Écologies visuelles. Expérience et vie des images à l’heure du capitalocène | remise des propositions avant le 08 avril 2024 | Université de Strasbourg | 21-24 janv. 2025

Les flammes dévorent une forêt canadienne grande comme l’Autriche. L’air chargé de suie et de fumée teinte ce brasier géant du rouge à l’orange, enveloppant quelques frêles silhouettes de pins qui finiront par disparaître dans un fondu au noir. Cette vision de ce que l’on appelle aujourd’hui un « méga-feu » est une image parmi tant d’autres auxquelles la crise environnementale nous a habitués. Une image que nous associons – pour le dire rapidement – à l’écologie, selon un lien qui semble évident : c’est par des images – un reportage télévisé, une application météorologique sur un smartphone, un tweet illustré, un film catastrophe, une courbe de température – que nous percevons majoritairement aujourd’hui la forme générale et globalisée du changement climatique, à une échelle que notre situation localisée, individuelle, ne nous permet que de pressentir. Or à y regarder de près, le lien que l’écologie entretient avec les images – au sens cette fois de concept, de notion – est loin d’être aussi univoque. Bien entendu, à première vue, cette image de méga-feu entre dans la grande catégorie des images de l’environnement « en crise ». De la plus subtile – le discret changement de teinte d’une carotte glaciaire – à la plus spectaculaire – le village de Lytton brûlé à 90% en juin 2021 – ces images, fictions télévisuelles et cinématographiques, documentaires, représentations scientifiques et quantifications diverses, médiatisent, traduisent et représentent les changements qui affectent l’espace terrestre. Parmi une multitude de concepts proposés pour décrire les profondes altérations des cycles bio-géochimiques de la planète (anthropocène, chthulucène, éconocène, éremocène, homogenocène, manthropocène, mégalocène, oliganthropocène, urbanocène, plasticène, médiocène, northropocène, plantatiocène, polemocène, technocène, thalassocène, etc.) causées par les activités humaines, nous mobiliserons celui de capitalocène. Ainsi, il s’agit de comprendre la crise écologique actuelle comme un événement investi dans une idéologie définie par des logiques capitalistes, développée par une élite européenne aux dépens des êtres humains déclassés et au détriment des non-humains.

Au regard de ces images de l’écologie, il est tentant de placer et de penser une écologie des images, si l’on s’accorde à l’idée que les images elles-mêmes évoluent, vivent et meurent dans des milieux, susceptibles d’être étudiés au même titre qu’une zone côtière de littoral ou une prairie alpine. C’est du moins cette intuition qu’avait eue Susan Sontag à la fin des années 1970, en esquissant les lignes d’un projet qui serait ensuite repris et amendé par Ernst Gombrich (1983), Andrew Ross (1992), et plus récemment Peter Szendy (2021). Les images occupent des milieux médiatiques – un média n’étant d’ailleurs pas autre chose qu’un milieu, un environnement (Peters 2015). Si bien que ce méga-feu qui rougit les pixels de nos ipads est lui-même inséré dans un flux d’autres images, de commentaires et de signes graphiques qui forment un véritable paysage, voire un mediascape (Casetti 2021). Avant de rougir nos écrans et nos yeux, cette image est passée par une longue chaine de médiations (Latour [1999] 2007) dont elle est le produit raffiné : un photographe à l’autre bout du monde, une agence de presse, des graphistes qui ont cru bon de la recadrer, des journalistes de la commenter, des systèmes techniques, des serveurs, des câbles sous-marins, un réseau wifi capricieux, du cuivre, du silicium, des électrons… Comme la cendre qui cache le feu comme chose et le découvre comme signe, si bien décrite au XVIIe siècle dans la Logique de Port-Royal, une image est une surface qui cache / découvre une profondeur. Sa généalogie, son histoire, son contexte de production, les survivances dont elle est porteuse, les lignées dans lesquelles elle s’inscrit, les relations qu’elle organise autour d’elle ou à partir desquelles elle prend du sens… toutes ces choses sont a priori ce dont une écologie visuelle devrait pouvoir rendre compte.

