Benoit Huot  | “Le peuple qui vient” | Fondation du doute – Blois |  16 mars – 2 juin 2024

Benoit Huot, exposition “Le peuple qui vient”
Du 16 mars au 2 juin 2024
Fondation du doute – Ben & Fluxus collection
14 rue de la Paix, 41000 Blois

 

Diplômé de l’École des Beaux-arts de Besançon (1989), Benoit Huot (Montbéliard, 1966) vit et travaille à Gray. Il suspend, à la fin des années 1990, sa pratique picturale pour se consacrer à la restauration d’une ancienne ferme en maison-atelier, dans le petit village de Montivernage dans le Doubs. C’est au cours de ce chantier qu’il exhume des murs des corps d’animaux momifiés par le temps. L’expérience aura une influence décisive sur son œuvre : au milieu des années 2000, l’artiste se remet à l’ouvrage mais s’éloigne de la toile et des pinceaux pour désormais se consacrer à la sculpture. Il récupère çà et là des animaux naturalisés pour créer des « personnages », entrelacs composites de corps et d’objets divers – dont parfois des masques et des statuaires venus d’ailleurs – qu’ensuite il habille et recouvre de tissus, parures et autres passementeries, comme pour mieux les « préparer au voyage » voire les réactiver. Chacun est ensuite baptisé, souvent en empruntant le nom d’une divinité ou d’un être mythologique non occidental (Gonggong, Patèque, Egipan…) librement pioché dans un dictionnaire – plus par obligation pratique que par réel lien symbolique.

Le chemin qui mène de la vie à la mort, et inversement, est une des clés essentielles du travail de Benoit Huot. Sans que cela ne soit jamais souligné voire mentionné dans la biographie, cette fascination n’est pas étrangère à une expérience limite vécue sous psychotrope par l’artiste au milieu des années 1990, qui le conduira non seulement à se mettre « au vert » à la campagne, mais aussi au tournant radical que prendra son œuvre quelques années plus tard. Il est d’ailleurs peut-être révélateur que celle-ci semble habitée de la même ferveur inquiétante que les « chasses fantastiques » revenues de l’au-delà, sombres et flamboyantes à la fois.

Mais plus profondément encore, c’est bien la notion même de passage, toujours transgressif parce que transformateur, qui agite l’œuvre de Benoit Huot. L’inversion qui consiste à faire entrer l’animal dans le champ de la culture et du spirituel en même temps qu’il passe de la mort à la vie ; l’hybridation de reliques de corps artificiels (mannequins, poupées, statues, masques) et organiques (ossements, taxidermies…) ; les références plurielles aux figures de l’intercession ; ou encore le mode opératoire qui l’inscrit dans le sillage des pratiques cognitives, artistiques et in fine philosophiques identifiées et réunies sous la notion de « bricolage » par Claude Lévi-Strauss et ses héritiers… Toutes ces formes de transfert contribuent à faire naître du tréfonds des œuvres une présence active, dérangeante parfois, et à estomper les frontières entre le Même et l’Autre. Le visiteur n’est dès lors plus qu’un être singulier parmi d’autres êtres singuliers, sans plus trop savoir qui regarde, qui est regardé.

Le dossier de presse de l’exposition



Citer ce billet
vincentlecomte (2024, 6 avril). Benoit Huot  | “Le peuple qui vient” | Fondation du doute – Blois |  16 mars – 2 juin 2024. Animots. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w6ek

vincentlecomte

Vincent Lecomte est artiste, chercheur et enseignant en esthétique. Sa thèse, « Un Penser animal à l’œuvre », étudie les façons dont l’art convoque l’animal pour mettre en évidence d’autres consciences possibles du monde.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search