Panel Ecopoétique et lettres environnementales | Extension du domaine de la littérature | Aix | 14 sept. 2017

Dans le cadre du colloque Extension du domaine de la littérature se tiendra un Panel « Écopoétique et lettres environnementales »

avec Jonathan Hope, Pierre-Louis Patoine, Anne Simon, Sara Buekens

L’Arche de Noé sur le Mont Ararat, de Simon de Myle
Jeudi 14 septembre 2017, Aix, Faculté des lettres, Campus Schuman
https://extension.sciencesconf.org/data/pages/PROG_SEL_DEF.pdf
Programme du panel :

Pierre-Louis Patoine, Maître de conférence, Sorbonne Nouvelle : « Relire/habiter/décroître : une lecture écocritique de Tolkien»
La relecture a mauvaise presse. On la qualifie de « régressive » dans une culture axée sur le progrès et la croissance, obsédée par l’acquisition, l’accumulation, l’utilisable et le jetable. La relecture est subversive : relecture paresseuse dans un monde (notamment universitaire) où il faudrait avoir tout lu (voir Meyer Spacks 2011, On Rereading). Source de stagnation mentale, la relecture serait pur gaspillage de temps, une denrée devenue précieuse, et qu’il faut investir dans des activités utiles (voir Ordine 2014, L’utilité de l’inutile).
Au contraire, la relecture ouvre vers l’inutile. Libérée du désir de comprendre un récit, d’y progresser pour en atteindre la fin, elle laisse de l’énergie attentionnelle au superflu, à l’excessif, aux détails non-fonctionnels du texte. La menue découverte, l’ornement inaperçu se révèle soudain, instaurant un régime de lecture plus esthétique que cognitif (la musique et la peinture sont des arts qui se relisent sans s’user).
Cet aspect esthétique, sensuel de la relecture sera pensé comme manière d’habiter un univers romanesque, la Middle-Earth créée par Tolkien tout au long de sa vie. Parce que le travail de Tolkien est avant tout celui de la création d’univers, celui du lecteur est d’abord celui d’une habitation. Nous verrons comment l’ampleur, la longueur de l’œuvre tolkienniene déjoue les rythmes du néo-libéralisme post-industriel et facilite ce rapport habitationnel qui est au cœur de la pensée écologique contemporaine.


Anne Simon, Directrice de recherche CNRS, CRAL CNRS/EHESS : « Réduction du territoire des bêtes : la zoopoétique, un chantier d’étude vital »
À l’heure où le séjour des bêtes est de plus en plus mis en question par l’exploitation industrielle du vivant, la zoopoétique, a, entre autres objectifs, pour souci de repérer comment les œuvres formalisent les enjeux et les conséquences de cette réduction du territoire des bêtes. C’est bien à un chantier vital, actuel et urgent que s’attelle cette approche des textes émergente qui adosse les études animales littéraires à un champ pluridisciplinaire original (éthologie, éthique, postphénoménologie, biosémiotique, mésologie…).

Sara Buekens, Doctorante Université de Gand, L’écopoétique : une nouvelle approche de la littérature française
La problématique environnementale est restée discrète dans la critique littéraire française. Pourtant, au 20e siècle un grand nombre d’écrivains de fiction se sont déjà intéressés aux problèmes écologiques, comme la pollution, la disparition des espèces et la menace nucléaire. Depuis 30 ans s’est développée une discipline qui étudie la littérature dans ses rapports avec l’environnement naturel. L’ecocriticism s’est imposée dans le monde anglo-saxon et s’intéresse surtout à l’engagement écologique exprimé par la non-fiction; l’écopoétique s’intéresse à la littérature environnementale écrite en français et privilégie l’analyse formelle des textes.
L’écopoétique pourrait donc renouveler les études littéraires, en proposant une analyse de la littérature française dans son rapport avec l’environnement. Cela permettra d’identifier les points de vue du monde littéraire sur le rôle de la nature dans et pour la société humaine et sur les soucis écologiques auxquels cette société doit et devrait faire face.
Etant donné qu’il s’agit également d’une approche formelle, cette discipline permettra de voir dans quelle mesure une prise de conscience grandissante pour l’environnement dans la littérature conduit ponctuellement à des choix d’écriture différents.
Finalement, il s’agit de voir comment la problématique environnementale peut nous apporter des vues nouvelles sur les mutations caractérisant la littérature entre 1945 et 2015. Etant donné que les manuels et les histoires de la littérature du 20e et du 21e siècle ont prêté peu d’attention à ce courant de littérature d’imagination ancrée dans le monde concret, l’étude écopoéticienne permettra de donner une place aux concret, et plus particulièrement aux enjeux environnementaux dans l’histoire littéraire. Ainsi, cette discipline donne lieu à une lecture nouvelle, voire une redécouverte des œuvres classiques de la littérature française du 20e siècle.

URL de référence : https://extension.sciencesconf.org/

Anne Simon

Responsable du programme "Animots"

More Posts

Vous aimerez aussi...