AàC “« Enfin tout le reste ». Donner voix à la nature” | Anita Staroń  dir. | Babel. Littératures plurielles | date limite 1er juillet 2024

“« Enfin tout le reste ». Donner voix à la nature”, Babel. Littératures plurielles, n° 51, premier semestre 2025, sous la direction d’Anita Staroń 


Il n’est plus besoin d’insister sur l’importance des préoccupations écologiques, qui se sont incontestablement imposées dans les consciences européenne et mondiale. À peine est-il nécessaire de présenter les études qui en sont nées et qui se développent, depuis quelques décennies, dans les monde anglosaxon et francophone, avec des différences méthodologiques que maints chercheurs ont déjà mises en lumière. On a ainsi relevé la prépondérance des questions idéologiques voire politiques dans l’approche des chercheurs américains ou britanniques et un intérêt plus marqué pour l’analyse des moyens littéraires au service de la cause écologique pour la part française. Deux voies principales que l’on distingue au sein de ces études : l’écocritique et l’écopoétique – recoupent, partiellement, ces deux systèmes d’analyse.

Nous entendons, pour le 51e numéro de la revue Babel. Littératures plurielles, ouvrir les portes à toute forme d’écriture environnementale. L’on pourra ainsi prolonger la réflexion théorique afin de mieux cerner le sens et les rapports mutuels des termes écocritique et écopoétique : sont-ils à comprendre comme deux champs d’étude parallèles, qui « reposent sur des fondements et qui visent des objectifs différents », comme les présente Michel Collot, car « [t]outes deux ont pour objet les représentations du rapport entre les hommes et la nature, mais l’éco-critique s’attache principalement à en dégager, et souvent à en dénoncer, les implications idéologiques et politiques, tandis que l’éco-poétique, sans ignorer leur contexte social et historique, étudie leur mise en forme et leur dimension spécifiquement littéraire »[1] ? Ou bien, comme le veulent Julien Defraeye et Élise Lepage, l’écopoétique ne serait-elle qu’un élément parmi plusieurs d’une structure plus vaste appelée écocritique[2] ? L’on pourrait aussi observer, avec Sara Buekens, qu’il est « impossible d’établir une distinction nette entre les formes françaises et francophones de l’‘‘écocritique’’ et l’écopoétique, ces deux approches s’intéressant au même corpus et présentant des champs de recherche qui se chevauchent et s’influencent mutuellement »[3].

Enfin, les différences entre les approches anglosaxonne et française et/ou francophone ne sont pas tout à fait à négliger et pourraient constituer un champ de réflexion intéressant. Parmi les voies à suivre, l’on pourrait considérer celle qui viserait à préciser le concept même de nature : en effet, faut-il l’opposer, de manière traditionnelle, à la culture ? Et l’homme, avec ses activités multiples et tellement marquantes que l’on a pu qualifier l’époque moderne d’« anthropocène », fait-il partie du monde de la nature, de celui de la culture – à moins, comme le constate Donna Haraway, qu’il évolue entre les deux[4] ? En effet, à lire Mark Payne, l’homme lui-même « ne comprend plus ses interactions avec l’animal comme la rencontre de la nature et de la culture »[5]. Et la nature, que l’on continue à percevoir comme cruelle, s’avère en même temps très fragile. La littérature prend progressivement conscience de cette nouvelle image de la nature, où l’homme a toute sa place – et un rôle à jouer, bénéfique ou néfaste. D’où l’affirmation de Jonathan Skinner qui ne veut s’intéresser « qu’à une écologie qui inclut à la fois la ville et la nature sauvage »[6].

