Planetary Art | Séminaire collectif | Yolaine Escande, LIN Chi-Ming et Johanna Liu | IPAA | mars-juin 2024

Lure/Wave (Lure Series), Beili Liu, 2008–2017. Needles, thread, dimensions variable.
Image credit: Beili Liu Studio.

 

“Planetary Art”, séminaire collectif organisé par l’IPAA : par Yolaine Escande (CRAL, EHESS, Paris), LIN Chi-Ming (National Taipei University of Education, Taiwan), et Johanna Liu (University of Toronto).

 

1. Le séminaire international collectif sur l’art planétaire réunira des enseignants, des chercheurs et des étudiants (principalement des doctorants) de trois pays : France, Taiwan et Canada.

2. La langue de communication sera l’anglais.

3. Dates et horaires prévus :

Réunions entièrement en ligne, un lundi par mois, à 14h00 (heure de Paris), 8h00 (Toronto), 20h00 (Taïwan, sauf pour la première session en mars) :

Lundi 11 mars 2024 (heure de Taipei PM 9:00)

Lundi 15 avril 2024 (heure de Taipei PM 8:00)

Lundi 13 mai 2024 (heure de Taipei, 20h00)

4. une réunion en personne à Taipei est prévue pour le début du mois de juin 2024.

5. Une collection de textes de base sera fournie aux participants pour faciliter la lecture et les présentations des étudiants. Des intervenants du Canada, de France et de Taïwan seront invités à faire des présentations (enseignants, artistes, doctorants, etc.).

6. un lien zoom sera envoyé quelques jours avant chaque session.

Argument du séminaire :

Dans le contexte de la crise du changement climatique provoquée par la suractivité et la surproduction humaines, que peuvent nous apporter les artistes ? Ceux-ci ont en effet créé une sorte de mouvement, appelé « l’art planétaire », qui revisite complètement nos rapports à la nature.

La question que pose l’art planétaire n’est plus seulement celle de la globalisation ou de la mondialisation, des échanges interculturels, mais aussi celle de la planète, de nos relations en tant qu’humains à la nature. Il s’agit ainsi d’interroger les interdépendances planétaires.

L’art planétaire est une forme d’art qui prend la terre comme principe de réflexion et non plus comme simple objet d’étude, et qui, plus encore, tente de ne plus placer l’humain au centre de la pensée, au profit des non-humains.

Dans cette attention portée à la relation aux non-humains, la théorie chinoise traditionnelle de l’art peut être d’une grande aide, dans la mesure où les artistes et lettrés chinois ont de longue date expérimenté une relation aux éléments naturels – arbres, rochers, montagnes, plantes, nuages, etc. – totalement décentrée par rapport au vécu humain.

Ainsi les artistes chinois traditionnels, mais aussi les artistes contemporains de l’art planétaire, se rejoignent-ils dans une certaine mesure, pour remettre en question des catégories telles que celles de l’animal, du minéral ou du végétal, pour se tourner vers un ordre de relations multi-espèces. 

Contact : yolaine.escande@ehess.fr

________________________________

1. The collective international seminar on Planetary Art will bring together teachers, researchers and students (mainly doctoral students) from three countries: France, Taiwan and Canada.

2. The language of communication will be English.

3. Planned dates and times:

Online meetings, one Monday a month, at 2:00PM (Paris time), 8:00AM (Toronto), 8:00PM (Taiwan, except for the first session in March):

Monday 11th March 2024 (Taipei time PM 9:00)

Monday 15th April 2024  (Taipei time PM 8:00)

Monday 13th May 2024 (Taipei time PM 8:00)

4.An in-person meeting in Taipei is scheduled for early June 2024.

5. A collection of basic texts will be provided to participants to facilitate reading and students’ presentations. Speakers from Canada, France and Taiwan will be invited to present (teachers, artists, doctoral students, etc.).

6. For the online meetings, I (Yolaine) will send a secure zoom link a few days before each session.

Argument of the seminar:

In the context of the climate change crisis caused by human overactivity and overproduction, what can artists contribute? Artists have created a kind of movement called “planetary art”, which completely revisits our relationship with nature.

The question posed by planetary art is no longer just that of globalisation or intercultural exchange, but also that of the planet and our relationship as humans to nature. It’s about questioning planetary interdependence.

Planetary art is a form of art that takes the earth as a principle of reflection and no longer as a simple object of study, and which, even more, attempts to move away from placing humans at the centre of thought, in favour of non-humans.

Traditional Chinese art theory can be of great help in this focus on the relationship with non-humans, insofar as Chinese artists and scholars have long experimented with a relationship with the natural elements – trees, rocks, mountains, plants, clouds, etc. – that is totally decentred from human experience.

In this way, traditional Chinese artists, as well as contemporary artists from all around the world, are to some extent united in questioning categories such as animal, mineral or plant, and turning towards an order of multi-species relationships.

Contact : yolaine.escande@ehess.fr



Citer ce billet
vincentlecomte (2024, 18 janvier). Planetary Art | Séminaire collectif | Yolaine Escande, LIN Chi-Ming et Johanna Liu | IPAA | mars-juin 2024. Animots. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vmas

vincentlecomte

Vincent Lecomte est artiste, chercheur et enseignant en esthétique. Sa thèse, « Un Penser animal à l’œuvre », étudie les façons dont l’art convoque l’animal pour mettre en évidence d’autres consciences possibles du monde.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search