que leur cœur ne battait plus. Ils étaient ensuite mis dans un sac et placés dans le congélateur. Des entreprises étaient chargées d’évacuer régulièrement les dépouilles pour les faire incinérer.

Tou Yun-Fei, « Memento Mori », 2011/08/01  11:38 a.m.  Taiwanese Public Animal Shelter Time until Euthanized: 29 Minutes ©Tou Yun-Fei

VL : Avez-vous cherché à susciter l’empathie du public voire l’identification vis-à-vis de ces individus animaux ? Pouvez-vous nous donner davantage de précisions sur votre rapport à la dimension protestataire ou « engagée » de votre travail ?

TYF : Au départ, lorsque j’ai commencé à travailler sur ce projet, je voulais susciter l’empathie. Je me demandais comment les spectateurs pourraient voir, ressentir et penser face à ces chiens sans réussir à éprouver de l’empathie. Cette idée m’a accompagné jusqu’à ce que j’arrive à la photographie intitulée 2011/10/24 12:09 p.m. Taiwanese Public Animal Shelter Time until Euthanized : 1,9 heures. La peau de cette chienne sans poils était infectée par la gale (et plus tard, elle nous a infectés, ma femme, ma fille nouvellement née à l’époque et moi-même). Je n’étais pas sûr que la gale en fût la cause, mais la chienne avait une température corporelle inhabituellement élevée ; je l’ai senti lorsque je l’ai portée pour la séance photo. Elle était calme, impassible ; je l’ai ensuite conduite à l’euthanasie. C’est parce que je restais toujours jusqu’au bout, je connaissais l’heure exacte de leur décès. L’équipement numérique fournissant l’heure exacte à laquelle chaque photo avait été réalisée, je savais combien de temps séparait la prise de vue de l’euthanasie. Cette nuit-là, j’ai sélectionné les photos de cette chienne et je découvris instantanément une image qui me toucha singulièrement, mais j’en ignorais encore la raison. Ce n’est que plus tard que j’ai réalisé que j’avais vécu une véritable épiphanie.

Si j’ai dit plus haut que l’artiste et son opinion n’étaient pas forcément les plus pertinents au sujet de la perception de cette série, j’aimerais partager ici quelque chose avec le public. Regardons attentivement ensemble cette image : la chienne y prend ce que je nommerais une « non pose ». Elle ne regarde pas l’objectif/le spectateur, elle semble ne pas avoir besoin de chercher notre empathie ; elle n’a que faire de notre reconnaissance. Elle n’a même pas besoin de rechercher quelque regard que ce soit. Elle est là, telle qu’elle est. Sa vie peut lui être arrachée, sa présence et son existence étaient réelles et ne pourront jamais lui être enlevées, avec ou sans la reconnaissance ou simplement la connaissance de quiconque. Peu importe que nous sachions qu’elle a existé pour qu’elle existe. La vie ne cherche aucune approbation. La vie est tellement unique et précieuse et sa dignité lui vient de la nature, pas de l’approbation.

Le sens de la vie ne peut pas être défini, on ne peut le mettre en mots, mais si je devais le faire, fort de cette expérience, je dirais : le sens de la vie est la vie elle-même, ni plus ni moins.

Je ne sais pas si ce que j’ai dit là a un sens pour vous, mais à partir de ce moment-là, de cette rencontre, de cette prise de conscience ma façon de voir le monde a changé.

VL : Vouliez-vous atteindre l’homme dans ses incohérences – à savoir : capable d’élire certains chiens au rang de membre de la famille et d’en sacrifier bien d’autres, sans état d’âme ? Ces portraits de « rebuts vivants » forment-ils la métaphore d’un tabou : une société qui n’a pas peur de laisser pour compte une grande part de ses membres ?

TYF : Il existe en effet d’innombrables exemples autour de nous, et pas seulement le cas de l’animal non désiré. Que faisons-nous pour les souffrances qui nous entourent, et qui hantent le monde ? Et jusqu’où sommes-nous prêts à sacrifier ? C’est LA GRANDE QUESTION, collectivement en tant qu’espèce humaine, et individuellement en tant que personne.

Les humains sont égoïstes par nature, c’est pourquoi nous sommes souvent inconsistants envers les autres animaux (et même les autres humains), c’est un véritable mécanisme biologique intégré. Nous l’avons tous en nous, c’est une évidence. Est-ce même utile de le souligner ?

Tou Yun-Fei, « Memento Mori », 2011/09/23  12:57 p.m.  Taiwanese Public Animal Shelter Time until Euthanized: 1.1 Hours ©Tou Yun-Fei

VL : Pourtant cette série pointe, en négatif, à travers l’œuvre organisatrice, sélective, la « nature » humaine.

