Portrait de l’animal | Mans-Angers | 8-10 oct. 2015

Colloque international (Labo 3 L.AM) “Portrait : regard sur l’animal et son langage”

8 au 10 octobre au Mans et à AngersVignette+texte droits mini

Dans La bâtarde (1964), Violette Leduc nous dit : « Pourquoi rabaisser les animaux jusqu’à notre langage. Ils ont leurs plaintes, ils ont leurs cris, ils ont leurs plaisirs, leurs drames, leurs abandons, leurs famines ». Il y a là une sensibilité particulière par rapport à l’identité animale ainsi que toute la problématique de sa représentation.

Le Labo 3L.AM a consacré un séminaire à cette question, dont le résultat final fut l’organisation de deux journées d’étude : “L’homme et l’animal dans leurs représentations” (livresques, théâtrales, picturales…) “Figures et symboles entre l’Antiquité et les temps modernes” (Le Mans, 11 octobre 2013) et  “L’homme et l’animal : figures et symboles à l’époque moderne et contemporaine” (Angers, 4 avril 2014). Le centre de recherches s’était auparavant intéressé à la notion de portrait, travaux à l’origine de la publication en 2013 de l’ouvrage “Le portrait : champ d’expérimentation”, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013.

Le projet actuel envisage un travail sur le portrait animal (iconographique et textuel).
Loin de la fable, le vrai portrait animal, la perception réelle de la bête, constitue une manière d’accepter l’autre ou de s’accepter en tant que membre d’une communauté plus large. Être avec l’animal sans le maîtriser, sans le transformer, est l’une des options possibles, devant laquelle l’homme a quelquefois trouvé l’une des alternatives de son « être dans le monde ». Cela n’exclut pas une confrontation, qui est dans la nature : nous sommes tous avec et contre les autres. De ce débat, de ce sentiment contradictoire, l’art et la littérature ont laissé des traces que le portrait reflète. Nous essayerons d’étudier les œuvres qui accordent à la représentation animale le devant de la scène : c’est toujours l’homme qui regarde la bête (nous resterons toujours dans cette perspective humaine du regard car il est difficile de quitter ce langage), mais ce regard est problématique et mouvant.

 

Programme :

  • La littérature et la peinture face aux dérives animalistes (Elisabeth de Fontenay)
  • La recherche du point de vue dans les biographies animales (Éric Baratay)
  • Regards sur l’animal dans l’album narratif pour enfants (Michel Defourny)

I- De l’animal sensible à l’animal souffrant

  • La sémantique et la sémiotique au service du « langage animal » (Astrid Guillaume)
  • Quand Voltaire décrypte le langage de l’animal sensible (Jacques Wagner)
  • Spectacles d’agonie, passion et compassion. La tragédie vécue par l’animal chez Gustave Courbet. L’animal en scène (Maria Yannaros)
  • La présence animale au secours de personnages déshumanisés : la revalorisation de l’humain à la faveur de bêtes d’amour romanesques de la littérature européenne contemporaine (Eugenia Grammatikopoulos et Marina Vihou)
  • Des castors et des hommes (Rémi Luglia)

Attention : les axes II et III – salle Frida Khalo – se déroulent en même temps que les axes IV et V – salle Julien Gracq)

II- La question du point de vue animal en littérature

  • Rocinante en majesté (Sandra Contamina)
  • Le point de vue d’un éminent victorien : Flush de Virginia Woolf (Mireille Duchêne)
  • Juan Ramón Jiménez et le point de vue animal : le portrait polyphonique de Platero (Fernando Copello)
  • Quand l’animal redevient un animal dans les albums pour enfants espagnols (Patricia Mauclair)
  • Les albums documentaires animaliers pour la jeunesse : immersion dans le monde animal (Florence Gaiotti)

III – Visage et rencontre : modalités de l’altérité animale

  • Paraître/Disparaître. Double langage de l’esthétique animale (Amélie Balazut)
  • La question du portrait animal au Siècle des Lumières (Loreline Pelletier)
  • Loup réel, loup symbolique, loup imaginaire (Anne Lalo)

IV – L’animal entre effet d’apparences, forme et sujet

  • Le monde animal a-t-il quelque(s) chose(s) à nous dire ? (Stéphanie Chanvallon)
  • Les larmes d’Ulysse (Sophie Michon-Chassaing)
  • Le singe acteur : intention mimétique et tension communicative (Marco Vespa et Arnaud Zucker)
  • Le visage de l’animal (XVIe-XVIIIe siècles) : de l’anthropomorphisme au zoomorphisme (Matthew Senior)
  • Le visage parlant du tigre : érotisme séducteur et langage poétique chez Flavio Herrera et Eduardo Lizalde (Jorge Chen Sham)

V – L’animal dans l’espace des sociétés et des traditions

  • Quelle place pour l’animal dans la société civique grecque ? Controverses à travers les écrits de Plutarque et des Stoïciens (Alexandra Kovacs)
  • Conversation avec la bête. Les animaux de François d’Assise (Brigitte Pointrenaud-Lamesi)
  • Traditions historiques et représentations des animaux sauvages chez les Toupouri du Nord-Cameroun (Crépin Wowé)

Conférence : Le temps des animaux (Nourit Melcer-Padon)

VI – L’animal et ses représentations

  • La langue des animaux dans la société castillane et les encyclopédies du XIIIe siècle (Charles Garcia)
  • La sorcière de Harlem et sa chouette : Frans Hals peint l’anti-Minerve du Siècle d’Or des Pays-Bas (Luc Bergmans)
  • Le chant des bêtes. Quelques considérations sur l’animal à l’opéra (Jean-François Lattarico)
  • Colonialisme modéré des représentations romantiques du cheval arabe (Jaeyeon Park)

 

Consulter le programme complet

Informations complémentaires : 

8 oct. : Université du Maine, Le Mans Bibliothèque Universitaire – Salle Pierre Belon ; 9-10 oct : Université d’Angers Maison de la recherche Germaine Tillion – Salles Frida Khalo et Julien Gracq

Contacts : Angers : Joëlle Vinciguerra joelle.vinciguerra@univ-angers.fr ; Le Mans : Delphine Huet delphine.huet@univ-lemans.fr

 

Anne Simon

Responsable du programme "Animots"

More Posts


Vous aimerez aussi...