A. Leroy | Humains et non-humains à l’âge de l’anthropocène : L. Castaing-Taylor, I. Barbash et V. Paravel | EHESS | 24 mars 2016

Séminaire Documents : Des images, des sciences, du sensible. Troisième séance

« Humains et non-humains à l’âge de l’anthropocène. Les films de Lucien Castaing-Taylor, Ilisa Barbash et Verena Paravel »
Alice Leroy (ENS de Lyon)
Séance couplée avec le séminaire « Les fins de l’histoire » à l’ENS

 

Sweetgrass

Sweetgrass

Jeudi 24 mars
14h30-16h30,
amphi Rataud,
ENS, 45 rue d’Ulm
75006 Paris

Le terme « anthropocène » qualifie l’ère géologique dans laquelle les activités anthropiques ont façonné l’environnement terrestre pour transformer si profondément les biotopes que l’être humain peut désormais être considéré comme une force géologique à l’échelle de la planète. Ce nouvel ordre anthropogénique suscite un grand nombre de réflexions dans diverses disciplines des sciences sociales : dans le champ de l’anthropologie, les travaux de Philippe Descola, Eduardo Viveiros de Castro ou encore Bruno Latour, invitent par exemple à repenser les relations entre humains et non-humains et la ligne de partage entre les uns et les autres comme entre nature et culture. Mais un certain nombre de films, comme ceux produits par le Sensory Ethnography Lab à Harvard, mettent également en tension ces bouleversements écosystémiques en nouant à une réflexion sur les modes d’existence une investigation des formes d’expression propres aux technologies audiovisuelles. En liant ainsi des questionnements épistémologiques et esthétiques, ces films proposent de penser dans un même mouvement la multitude des formes d’existence, humaines et non-humaines, et les qualités sensorielles, plutôt que discursives, du médium cinématographiques. À partir de Sweetgrass (2009) et de Leviathan (2012), on verra à quelles conditions ce pari épistémo-esthétique est mis en œuvre, et quelles en sont les conséquences sur le plan de la construction d’une représentation de l’animal, et plus largement des formes du vivant, mais aussi sur la production du savoir dans une science qui cherche à désanthropologiser l’expérience du regard et à marginaliser l’usage de la parole.

Alice Leroy (E.N.S. Lyon)
Emanuele Coccia (CEHTA – EHESS)
Informations : alice.leroy@ens-lyon.fr / emanuele.coccia@ehess.fr



Citer ce billet
Anne Simon (2016, 21 mars). A. Leroy | Humains et non-humains à l’âge de l’anthropocène : L. Castaing-Taylor, I. Barbash et V. Paravel | EHESS | 24 mars 2016. Animots. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b6ep

Anne Simon

Anne Simon est Directrice de recherche au CNRS et Professeure à l'Ecole normale supérieure (Paris). Responsable du Centre international d'étude de la philosophie française–PhilOfr, elle anime les carnets PhilOfr, Animots, Pôle Proust et Prix Recherche au présent.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search