Alkemie n° 32 | L’animal | Classiques Garnier | 31 janv. 2024

Alkemie

Revue dirigée par Mihaela-genţiana Stănişor et Răzvan Enache

2023 – 2, no 32 – L’animal

“C’est par la vanité […] qu’il [l’homme] se trie soi-même et sépare de la presse des autres créatures, taille la part aux animaux ses confrères et compagnons, et leur distribue telle portion de facultés et de forces que bon lui semble.” (Michel de Montaigne, Essais, II, Paris, Gallimard, 1973, Livre II, chap. XII)

Nous les avons méprisés, maltraités, exploités, ignorés. Nous nous sommes arrogé une supériorité criminelle. Nous avons sciemment piétiné leur singularité en les rangeant dans de vastes catégories. Nous les avons assignés à l’instinct, au « naturel », quand ce ne fut pas un ravalement au rang de la machine, pour nous réserver la conscience, le langage, les émotions, la culture, l’intelligence adaptative. Comme nous, pourtant, les animaux évoluent dans l’environnement qui est le leur et auquel ils s’adaptent, que cela vienne d’eux-mêmes ou d’une pression extérieure. Ils sont des êtres complexes, dotés d’une intelligence, d’une sensibilité, d’une culture et d’une personnalité.

D’aucuns diront qu’une telle approche est contemporaine, qu’elle est le fruit des avancées de l’éthologie, de la génétique, qu’elle est soutenue par les travaux croisés de philosophes, de biologistes, d’historiens, de vétérinaires, d’archéozoologues, etc. Certes, mais nous le savons : quelle que soit l’époque, avant qu’il ne soit soutenu par des travaux attestant son bien-fondé, nous portons le regard que nous voulons bien porter. Lorsque l’animal humain que nous sommes se place en haut de l’échelle et évalue les capacités des autres animaux à l’aune de ses propres critères, le résultat leur est inévitablement défavorable. Ignorant aussi bien l’apport d’autres civilisations que l’écho de voix dissidentes, c’est à une telle vision hiérarchique des êtres qu’a procédé l’Occident pendant 2500 ans. Philosophie grecque, christianisme, science et philosophie occidentales ont conçu la représentation de l’animal comme un moindre être, à la totale disposition de l’être humain. Nous avons été des élèves appliqués, puisque, drapés dans notre anthropocentrisme, avides de rendement et de profit, nous nous sommes effectivement tout permis. Machines de guerre et d’industrie, objets d’expérimentation, de divertissement, de consommation rangés en batterie… Les animaux sont devenus nos esclaves et nos souffre-douleur.

Et les mots que nous véhiculons ne cessent de traduire cette pente du mépris et de la méconnaissance. « #balancetonporc », « manger comme un porc », « être bête comme un âne », posséder « un QI d’huître ou de poisson rouge », le regard d’un ahuri est qualifié de « bovin », « une dinde » ou « une bécasse » désignent une femme dépourvue d’intelligence, si celle-ci fait montre de mœurs légères, elle est alors appelée « une poule » ou « une cocotte », un crime atroce est qualifié de « bestial » et d’« inhumain »… Les qualificatifs de la stupidité, de la vulgarité, de la légèreté et de la cruauté sont puisés chez les animaux ; la saleté, la gloutonnerie, la dénonciation des violences sexuelles s’appuient sur des métaphores animales. N’avons-nous pas entendu, également, d’innombrables fois des personnages de films réclamer du respect avec la réplique : « on n’est pas des animaux ! » ? Le sens du sous-entendu n’a guère besoin d’être explicité.

Autant d’exemples révélant combien nous sommes imbibés de cette posture de surplomb vis-à-vis des animaux dont le maître-mot est l’exercice d’une violence sans bornes. Ainsi entretient-on insensiblement une vision hiérarchique des êtres avec l’homme au sommet et ses conséquences : mépriser, martyriser, assassiner. De ce point de vue, il y a bien encore « nous » et « les autres », pour paraphraser Todorov.

