La microbiologie dans les pratiques artistiques contemporaines | Sorbonne nouvelle| 28 février 2017

Journée d’étude consacrée à « La microbiologie dans les pratiques artistiques contemporaines », le 28 février 2017 de 14h à 18h à la Sorbonne Nouvelle

index

 

à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Grand amphithéâtre de l’Institut du monde anglophone, 5, rue de l’École de médecine, 75006 Paris

PROGRAMME

14h – 14h50 : François-Joseph Lapointe (Université de Montréal / Laboratoire d’écologie moléculaire et d’évolution) « Microbiota ex machina – les microbes dans l’art/ l’art dans les microbes »
Discutant : Eric Bapteste (CNRS / équipe « Adaptation, Intégration, Réticulation & Evolution »)

La découverte du microbiote a révolutionné la façon dont les scientifiques définissent notre espèce. Chez l’humain, de récentes études ont révélé qu’une minorité des cellules qui composent notre corps sont des cellules humaines, les autres étant des cellules bactériennes. Or, s’il est vrai que la plupart de nos cellules ne sont pas des cellules humaines, en quoi sommes-nous encore humains ? Que reste-t-il de l’Homo sapiens à l’aune des recherches sur le microbiote humain ? Poursuivant leur intérêt pour les limites de l’organisme et de l’individu, de nombreux philosophes s’emparent aujourd’hui du microbiote comme objet d’étude pour en définir toute la portée. Qu’il s’agisse de représenter sous diverses formes cet univers microscopique qui nous compose ou d’en explorer plus concrètement la malléabilité et les possibilités via une multitude de techniques expérimentales, le microbiote s’affirme également comme une nouvelle thématique du champ de l’art. À l’aide d’exemples tirés de diverses pratiques artistiques, j’exposerai les enjeux éthiques et esthétiques qui émergent de ce domaine spécifique de la biologie contemporaine.

14h50 – 15h40 : Jennifer K. Dick (Université de Haute Alsace / Institut de Recherche en Langue et Littératures européennes) « Circuits, CERN et l’imaginaire scientifique : de l’observation à la création en poésie contemporaine.
Discutante : Carole Birkan-Berz (Sorbonne Nouvelle – Paris 3 / PRISMES – Langues, Textes, Arts et Cultures du Monde Anglophone)

Abordant l’échange entre la microbiologie et la poésie dans les œuvres contemporaine de Jennifer K Dick, Mary-Lou Rowley et Christian Bök parmi d’autres, l’exploration se focalisera sur les questions de ce que l’on sait, de ce que l’on peut dire que nous sommes, et de ce que l’on tente de faire face à notre finitude biologique et artistique. Thèmes abordés : —un vocabulaire double : donné d’un sens microbiologique et d’un autre sens commun —musicalité de la science : mots d’origine latine et leur musique particulière —opacité vs transparence : la recherche de la connaissance de soi et de l’autre —la bio-sémiotique, la bio-poésie et l’art du mot

15h40 – 16h : Pause

16h – 16h50 : Lia Giraud (Paris Sciences et Lettres / EnsadLab) « L’œuvre-processus : une approche mésologique et esthétique de la sensitivité chez les micro-organismes »
Discutante : Catherine Larose (CNRS / Ampère – Environmental Microbial Genomics

La sensitivité des micro-organismes et leurs capacités d’interaction avec un milieu donné sont à l’origine des « œuvre-processus », installations en devenir où des processus biologiques réels dialoguent avec des processus techniques. Cette relation s’établie au travers d’activités opératoires choisies, qui mettent à l’œuvre les rapports de symbiose ou de lutte qu’entretiennent le vivant et l’artefact dans notre contexte techno-scientifique actuel. En proposant ce milieu hybride sans pour autant imposer une forme unique, l’œuvreprocessus cherche à soigner une relation singulière au milieu dans et par lequel l’individu s’élabore ; un processus qui se déploie autant dans l’expérience esthétique que dans l’activité de recherche artistique.

16h50 – 17h40 : Marion Laval-Jeantet (Paris 1 – Panthéon Sorbonne / UMR Acte CNRS) « Auto-expérimentation artistique et microbiote »
Discutante : Anne Simon (CNRS / EHESS – CRAL, programme Animots)

Après avoir expérimenté l’altérité immunitaire à travers l’expérience Que le cheval vive en moi, nous nous sommes (le duo Art Orienté Objet) tout naturellement intéressés à l’altérité éco systémique que constitue le microbiote humain. Cet intérêt nous a conduit à une nouvelle expérience extrême, May the Pygmies Live in Me (Que le pygmée vive en moi), révélatrice de la complexité du monde moderne globalisé. Cette expérience interroge profondément les destructions inconsidérées entraînées par la société technologique au nom du développement, mais aussi les conséquences complexes de la globalisation sur nos organismes. Des conséquences encore méconnues qui pourraient changer notre conception du monde contemporain.

17h45 Discussion

18h15 Cocktail

 

URL de référence : https://litorg.hypotheses.org/

Anne Simon

Responsable du programme "Animots"

More Posts


Vous aimerez aussi...