[Animots] Enjeux de l’animalité dans le roman contemporain : entretien d’Anne Simon avec Marie Darrieussecq

Dans le cadre des conférences du mardi du Musée de la Chasse et de la Nature, « Cas d’espèce, De la figure animale dans les pratiques contemporaines ».

Mardi 13 décembre 2011

Enjeux de l’animalité dans le roman contemporain : entretien avec Marie Darrieussecq

Par Anne Simon, chargée de recherche au CNRS

De 18 h 30 à 20 h 30

Auditorium de l’Hôtel de Mongelas – 62, rue des Archives – 75003 Paris

« Cas d’espèce, De la figure animale dans les pratiques contemporaines »

En partenariat avec l’université Paris I et l’institut national d’Histoire de l’art, le musée de la Chasse et de la Nature proposera en 2011 et 2012, une série de conférences et de rencontres permettant de mettre en lumière les enjeux de ce débat. Ce cycle est proposé et organisé en collaboration avec Marion Duquerroy.

Que signifie aujourd’hui la multiplication de la figure animale dans la production contemporaine ? Partant de cette question basée sur constat empirique, les conférences proposent, grâce à une série de cinq interventions, de revenir sur les différentes formes aussi bien plastiques que littéraires prouvant que le territoire de l’animal s’est considérablement élargi. Déjà les textes de Félix Guattari et Gilles Deleuze proposaient une relecture de notre rapport à la faune en faisant bouger l’homme et son futur vers un devenir-animal alors que Jacques Derrida présentait l’animal et sa singularité comme révélateur de l’humanité. C’est bien ici non pas l’animal pour lui-même qui intéresse le discours post moderne et les artistes mais bien ce qu’il permet de faire jaillir de l’homme, ce qu’il nous donne à lire sur notre condition. Croisant les frontières, l’homme, face à l’énigme animale, cherche à se glisser sous sa fourrure par l’imaginaire et les mots comme dans le roman Truismes de Marie Darrieusecq (POL, 1996) ou physiquement par l’utilisation de la science lorsque, lors d’une performance, Marion Laval-Jeanted se fait transfuser du sang de cheval. L’animal encore peut être une piste, une trace à suivre pour permettre à l’homme de recouvrer son entité première, sa relation directe à la nature aussi bien par le prisme de la bestialité que par la beauté aux références classiques. C’est ce rapport ambigu qu’illustre parfaitement la série photographique Le Chien Jaune (2005) de Christophe Bourguedieu prise lors d’une journée de battue. Révélateur encore des tourments de l’homme et de sa psychologie, l’animal hante les œuvres pour mieux définir nos maux et peurs comme le montrent les apparitions équestres dans les peintures de Marc Desgrandchamp surgissant telles des vanités ou des figures cauchemardesques. Et c’est bien dans ce grand chaos engendré par une société qui semble aller trop vite et en prise à des problèmes écologiques, alors que ne cesse de se brouiller de la limite entre nature et culture, que le motif du cabinet de curiosités refait surface. Mêlant esprit scientifique et désir esthétique, il permet de figer cette nature, d’arrêter le temps, pour mieux la classifier. Naturalisé ou en peluche, épinglé ou conservé grâce aux technologies modernes, l’animal, naturel ou artificiel, revient sur le devant de la scène artistique suivant la tradition du collectionneur, comme le prouvent les photographies des cabinets contemporains dans l’ouvrage d’Emmanuel Pierra, ou avec tout l’humour et la fraicheur que diffusent, entre autres, les petites compositions d’Yves Yacoël.

Entrée libre dans la limite des places disponibles


Audrey Lasserre

Chargée de mission

More Posts

Vous aimerez aussi...