Mais pour qui ne serait pas tenté par ces considérations théoriques, les possibilités d’analyse restent multiples et renvoient davantage à la pratique du texte littéraire. L’on pourrait ainsi l’aborder du point de vue de son lien avec l’écologie, partant des quatre critères de Lawrence Buell[7]. Et l’on pourrait, de manière tout aussi prometteuse, sinon plus intéressante pour une chercheuse ou un chercheur en littérature, analyser les aspects stylistiques, discursifs ou narratifs du texte pour y découvrir l’expression de l’intérêt et d’une compréhension profonde du monde de la nature, sans que pour autant s’y impose la vision anthropocentrée[8]. Le champ des études animales s’offrirait alors dans toute sa richesse, et notamment sur le plan du rapport au langage, qui, loin d’être réservé aux humains, « devient le lieu d’une rencontre où l’écrivain s’adresse aux bêtes et ajoute foi à leurs réponses », dans une « communauté polyphonique des vivants »[9], qu’il s’agirait d’explorer sur les traces d’Anne Simon, dans le cadre de ce qu’elle définit comme zoopoétique. Car le rôle de la littérature est non négligeable pour « libérer les animaux du langage humain par le langage littéraire », comme le dit Alexandre Gefen[10], pour « sortir d’un tout-humain », selon les propos d’Anne Simon[11]. Voire, pour s’intéresser au vivant au sens plus large : explorer, en outre du monde animal, le végétal et le minéral. Ce qui unirait cependant les textes analysés, ce serait, d’une part, leur sensibilité qui viserait plus large que l’aspect purement esthétique de l’environnement ; car, dans le type d’écriture qui nous intéresse ici, il ne s’agit pas de célébration lyrique des beautés de la nature ; mais d’une prise de conscience active de leur rôle, de leur place, comme de leur autonomie par rapport à l’homme[12]. D’autre part, l’aspect artistique se devrait de garder aussi son importance, puisque « [l]a valeur écologique d’un texte littéraire n’[est] pas uniquement une question thématique ou une question de choix générique, mais avant tout une question d’écriture, c’est-à-dire d’esthétique et d’imagination, qui sont les critères propres à l’activité artistique »[13].

Anne Simon, Pierre Schoentjes et d’autres chercheurs à qui le présent texte est redevable, limitent leur champ d’études aux XXe et XXIe siècles. Il importera, pour notre projet, de se tourner aussi vers ce qui précède, aux XVIIIe et XIXe siècles où, avec l’avènement des sciences et du développement industriel, se profile déjà la conscience protoécologique. On réservera également une place spéciale à la littérature dystopique capable de raconter, dans une veine apocalyptique, la menace écologique.

C’est au travers de ces voies multiples, dépassant les frontières entre les espèces, au delà des catégories du monde naturel, que l’on pourra – nous l’espérons – redonner voix à ceux que Francis Ponge appelle « les muets, la nature muette, les campagnes, les mers et tous les objets et les animaux et les végétaux. Pas mal de choses, on le voit. Enfin tout le reste »[14].


Les propositions d’articles sont à envoyer à l’adresse : anita.staron@uni.lodz.pl avant le 1er juillet 2024. Chaque proposition devra comporter un titre, un résumé de 700 signes maximum et un CV synthétique. Les communications finales (qui ne devront pas excéder 30.000 signes, espaces comprises) seront attendues avant le 31 décembre 2024.


Bibliographie sélective :

Bate, Jonathan, Romantic Ecology. Wordsworth and the Environmental Tradition, London, Routledge, 1991.

Bate, Jonathan, The Song of the Earth, Cambridge, Harvard University Press, 2000.

Blanc, Nathalie, Thomas Pughe & Denis Chartier, « Littérature & écologie : vers une écopoétique », Écologie & Politique, vol. 36 no 2 (2008), pp. 15-28.

Buekens, Sara, « L’écopoétique : une nouvelle approche de la littérature française », Elfe XX-XXI [En

ligne], 8 | 2019, URL : http://journals.openedition.org/elfe/1299 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elfe.1299.

Buell, Lawrence, The Environmental Imagination: Thoreau, Nature Writing, and the Formation of American Culture, Cambridge, Harvard University Press, 1995.

Buell, Lawrence, The Future of Environmental Criticism, Oxford, Blackwell, 2005.

Chelebourg, Christian, Les Écofictions. Mythologies de la fin du monde, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, 2012.

Collot, Michel, Un nouveau sentiment de la nature, Paris, Corti, 2022.

Defraeye, Julien, Élise Lepage (dir.), Approches écopoétiques des littératures française et québécoise de l’extrême contemporain, volume 48, numéro 3, 2019.

Finch-Race, Daniel, Stéphanie Posthumus (dir.), French Ecocriticism. From the Early Modern Period to the Twenty-Firts Century, Frankfurt am Main, Peter Lang, 2017.

Gefen, Alexandre, Réparer le monde. La littérature française face au XXIe siècle, Paris, Corti, 2017.

Romestaing, Alain, Pierre Schoentjes et Anne Simon (dir.), « Écopoétiques. Présentation », Revue critique de fixxion française contemporaine, no 11 (décembre 2015), pp. 1-5.

Schoentjes, Pierre, Ce qui a lieu. Essai d’écopoétique, Marseille, Wildproject, 2015.

Schoentjes, Pierre, Littérature et écologie. Le mur des abeilles, Marseille, Wildproject, 2020.

Simon, Anne, Une bête entre les lignes. Essai de zoopoétique, Marseille, Wildproject, 2021.

Suberchicot, Alain, Littérature et environnement. Pour une écocritique comparée, Paris, Honoré Champion, 2012.

