Des êtres vivants et des artefacts | Revues | janv. 2016

Parution des actes du colloque international qui s’était tenu au Musée du Quai Branly le 9 et 10 avril 2014 :  « Des êtres vivants et des artefacts. L’imbrication des processus vitaux et des processus techniques »

des_etres_vivants_et_des_artefacts-small240Éditeurs scientifiques : Perig Pitrou, Ludovic Coupaye et Fabien Provost. Avec la collaboration de Roy Ellen, Carole Ferret, Eduardo Kac, Frédéric Keck, Emma Kowal, Dominique Lestel, Doyle McKey, Joanna Radin, Laura M. Rival, Rupert Stasch et Nancy J. Turner

 

Organisé par Perig Pitrou, Ludovic Coupaye et Laura Rival, en partenariat avec le Laboratoire d’anthropologie sociale, la Pépinière interdisciplinaire CNRS-PSL « Domestication et fabrication du vivant », le département de la recherche et de l’enseignement du musée du quai Branly, la Fondation Fyssen et la Ville de Paris. Avec les contributions de Ludovic Coupaye, Roy Ellen, Carole Ferret, Eduardo Kac, Frédéric Keck, Emma Kowal, Dominique Lestel, Doyle McKey, Perig Pitrou, Joanna Radin, Laura Rival, Rupert Stasch et Nancy J. Turner.

En dépit des différences existant entre les êtres vivants et les artefacts, il est fréquent que les sociétés humaines tentent d’expliquer certains processus vitaux – tels que la croissance, la reproduction, l’animation – à travers les analogies qu’ils présentent avec les processus techniques, comme on l’observe par exemple dans les mythes de création. Par-delà ces ressemblances, il est surtout intéressant de constater que ces processus s’imbriquent de diverses manières selon que l’on observe les activités agricoles, horticoles ou pastorales, l’incorporation d’artefacts (greffes, ornements), la transformation, rituelle ou non, d’êtres vivants en artefacts ou encore le biomimétisme. La pluralité des actions, de fabrication ou de domestication, grâce auxquelles les humains exercent leur pouvoir sur le vivant renvoie ainsi à des conceptions de la vie qui varient selon les champs de la pratique, les époques ou les cultures. À travers une approche interdisciplinaire et comparatiste s’appuyant sur des enquêtes menées dans des sociétés occidentales et non-occidentales, ce colloque international proposait aux participants de commencer à explorer cette multiplicité.

Présentation des enjeux théoriques du colloque par Perig Pitrou et Ludovic Coupaye

 

 

L’ensemble des interventions est également disponible sur : http://actesbranly.revues.org/

Certaines présentations faites lors du colloque ont donné lieu à des publications dans des revues, elles ne sont donc pas intégrées dans ces Actes, mais sont consultables grâce aux liens suivants :

  • Sophie Houdart, « Petits récits destinés à joindre les deux bouts des particules au cosmos – en passant par la Suisse », Gradhiva, 2015, n°22, pp. 106-135. [Lien]
  • Charles Stépanoff, « Transsingularities : the cognitive foundations of shamanism in Northern Asia », Social Anthropology, 2015, n°23 (2), pp. 169-185. [Lien]

Honorine Tellier

Rédaction et aide à la conception du carnet

More Posts

Vous aimerez aussi...