TYF : Plus nous interagissons avec le monde, plus nous en savons sur les choses, plus nous pensons – et la capacité de penser est peut-être ce qui est le plus développé chez l’homme –, plus nous pouvons prendre conscience de nos propres incohérences et de notre égoïsme ; je pense aussi que c’est en cela que réside le moteur du changement.

C’est l’effet qu’a eu cette série sur moi. Je profite de la réalisation de ces images : au cours du processus, je me suis ouvert à mon propre égoïsme, à mes cohérences ; peut-être la série aura-t-elle cet impact sur une part du public qui la regarde.

VL : Aujourd’hui vous réalisez de grands portraits de femmes et d’hommes, mais, qu’il s’agisse d’humains ou, comme dans « Memento mori », de chiens, en les approchant, en les prenant en photographie, vous considérez-vous animé de la même dynamique ? Est-ce que la photographie permettrait d’envisager l’individu avant toute question de statut ou d’espèce ?

TYF : Les grands portraits que j’ai réalisés ces jours-ci sont ceux de jeunes hommes et femmes nés de pères taïwanais et de mères immigrées d’Asie du Sud-Est ou de Chine. Cette situation matrimoniale s’est rencontrée à une époque particulière, autour des années 1990, dans un contexte et des conditions sociales spécifiques, lorsque les mariages organisés par des agences de rencontre transnationales étaient en vogue. Pour le dire brièvement, la dépréciation sociale qu’avaient subie les mères, mais bien souvent aussi les pères[3], ressurgit aujourd’hui sur leurs enfants, largement perçus comme des « autres inférieurs ». Le titre de la série de ces images, sortes d’immenses photo d’identité, est Ancestral Portraits: the Future (« Portraits ancestraux : l’avenir »). Ce titre-concept, qui incite le public d’aujourd’hui à se projeter dans un futur assez lointain, et à imaginer qu’il regarde les portraits d’ancêtres communs, a récemment été repris par la présidente de Taïwan à l’occasion d’un discours public. Il faut préciser que ces travaux qui ont reçu un bel accueil dans le monde de l’art[4], ne sont en général pas bien perçus par le public. Si le sujet est celui des « ancêtres du futur », je crois que les spectateurs les plus à même de les observer appartiennent eux aussi à une époque future. Je pense que les images auront beaucoup plus de sens avec le temps. D’ailleurs, la question temporelle est ici centrale et elle se pose en ces termes : l’écoulement du temps n’implique-t-il pas une modification voire une perte de signification ?

Tou Yun-Fei, Ancestral Portraits: the Future, 2018 ©Tou Yun-Fei

Une fois encore, plutôt que d’exprimer mes pensées et opinions sur le sujet, d’émettre des critiques, au lieu d’avoir même des points de vue d’artiste, j’ai simplement photographié des hommes et des femmes correspondant à des stéréotypes précis : des pères taïwanais et des mères étrangères, provenant de pays moins développés ou de classes économiques inférieures. Je veux également montrer que notre société est avant tout patriarcale.

Ces hommes et ces femmes portent les vêtements de la mondialisation, de l’occidentalisation. Leurs cultures et leurs identités singulières sont dissoutes dans un inévitable transnationalisme. Pourtant, tout comme il n’est pas plat, le monde n’est pas uniforme. Les inégalités, les conflits de classes, de races, les enjeux de pouvoirs, de territoires et les différences idéologiques existeront toujours.

Il est important de savoir que, dans sa forme, ce projet de portraits ancestraux s’inspire complètement de la série de portraits de Thomas Ruff. Les raisons de ce choix sont à la fois théoriques, esthétiques et pratiques, voire personnelles. L’une d’entre elle est étroitement liée au projet « Memento Mori ». Après « Memento Mori », j’ai été submergé par tous les sentiments, toutes les réactions et sollicitations dont j’ai parlé. Je ne voyais aucune issue à cette situation. Il peut être dangereux de se laisser submerger par les émotions, les sentiments, et même l’émotion esthétique. La solution qui m’est alors apparue a été d’adopter un style suffisamment neutre, de mettre en scène des visages impassibles et de suivre la voie de l’un des artistes les plus reconnus dans le monde de la photographie. L’expression et le style que j’adopte sont ceux d’un autre, pas du tout le mien en propre. Mais, pour moi, d’une certaine manière, ce n’est même pas un projet artistique. On pourrait d’ailleurs se demander où est l’art et où est l’artiste ? En fait, je ne suis pas juste un artiste et je ne suis pas qu’un artiste.

VL : En photographie, voire dans des domaines différents, avez-vous d’autres modèles ou affinités ?

YFT : Le livre Animal Liberation de Peter Singer est ce que je recommande à tous ceux qui ne l’ont pas encore lu.