Dès lors, quelles perspectives sont les nôtres ? Sommes-nous capables de reconnaître notre appartenance à une même famille de sujets conscients et d’êtres vivants doués de sensibilité ? Cela est surtout le fait de chercheurs, écrivains et membres d’ONG. Toutefois, au sein de nos sociétés, on relève un plus grand intérêt aux potentialités des animaux, à leur individualité, ainsi qu’une meilleure prise en compte de la souffrance qui leur est infligée, mais cette préoccupation reste trop souvent lointaine et superficielle. C’est dire que, si le regard change, s’agissant des comportements, il reste beaucoup à faire. Cela supposerait pour d’aucuns la fin du déni, consistant notamment à distinguer l’animal (parqué, maltraité et tué le plus souvent dans des conditions terriblement angoissantes et douloureuses) de la viande atterrissant dans leur assiette ou de la peau ornant leurs épaules. Songeons aux milliards d’animaux torturés et massacrés chaque jour par l’industrie alimentaire, vestimentaire et l’expérimentation. N’oublions pas, non plus, les animaux de compagnie victimes de maltraitance ou abandonnés chaque année au moment de prendre la route des vacances. Par ailleurs, la tentation est toujours là d’amoindrir et de marginaliser la question de la souffrance et du bien-être animal. On en fait un phénomène de mode, de « bobos », au lieu d’en reconnaître l’importance majeure. On estime qu’il y a des questions plus urgentes, plus cruciales, et l’on repousse l’adoption de lois ou leur mise en application.

Quels leviers faut-il, par conséquent, activer pour extraire nos congénères de leur aveuglement et de leur égoïsme ? Insister, comme Elizabeth Costello, sur le scandale à l’égard de l’animal, mu par le défaut d’empathie qui conduit à des tueries de masse dans les abattoirs ? Amener, comme a su le faire notamment l’historien Éric Baratay, les sciences humaines à se décentrer et à prendre en considération le point de vue animal ? Se mobiliser pour traduire dans les termes de la loi les droits qu’il nous paraît indispensable d’attribuer aux animaux pour leur autoriser des conditions d’existence dignes de ce nom ?

Emmanuelle Bruyas

SOMMAIRE

ARGUMENT

Emmanuelle Bruyas
Quelques arguments pour l’animal /
Some Arguments for the Animal . 15

AGORA

Michel Orcel
Dante au-delà des dogmes /
DanteBeyondDogmas . 29

Numa Vittoz
Yves Bonnefoy et les formulations alchimiques
d’un projet poétique /
Yves Bonnefoy and the Alchemical Formulations
of a Poetic Project
. 35

DOSSIER THÉMATIQUE

L’ANIMAL

Éric Tourrette
Pires que les bêtes /
WorseThanBeasts . 57

Alfio Nazareno Rizzo
Dionysos, archétype métaphysique de la hiérarchie entre
l’homme et l’animal. Giorgio Colli lecteur de Schopenhauer / Dionysus as the Metaphysical Archetype of the Hierarchy between
Man and Animal
. Giorgio Colli as a Reader of Schopenhauer . 69

Éric Lucy
Apprendre à plier les régimes anthropocentriques.
La piste Deleuze-Guattari /
Learn to Bend Anthropocentric Regimes.
TheDeleuze-GuattariTrail
. 83

Myriam White-Le Goff
De quelques animaux, de la littérature et de la beauté
du monde / About Animals, Literature and World’s Beauty . 95

Franck Colotte
Le récit thérianthropique entre philosophie et parodie.
Le Rêve ou le coq de Lucien de Samosate /
The Therianthropic Narrative Between Philosophy and Parody.
Lucian of Samosata’s
The Dream or the Cock . 109

Rodolphe Olcèse
Les fraternités animales. Filiations sensibles
et entraide naturelle selon Élisée Reclus / Animal Fraternities. Sensible Filiations
and Natural Mutual Aid According to Elisée Reclus
. 127

