Anne Simon – Lucie Taïeb / Jens Hauser – Ittah Yoda | Fiction, art, écologie et zoopoétique | EHESS | Paris | 6 février 2024

Rencontres “Les utopies que nous vivons : Fiction, art, écologie et zoopoétique”

Mardi 6 février, EHESS, 54 Bd Raspail, 75006, Paris (16 h-19 h, salle BS1_28)

Anne Simon, directrice de recherche CNRS et professeure ENS en dialogue avec Lucie Taïeb, écrivaine

Jens Hauser, enseignant-chercheur en biotechnologie et commissaire d’exposition en dialogue avec Ittah Yoda, artiste

Séance co-animée par Rahma Khazam et par Mara Magda Maftei


Programme de rencontres ouvert à toutes et tous sans inscription

Organisé par Mara Magda Maftei, LAP | UMR 8177 CNRS-EHESS1 avec Rahma Khazam, Chiara Palermo, Emmanuel Picavet, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Les mutations sociales et environnementales qui traversent nos sociétés obligent les chercheurs en sciences humaines et sociales, les écrivains ainsi que les artistes, à réfléchir à de nouvelles méthodes afin d’approcher des enjeux qui semblaient, il y a longtemps, utopiques. Lors des quatre séances, ce programme a pour vocation de privilégier un dialogue interdisciplinaire entre différentes sciences humaines et sociales et la création littéraire et artistique comme représentation du réel. Qu’est-ce que la littérature et l’art peuvent attendre de l’histoire, de la philosophie, de l’anthropologie à l’heure d’un contexte marqué par la coexistence de deux régimes d’historicité : celui dicté par la technoscience et celui qui continue de déchirer le monde à cause des guerres traditionnelles ? Le défi du XXIe siècle est double : faire cohabiter ces deux régimes, faire revivre même le concept d’hétérotopie de Michel Foucault, avec une réécriture des institutions responsables de la « (ré)éducation » de l’individu. Nous notons le passage du contrôle exercé dans certains pays par différentes institutions de l’État (police politique, prisons…) à des formes de pouvoir émanant de nouvelles institutions, transversales (le Laboratoire, l’espace virtuel) se soumettant à des règles décidées par la société numérique. Cette nouvelle réalité, que nous ne pouvons pas négliger, impacte l’art et la littérature : les romans historiques, les « romans historiens », la littérature de témoignage, les arts visuels coexistent ainsi avec la fiction prospective (fiction du possible qui repose sur la production de scénarios appliqués à notre présent modifié par la technoscience) ou des installations dirigées par des intelligences artificielles.

La démarche encouragée par ce programme vise à atteindre la fusion utopique de ces deux régimes, de cette double réalité à la fois historique et technoscientifique, de manière épistémologique et interdisciplinaire. Elle est enrichie grâce aux participants dont les compétences relèvent de plusieurs disciplines et elle se concentre ainsi sur une circulation de pratiques, d’idées de l’anthropologie, de l’histoire, de la philosophie, des différentes sciences vers la littérature contemporaine et l’art et vice-versa, à l’heure à laquelle de nouvelles règles de vie et de nouveaux champs de rationalités se dessinent pour l’être humain et son environnement culturel et politique. Plusieurs modifications touchent ainsi directement l’humain, son comportement social, son rapport avec d’autres êtres vivants, son environnement et invitent, peut-être, à réfléchir à une nouvelle théorie critique qui n’est plus reliée à de seules idéologies politiques, comme nous avons pu le connaître, mais qui prend en compte le non-humain, la machine et le virtuel. Entendues dans le sens de fiction aux ambitions esthétiques, ou dans le sens d’expériences touchant à la matière vivante ou machinique et pouvant transformer la manière dont nous définissons la vie, la littérature et l’art réagissent à ces mutations et cela est d’autant plus intéressant à analyser.

Puisque les éditeurs publient de plus en plus de romans qui s’intéressent aux enjeux que nos sociétés contemporaines traversent, puisque les écrivains assurent des conférences avec les chercheurs en sciences humaines et sociales, puisque les artistes prennent exemple sur les géologues, informaticiens, mathématiciens ou biologistes, plusieurs questions s’imposent :

Des romans sont écrits en s’appuyant sur des concepts et des pratiques empruntés aux sciences humaines et sociales, tout comme les artistes peuvent explorer les problématiques qui intéressent ces disciplines. Comment cet exercice influence-t-il la dimension esthétique de la littérature ou de l’art contemporains ? Les frontières entre les disciplines se fragilisent-elles ? Sont-elles vraiment importantes ?

Quels sont les critères de littérarité auxquels se soumettent les romans contemporains préoccupés par des changements infligés à l’homme et à son environnement via les guerres traditionnelles et la technoscience ? De même, quels sont les critères régissant l’art aux prises avec cette même actualité ?

Quelles sont les caractéristiques d’ordre méthodologique qui font la différence entre le travail d’un écrivain ou d’un artiste et celui d’un chercheur en sciences humaines et sociales ? Avons-nous encore besoin des catégories ?

Contact : magda.maftei@ehess.fr



Citer ce billet
vincentlecomte (2024, 5 février). Anne Simon – Lucie Taïeb / Jens Hauser – Ittah Yoda | Fiction, art, écologie et zoopoétique | EHESS | Paris | 6 février 2024. Animots. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vr2k

vincentlecomte

Vincent Lecomte est artiste, chercheur et enseignant en esthétique. Sa thèse, « Un Penser animal à l’œuvre », étudie les façons dont l’art convoque l’animal pour mettre en évidence d’autres consciences possibles du monde.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search