J’ai le sentiment d’avoir déjà dit beaucoup de choses pour cette interview, plus que je ne devrais et plus que je ne voulais initialement, mais me suis-je vraiment expliqué ? Probablement pas. Je réponds à ces questions avec une deuxième langue [note du traducteur : l’entretien s’est déroulé en anglais] que je suis loin de maîtriser. Mais je ne suis même pas sûr de pouvoir être précis en répondant à vos questions dans ma première langue, je ne suis même pas sûr d’avoir toutes les réponses par moi-même. Mes réponses approximatives seront traduites en français, et certaines pourraient être mal comprises et d’autres perdues dans la traduction.

Pour répondre à votre question, je pense que nous sommes tous le produit d’expériences personnelles et collectives. Pour ma part, je n’ai pas de modèle ni d’idole – et je me méfie des sociétés qui pratiquent ce type de vénération –, je ne suis aucune philosophie préétablie, aucun précepte : je suis mon propre temple.

Les actes de bonté et les bonnes actions m’ont toujours touché. C’est peut-être de là que me m’est venue ma plus grande inspiration. Ainsi, dans le refuge public dans lequel j’ai réalisé « Memento mori », une association de protection des animaux avait l’habitude d’intervenir pour améliorer les conditions de vie et de mort des chiens. Il s’agissait déjà de promener et nourrir les animaux condamnés, de jouer avec eux, comme s’ils étaient les êtres les plus précieux au monde. Les membres de ces associations tenaient déjà les chiens dans leurs bras et leur parlaient pendant l’euthanasie, tentant de réduire au mieux leur peur. S’il n’était pas encore question de changer leur destin, au moins purent-ils alléger leur angoisse.

Ce genre d’action avait du sens pour moi, c’est pourquoi j’ai fait de même pour les chiens que je photographiais. Cependant, je suppose que leur douleur et leur chagrin étaient si grands que cela n’était pas suffisant pour certaines de ces personnes impliquées dans ces situations. Quelques temps avant le suicide de la vétérinaire, la responsable du groupe de protection des animaux que je viens de mentionner avait déjà refusé tout traitement à la suite de la rechute de son cancer, ce qui causa sa mort. C’est comme si ces individus avaient choisi de ne pas continuer à vivre parce qu’ils étaient entourés de trop de souffrance et de chagrin.

Ils devraient servir de modèle, et leurs actions méritent notre reconnaissance. Jamais je ne pourrai me comparer à elles… Mais, à ce moment précis, un souvenir me revient, un souvenir que je n’ai partagé qu’avec une ou deux personnes. Ce souvenir commence à s’effacer mais cette interview me le rend soudain plus nette. Je vais vous le livrer.

Un jour, dans la cour du chenil, avec la responsable de l’association de protection des animaux, nous promenions et jouions avec les chiens juste avant leur exécution. Brusquement, sans raison, elle me regarda et me dit : « Je suis engagée dans cette cause depuis toujours je crois. Après tout ce temps, je pense que je devais vous rencontrer et travailler avec vous. Vos images se passent de discours, elles sont fortes et hautement signifiantes. Grâce à vos photos, mon travail prend finalement sens. »

Billebaude n°21, éditions Glénat et la Fondation François Sommer, novembre 2022

[1] L’entretien s’est déroulé en anglais.

[2] Technology, Entertainment and Design. Il s’agit de conférences internationales organisées par The Sapling Foundation. Le but de cette fondation est, selon ses propres termes, « d’encourager la propagation de grandes idées. Elle vise à procurer une plate-forme pour les penseurs les plus intelligents, les meilleurs visionnaires et les professeurs les plus inspirants du monde, afin que des millions de personnes puissent acquérir une meilleure compréhension des plus gros problèmes auxquels le monde fait face et un désir d’aider à créer un avenir meilleur. » (https://www.ted.com/about/our-organization/how-ted-works)

[3] Les pères appartenaient le plus souvent à des classes sociales inférieures, économiquement défavorisées. Certains souffraient de maladies mentales et/ou de handicaps, de troubles de l’anxiété sociale…, la majorité d’entre eux étaient marginalisés et discriminés par la société, ce qui, lorsque cela se savait, venait ternir un peu plus l’image de leur progéniture.

[4] Visibles notamment dans le cadre d’une exposition collective au Musée national des beaux-arts de Taïwan.



Citer ce billet
vincentlecomte (2023, 2 décembre). Tou Yun-Fei et Vincent Lecomte | Des chiens et des hommes | Carnet Animots | déc. 2023. Animots. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b77e

vincentlecomte

Vincent Lecomte est artiste, chercheur et enseignant en esthétique. Sa thèse, « Un Penser animal à l’œuvre », étudie les façons dont l’art convoque l’animal pour mettre en évidence d’autres consciences possibles du monde.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search