Ce détour indique une troisième direction que fait entrevoir le rapprochement entre images et écologie. Car il nous rappelle que la vie des images que nous créons, consommons ou détruisons ne se maintient pas sans efforts et sans moyens, malgré ce qu’a pu faire entendre tout un discours sur l’immatérialité des images numériques, supposément affranchies d’un attachement ferme à un support, donc sans impact écologique. De nombreux travaux ont montré que c’est finalement tout l’inverse. Ces arbres qui brûlent au Canada réchauffent les serveurs sur lesquels nous en conservons les traces. Cette tortue marine étranglée par un filet de pêche échouera sur une plage tandis que son image transitera dans le maillage des câbles déposés à cet effet au fond des océans. Et c’est finalement ici le lot de toute image numérique, ces images que notre irrépressible besoin de voir et de documenter fait circuler en continu d’un bout à l’autre du monde grâce à des systèmes techniques dont les conséquences environnementales sont largement sous-estimées. Si bien qu’aux côtés des images de l’écologie et d’une écologie des images, il devient impérieux de penser à l’impact écologique des images. Toute image engagée dans une vie sociale, convoquée par une technique, prise dans un régime médiatique, toute image a un impact sur son milieu, et plus largement, sur l’environnement.

Modalités de contribution

Les propositions envoyées contiennent un résumé en français ou en anglais (entre 1 500 et 2 000 signes), accompagné d’un titre (voire d’un sous-titre). Le référencement est de type auteurs, dates (pas de notes de bas de page). Puis, une bibliographie et un résumé biographique des auteur·rice·s (entre 500 et 800 signes), ainsi que 5 mots-clés. Merci absolument de préciser dans quel panel vous souhaitez faire votre intervention. Merci de n’envoyer qu’un seul pdf nommé : FLASH CONF ÉCO VI nom_prénom_2025.

Flash Conf

Interventions de 15 minutes maximum, données en français ou en anglais, présentant une synthèse très précise/située d’une recherche en cours ou naissante (thèse de doctorat, programme de recherche, sujet d’un article, projet académique, etc.). L’objectif est de permettre le croisement de différents points de vue conceptuels et/ou disciplinaires sur les Écologies visuelles, en proposant un panorama d’études actuelles. Un temps de discussion de 20 minutes vient clore les interventions réparties en plusieurs thématiques.

Sélection

Un comité scientifique sélectionne les propositions pour les interventions des Flash Conf. Les réponses sont envoyées au printemps 2024.

Public visé

Toute personne menant une recherche académique sérieuse dans l’un des trois panels.

Dates d’intervention

Les interventions se dérouleront les 22 (panel 1), 23 (panel 2) et 24 (panel 3) janvier 2025 entre 14h et 18h, dans les locaux de la MISHA sur le campus de l’Université de Strasbourg.

Calendrier

Lundi 11 décembre 2023

➭ Diffusion de l’appel à contributions pour les flash conf

Lundi 08 avril 2024

➭ Date limite d’envoi des propositions de contributions (complètes)
➭ Envoyez vos propositions à : groupe.culturesvisuelles@gmail.com

Lundi 06 mai 2024

➭ Annonce par mail des propositions retenues

À partir du Lundi 10 juin 2024

➭ Annonce du programme définitif (keynotes + invité·e·s + intervenant·e·s des flash conf + exposition/performances + masterclass ateliers + projection de films et partenaires)

Mardi 21 janvier 2025

➭ Ouverture à 17h30 du colloque avec introduction de l’équipe
➭ Conférence
➭ Buffet

Mercredi, jeudi et vendredi 22, 23 et 24 janvier 2025

➭ Interventions à la MISHA sur le campus de l’Université de Strasbourg (un panel par jour)



Citer ce billet
vincentlecomte (2023, 7 décembre). Écologies visuelles. Expérience et vie des images à l’heure du capitalocène | remise des propositions avant le 08 avril 2024 | Université de Strasbourg | 21-24 janv. 2025. Animots. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b77f

vincentlecomte

Vincent Lecomte est artiste, chercheur et enseignant en esthétique. Sa thèse, « Un Penser animal à l’œuvre », étudie les façons dont l’art convoque l’animal pour mettre en évidence d’autres consciences possibles du monde.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search