Waldau, Paul, Animal Studies: An Introduction, Oxford, Oxford University Press, 2013.

[1] Michel Collot, « Écocritique vs écopoétique ? », Acta fabula, vol. 24, n° 6, juin 2023, article mis en ligne le 3 juin 2023, consulté le 6 mai 2024. URL : https://www.fabula.org/ revue/document16626.php, p. 3.

[2] Julien Defraeye et Élise Lepage, Approches écopoétiques des littératures française et québécoise de l’extrême contemporain, volume 48, numéro 3, 2019, p. 9.

[3] Sara Buekens, « L’écopoétique : une nouvelle approche de la littérature française », Elfe XX-XXI [En ligne], 8 | 2019, mis en ligne le 10 septembre 2019, consulté le 21 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/elfe/1299, p. 5.

[4] Cf. son concept de natureculture, forgé dans le dessein de dépasser le dualisme qui situerait l’humain dans une position exceptionnelle par rapport à d’autres formes du vivant.

[5] Mark Payne, The Animal Part: Human and Other Animals in the Poetic Imagination, Chicago, The Chicago University Press, 2015, p. 145 ; cité par Alexandre Gefen, dans sa propre traduction, in Réparer le monde. La littérature française face au XXIe siècle, Paris, Corti, 2017, p. 201.

[6] Julia Fiedorczuk, interview de Jonathan Skinner, in J. Fiedorczuk, Cyborg w ogrodzie. Wprowadzenie do ekokrytyki, Warszawa, Wydawnictwo Naukowe Katedra, 2015, p. 238.

[7] Blanc, Chartier et Pughe les résument ainsi : « 1) l’environnement non humain est évoqué comme acteur à part entière et non seulement comme cadre de l’expérience humaine ; 2) les préoccupations environnementales se rangent légitimement à côté des préoccupations humaines ; 3) la responsabilité environnementale fait partie de l’orientation éthique du texte ; 4) le texte suggère l’idée de la nature comme processus et non pas seulement comme cadre fixe de l’activité humaine » et ajoutent : « À l’évidence, ce sont des critères essentiellement thématiques qui ne nous instruisent qu’indirectement sur les moyens formels que l’écrivain peut employer pour écrire la nature. Ils s’expliquent en fin de compte par les goûts personnels du critique et par son engagement en faveur de la protection de l’environnement. Dans cette approche, le texte littéraire est considéré comme un document culturel, historique ou politique parmi d’autres et sa spécificité esthétique est reléguée au second plan, en faveur de son contenu « écologique » que le critique s’efforce d’évaluer » (Nathalie Blanc, Denis Chartier, Thomas Pughe, « Littérature & écologie : vers une écopoétique », Écologie & Politique, vol. 36, no 2 (2008), p. 19-20). Cf. Lawrence Buell, The Environmental Imagination : Thoreau, Nature Writing, and the Formation of American Culture, Cambridge, Harvard University Press, 1995.

[8] Le concept de décentrement prend ici toute son importance, puisqu’il « semble […] toucher à l’essence du travail écologique de la littérature dans la mesure où il ne cantonne pas ce dernier à une certaine période, un certain style, une certaine thématique ou un certain genre, mais met en avant la nécessité de réinventer continuellement les façons par lesquelles la nature humaine s’inscrit dans la nature non humaine » (Blanc, Chartier, Pughe, op. cit., p. 23).

[9] Anne Simon, Une bête entre les lignes. Essai de zoopoétique, Marseille, Wildproject, 2021, p. 35.

[10] Alexandre Gefen, op. cit., p. 201.

[11] Anne Simon, op. cit., p. 34.

[12] Pierre Schoentjes analyse le développement de cette « littérature environnementale » dans Littérature et écologie. Le mur des abeilles, Marseille, Wildproject, 2020, pp. 16-18 et sq.

[13] Blanc, Chartier, Pughe, op. cit., p. 23.

[14] Francis Ponge, La Rage de l’expression, Paris, Gallimard, 1952, passage cité par Anne Simon, op. cit., p. 28.



Citer ce billet
Anne Simon (2024, 22 mai). AàC “« Enfin tout le reste ». Donner voix à la nature” | Anita Staroń  dir. | Babel. Littératures plurielles | date limite 1er juillet 2024. Animots. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11phr

Anne Simon

Anne Simon est Directrice de recherche au CNRS et Professeure à l'Ecole normale supérieure (Paris). Responsable du Centre international d'étude de la philosophie française–PhilOfr, elle anime les carnets PhilOfr, Animots, Pôle Proust et Prix Recherche au présent.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search