Patrimonialisation du savoir naturaliste | INHA | 15 déc. 2015

Temple du savoir scientifique | INHA | 15 déc. 2015

Séminaire PatriNat-Patrimonialisation du savoir naturaliste
Temple du savoir scientifique, INHA, Galerie Colbert, 15 déc. 2015, 18h30

Détail des interventions 

« La statuaire au Jardin des Plantes de Paris, entre spectacle et illustration scientifique. » Olivier Vayron
Au Jardin des Plantes de Paris, les abords des galeries publiques, des fabriques, des cages et des sentiers de la ménagerie sont ornés d’une multitude de sculptures. Au fil de sa promenade, le visiteur pourrait s’étonner de trouver dans ce temple de la science des sujets si variés et parfois si légers. En effet aucun lien ne semble exister entre la Vénus Genitrix qui fait face à la galerie de minéralogie, le groupe de Paul et Virginie couronné par Bernardin de Saint-Pierre ou le Dénicheur d’oursons qui prend aujourd’hui place dans l’aire de jeu des enfants…
Depuis sa constitution, en juin 1793 le Muséum national d’histoire naturelle, première institution française attachée aux sciences naturelles, n’a cessé de s’enrichir d’œuvres sculptées. Dans ce lieu atypique,  à la fois jardin public et musée de sciences naturelles, l’étalement de ces acquisitions sur des décennies ne plaide pas en faveur d’un programme décoratif harmonieusement constitué. Et néanmoins, l’important patrimoine artistique du Muséum de Paris possède plus qu’un intérêt plastique.

« Allégories, fonderies et curiosités géologiques : l’apparent – mais très cohérent – bazar décoratif de l’école des Mines de Paris. » Christian Hottin
L’implantation de l’École des mines à l’Hôtel de Vendôme, sous la Restauration, marque pour cet établissement la fin d’une période d’errance  qui durait depuis sa fondation sous l’Ancien Régime. Par la suite, ce grand établissement fait l’objet de nombreux travaux d’agrandissement et d’embellissement, notamment destinés à mettre en valeur ses importantes collections minéralogiques. Entre 1855 et 1860, Le grand escalier de l’hôtel fait l’objet d’un ambitieux programme décoratif, partagé entre Hugard de la Tour, peintre de paysages, et Abel de Pujol, auteur des scènes allégoriques qui ornent les plafonds. Vers la même époque, François Bonhommé, pionnier de la représentation des sites industriels de l’Europe, réalise pour les salles destinées aux élèves d’étonnantes compositions qui se veulent tout à la fois didactiques et scientifiques. Elles sont détruites peu après, lors du prolongement du boulevard Saint-Michel, et seules demeurent aujourd’hui les oeuvres installées dans l’escalier. L’ensemble forme une synthèse des thématiques et approches pratiquées dans le décor des établissements d’enseignement supérieur au XIXe siècle.

 

Avec le soutien des institutions suivantes

Bibliothèque nationale de France (BnF)
Centre national de la recherche scientifique (CNRS)
Muséum national d’histoire naturelle (MNHN)
Sorbonne Universités
Université Paris-Sorbonne
Université Pierre et Marie Curie (UPMC)
Date et lieu

Mardi 15 décembre 2015, 18h30
INHA – Galerie Colbert
2, rue Vivienne, 75002

Salles Ingres

Précédents séminaires

Mercredi 04 février 2015 « Taxidermie & Image »
Jeudi 16 avril 2015 « Image scientifique & Savoir numérique »
Mardi 19 mai 2015 « Esthétique scientifique »
Mercredi 21 octobre 2015 « Exposer le savoir scientifique »

 

Image en Une : détail du tableau Le Ballon rouge n’a pas pris feu de Cosa Dhers ; avec son aimable autorisation.

Anne Simon

Responsable du programme "Animots"

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search