David Latour
Du sentiment à l’action. Le refus de l’usage des animaux
chez Henry David Thoreau /
From Sentiment to Action. Henry David Thoreau’s Refusal toUseAnimals. 147

Saber Idoudi
Splendeurs et misères de l’animal dans l’œuvre de Paul Valéry / Splendors and Miseries of the Animal in the Works of Paul Valéry . 167

Alberto Russo Previtali
« Chanter au-delà des hommes ». Notes sur la présence
de l’animal dans la poésie de Paul Celan /
“To Sing Beyond Humankind. Notes on the Animal
Presence in Celan’s Poetry
. 193

Vincent Lecomte
Désir (de l’) animal. Jouer, déjouer, rejouer /
Animal Desire, Desire of the Animal. Play, Thwart, Replay . 207

Florent kohler
Écornage – processus de domestication et violence symbolique / Dehorning – Domestication Process and Symbolic Violence . 221

Hélène Roche
Interroger l’anthropocentrisme des termes équestres /
Questioning the Anthropomorphism of Equestrian Terms . 241

Fabienne Delfour
Des « zones de promesse » entre des baleines et des humains /
Areas of PromiseBetween Whales and Humans . 251

Marie-Reine Mouton
Bête comme un âne. La prise en charge
de la représentation animale par le cinéma /
Dumb as a Donkey. The Handling of the Depiction
of the Animal Through Cinema
. 267

katarzyna Lipinska
Le loup et le « diplomate-garou ». La Vallée des Loups (2017)
et Marche avec les loups (2020) de Jean-Michel Bertrand /
The Wolf and the “Were-Diplomat”. La Vallée des Loups (2017)
and
Marche avec les loups (2020) by Jean-Michel Bertrand . 283

Vincent Teixeira
Animaux, animots /
Animals, Animots . 301

EXPRESSIS VERBIS

Emmanuelle Bruyas
« L’objectif, finalement, c’est de tordre le langage, l’écriture pour étonner, perturber le lecteur et ainsi le rapprocher de la spécificité et de la singularité de l’animal en question. » Entretien avec Éric Baratay / An Interview with Éric Baratay

ÉCHOGRAPHIES AFFECTIVES. 321

Jean Gabriel Cosculluela
Glaner l’oubli. (Pas d’oubli, 6) /
To Glean Oblivion. (No Oblivion, 6) . 343

Bruno Marguerite
Mes souvenirs au monde / My Memories to the World . 353

Ciprian Vălcan
Poisons/Poisons . 357

CŒURRESPONDANCES

Mihaela-Genţiana Stănişor
« C’est ce mystère de la lumière dans la brisure du verre
qui m’attire en tant que poète, qui me fait écrire et aller
dans ma vie, je crois. C’est lui que je vais chercher à
retrouver à travers mes marches dans ma forêt personnelle. » Entretien avec Jean Marc Sourdillon /
An Interview with Jean Marc Sourdillon . 365

LE MARCHÉ DES IDÉES

Michel Orcel
Georges Poulet et Jean-Pierre Richard.
Correspondance (1949-1984) /
Georges Poulet and Jean-Pierre Richard.
Correspondence(1949-1984) . 387

Mihaela-Genţiana Stănişor
L’écriture de l’errance /
RamblingWriting . 391

Mihaela-Genţiana Stănişor
L’écriture de la témoignabilité /
Writing Witnessness . 399

Résumés/Abstracts . 407



Citer ce billet
vincentlecomte (2024, 10 janvier). Alkemie n° 32 | L’animal | Classiques Garnier | 31 janv. 2024. Animots. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vkfw

vincentlecomte

Vincent Lecomte est artiste, chercheur et enseignant en esthétique. Sa thèse, « Un Penser animal à l’œuvre », étudie les façons dont l’art convoque l’animal pour mettre en évidence d’autres consciences possibles du monde.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search