Géométrie de la nature | SPEscies | Paris | 18 avril 2018

Troisième conférence du cycle SPEscies

« Géométrie de la nature » – mercredi 18 avril 2018 au Centre André Chastel de 18h à 20h

 

La troisième conférence du cycle SPEscies portera sur la codification géométrique des représentations liées à la botanique et à la minéralogie. Au cours du XVIIIe siècle, dans l’optique de classifier, de rendre intelligible et de divulguer les connaissances et les collections inhérentes à ces disciplines, scientifiques et artistes stylisèrent le règne minéral et végétal, le soumettant à des règles mathématiques s’accordant à une philosophie scientifique ou à des buts uniquement pédagogiques. Maria Esmeral, historienne de l’art, et François Farges, professeur de minéralogie au Muséum, présenteront leurs dernières recherches sur la conception et le contexte de création de ces modèles qui conservèrent longtemps une forme iconique à la frontière des arts et des sciences.

 

Programme :

  • Maria Esmeral, « Illustration botanique en Nouvelle-Grenade. Au-delà de la mimesis »

La pratique du dessin des plantes dans le domaine scientifique s’inscrit – avant même l’apparition de la Botanique en tant que science – dans des canons de représentation spécifiques. L’image est en réalité un discours graphique qui répond aux critères de classification d’espèces propres à chaque époque. Entre 1783 et 1816, une expédition de la couronne espagnole en Nouvelle-Grenade fut l’occasion de produire un corpus d’illustration botanique exceptionnel ; il fut réalisé sous la direction du médecin, botaniste, mathématicien et théologien José Celestino Mutis. L’étude iconographique de ce corpus permet de dégager un contenu épistémologique profond et pluridisciplinaire. La revendication par le dessin des
paradigmes scientifiques permet d’affirmer que, dans le cas de ce corpus, la représentation surpasse
l’exercice de la mimesis.

 

Titulaire d’un master en Histoire de l’art de l’Université Paris-Sorbonne, son travail porte sur l’image dans le domaine scientifique au XVIIIe et au XIXe siècle, plus particulièrement l’illustration botanique. Elle s’intéresse aux canons iconographiques établis par les scientifiques dans leur discours graphique ; en d’autres termes, l’épistémologie de l’image dans son contexte idéologique d’origine. Avec une licence en Arts plastiques (Université des Andes, 2008) et une licence en Histoire de l’art (Université Paris-Sorbonne, 2015), ses recherches intègrent la connaissance pratique des techniques de représentation à la méthodologie d’analyse des œuvres. Tout dernièrement ses recherches se sont dirigées vers une étude de l’iconographie scientifique produite, au lendemain des Lumières, dans les nouvelles académies de l’Amérique Hispanique.

 

  • François Farges (MNHN), « Les modèles de cristaux au XVIIIe siècle : à la découverte de chefs-d’œuvre »

La fin du XVIIIe siècle voit fleurir divers naturalistes aux idées nouvelles mais limitées par la didactique : les échantillons restent rares, le plus souvent uniques ; leur représentation se heurte au défi de la lumière et des couleurs. Les naturalistes d’alors ont difficulté à décrire les échantillons et de les représenter d’une manière cohérente. De Romé de l’Isle à Haüy, la réalisation des modèles de cristaux réalisés au cours du XVIIIe siècle vont dès lors tenter de répondre aux achoppements des scientifiques. L’on pensait connaitre les collections de modèles de ces grands savants. C’était ignorer les ressources des collections du MNHN qui ont révélé depuis 2016 des corpus de modèles de cristaux qui avaient totalement été oubliés et qui permettent de comprendre les difficultés des naturalistes des Lumières. Nous avons également restitué les collections fondatrices de ces naturalistes, voir leurs modèles « iconiques » que l’on pensait perdus.

Professeur de minéralogie au Muséum national d’histoire naturelle depuis 2006, François Farges avait déjà étudié divers aspects de minéralogie environnementale, de la pollution de sols liés aux activités minières, nucléaires et industrielles à la corrosion de vitraux médiévaux en contexte urbain lorsqu’il était professeur à l’université de Stanford (USA) et directeur de recherches au Centre de Géologie de l’Ingénieur à Mines ParisTech. Membre honoraire de l’Institut Universitaire de France, François Farges oriente depuis ses recherches autour de la valorisation scientifique des collections françaises, notamment en ce qui concerne la maturation de la forme géométrique dans l’acceptation culturelle du « beau » en France : des gemmes taillées des joyaux de la Couronne de France aux modèles de cristaux des Lumières. Associant la mécanique quantique à la paléographie, ces travaux permettent de comprendre l’essor moderne de ces sciences.

 

Entrée libre, sans inscription 

Mercredi 18 avril 2018 de 18h à 20h

Au Centre André Chastel : Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, Paris 75002, salle INGRES (2 e étage)

Chaque séance est suivie d’un petit pot où l’auditoire est le bienvenu.


Infos pratiques & contacts
Informations sur les prochains séminaires sur le site du Centre André Chastel ou via spescies@gmx.fr
Organisation du séminaire : Olivier Vayron olivier.vayron@gmail.com
Commission scientifique : équipe SPEscies spescies@gmx.fr

Membres de l’équipe
Frédérique ANDRY-CAZIN | Santiago ARAGON | Thomas CAZENTRE | Dylan COURTIN | Jacques
CUISIN | François FARGES | Thierry LAUGÉE | Tanguy LE ROUX | Arnaud MAILLET | Olivier
VAYRON

Institutions et laboratoires partenaires
Sorbonne Universités | Sorbonne Université (Paris-Sorbonne, UPMC) | MNHN | BnF | Centre André
Chastel | LabEx EHNE | PLEMO3D.


Honorine Tellier

Rédaction et aide à la conception du carnet

More Posts

Vous aimerez aussi...