Les sciences du psychisme et l’animal | RHSH/EHESS | 2016

Séminaire Histoire des sciences humaines et sociales, EHESS
animé par Jacqueline Carroy (directrice d’études EHESSS), Wolf Feuerhahn (chargé de recherche au CNRS), Rafael Mandressi (chargé de recherche au CNRS, Andreas Mayer (chargé de recherche habilité au CNRS), Nathalie Richard (professeur à l’Université du Maine)

Séminaire bimensuel : vendredi de 14 h à 16 h
Centre Alexandre-Koyré, 27 rue Damesme (5e étage) 75013 Paris

Présentation de « Les sciences du psychisme et l’animal », Revue d’histoire des sciences humaines, n° 28, Aude Fauvel, Jérôme Michalon, Rémy Amouroux (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne, janvier 2016

en présence de contributeurs

Entre libre dans la limite des places disponibles

 

28405100580560L-small227Psychiatres testant des produits toxiques sur des chiens, psychologues bombardant des chèvres « psychonévrosées », psychothérapeutes arrachant des bébés singes à leurs mères pour les observer…, au titre de l’histoire animale les disciplines psys semblent se situer sur une ligne classique : celle d’une vision utilitaire des animaux, exploités et sacrifiés sur l’autel de la science. Selon certains chercheurs, si les savoirs psys ont, depuis Darwin, souligné les similitudes entre l’esprit humain et animal, ils n’auraient ainsi pourtant pas aidé à réduire l’écart entre l’un et l’autre. Dans l’histoire des sciences du psychisme, comme ailleurs, étudier les animaux ce serait être essentiellement confronté au récit de leurs souffrances.
Ce numéro porte un regard différent sur ce lien entre animaux et sciences du psychisme et montre que les secondes ne se sont pas seulement construites contre les bêtes mais aussi en collaboration avec elles, dans des rapports d’influences mutuelles, au dedans et au dehors des laboratoires. À côté des cobayes d’expériences, les psys ont fait surgir d’autres figures de l’animalité, percevant les animaux comme des partenaires, des patients, et même, comme des thérapeutes. En revisitant l’histoire psy sous cet angle, l’objectif n’est pas seulement de contribuer au renouvellement du regard sur l’histoire animale, il est aussi de participer à la réflexion sur la façon dont penser avec les animaux peut aider à penser les sciences de l’homme.


Anne Simon

Responsable du programme "Animots"

More Posts

Vous aimerez aussi...