Emilie Frémond | Les surréalistes et la nature | Sorbonne Nouvelle | 23 mars 2018

Vers une géographie littéraire
séminaire 2018 : « Littérature, arts et nature », organisé par M. Collot
17 h-19h, 23 mars 2018

Émilie FRÉMOND (UMR THALIM, Université Sorbonne nouvelle / CNRS)

« Je ne vois pas l’arme cachée dans la forêt ». Les surréalistes et la nature

Cible de toutes les attaques dans les années vingt, la nature constitue paradoxalement un formidable moyen de saper les bases de la culture bourgeoise à laquelle s’attaquent les surréalistes. De la rhétorique éruptive des avant-gardes aux diverses formes de perturbation de la voie publique, jusqu’au renouvellement des techniques artistiques, la nature s’introduit partout. Outil polémique, réservoir d’images révolutionnaire, la nature devient pourtant peu à peu un enjeu à part entière qui intéresse autant les pratiques artistiques que les prises de position politiques.

Émilie FRÉMOND, maîtresse de conférences à la Sorbonne nouvelle, a soutenu en 2012 une thèse consacrée aux rapports du surréalisme à la nature dont le premier tome « Le Surréalisme au grand air. 1 Écrire la nature » a paru fin 2016 aux Classiques Garnier. Elle travaille sur les formes du surréalisme hors les murs : dans la publicité, dans le design et l’architecture ou l’art contemporain — et s’intéresse également, à partir de son travail sur la nature, aux histoires naturelles, ainsi qu’aux relations entre littérature et médecine, en particulier aux modes de représentation de l’intériorité, entre psychologie et physiologie.

La séance aura lieu au Centre Censier Université Paris 3 Sorbonne nouvelle
en salle D11 (nouveau bâtiment à gauche en entrant sur le campus)
1er étage
13 rue Santeuil Paris 5e


Anne Simon

Responsable du programme "Animots"

More Posts

Vous aimerez aussi...