Vers un anthropomorphisme critique | Strasbourg | 8-9 nov. 2018

 

Colloque Interdisciplinaire Et International 2018. La rencontre homme-animal: vers un anthropomorphisme critique.

Strasbourg, 8-9 novembre 2018

Lieu : Amphithéâtre Alain Beretz, Nouveau Patio, Université de Strasbourg, 20 rue Descartes 67000 STRASBOURG

Ce colloque est organisé dans le cadre du programme de la Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme-Alsace (MISHA, Université de Strasbourg) 2017-2018 « La rencontre homme-animal au croisement de la religion, de la culture et de la science. Généalogie et perspectives » porté par Aurélie Choné et Catherine Repussard. Ce colloque se fait aussi, comme depuis deux ans, dans le cadre du master Ethique à spécialisation « Ethique et Droit de l’animal » du Centre Européen d’Enseignement et de Recherche en Ethique (CEERE, Université de Strasbourg). La dernière journée a lieu également dans le cadre du programme de formation recherche du Centre interdisciplinaire d’étude et de recherche sur l’Allemagne (CIERA) 2017-2019 « Circulations et renouvellement des savoirs sur la nature et l’environnement en France et en Allemagne : vers des Humanités environnementales.

 
Programme
 
Jeudi 8 novembre 2018

9h45 : Accueil et café

10h00 : Introduction

10h15 : Frédéric Joulian (EHESS Paris) – titre de la présentation à venir

11h00 : Frédéric Rognon (Université de Strasbourg)  – Anthropomorphisme et anthropocentrisme dans les textes bibliques : analyse critique d’un corpus scripturaire de référence pour les traditions judéo-chrétiennes.

11h30 : Anselm Oelze (LMU Munich) – Mind the gap !? Antropocentrism and Antropomorphism in the Later Middle Ages 

12h00 : Matthew Smyth (Université de Strasbourg) – Arbres, animaux et géants : des hybrides familiers enjambant les limites

 

12h30 : Déjeuner – Lunch Boxes à choisir pour les conférenciers invités (libre pour les participants)

 

14h00 : Annabel Vallard (CNRS Centre Asie du Sud-Est CASE/UMR 8170) – Ogres, chanteurs, joueurs et combattants. Anthropomorphismes et zoomorphismes croisés en Thaïlande

14h30 : Natalia Teuber-Terrones (Université de Strasbourg) – Mutations dans le sport hippique : repenser le rapport entre cheval et cavalier

15h00 : Marie-Amélie Forin-Wiart (IPHC, CNRS-Université de Strasbourg) –  Le chat : sa vie, son œuvre et ses idées reçues

15h30 : Pause café

16h00 : Lydie Parisse (Université de Toulouse) – Jean-Luc Parant. Des animaux et des hommes

16h30 : Présentation de posters par les étudiants du Master Éthique et Droit de l’animal

 

19h00 : Repas restaurant pour les conférenciers invités

 

Vendredi 9 novembre 2018

10h00 : Julie Dumonteil (Université de la Réunion) – L’animal éducateur ? De la specificité de l’Animal Homme dans les écrits de Nietzsche.

10h30 : Anne-Sophie Hillard (Université de Strasbourg) – Zoocène technologique et hybridité dans la Science-fiction: Demain les chiens de C.D. Simak et L’abolition des espèces de D. Dath ».

11h00 : Elisabeth Hamm (Université de Paris 3) – Le singe-soldat de Woyzeck : étude de la représentation de l’anthropomorphisme sur la scène germanophone contemporaine

11h30 : Stefan Hecht (Université de Strasbourg) – titre de la présentation à venir

 

12h00 : Déjeuner – Lunch Boxes à choisir pour les conférenciers invités (libre pour les participants)

 

14h00 : Thierry Groensteen (École européenne supérieure de l’image à Angoulême, Angoulême) –

Bande dessinée : une ambivalence constitutive. Pièges, ruses et richesse de l’hybridité

14h30 : Marie Peil et Cédric Sueur – (IPHC, CNRS-Université de Strasbourg) – La représentation des animaux dans la littérature de jeunesse

15h00 : Jean-Baptiste de Panafieu (Auteur et réalisateur indépendant) – L’invasion des pseudozoaires ou tentative de classification imaginaire des zooanthropes

15h30 : Clôture

Argumentaire: 

Les critiques de l’anthropomorphisme dans nos attitudes envers les animaux sont multiples. Elles peuvent s’attaquer à ses manifestations les plus naïves dans la littérature de jeunesse, les media, les documentaires animaliers ou les dessins animés. À un autre niveau, l’anthropomorphisme peut recouvrir des choix méthodologiques et épistémiques dans la culture savante à travers les siècles. Dans Comparer l’incomparable : des vertus et des limites de la comparaison hommes/primates (EHESS, 2012), Frédéric Joulian appelle à une réflexion sur les projections anthropomorphiques qui infléchissent notre regard non seulement dans les sciences de la nature, mais aussi dans les sciences de l’homme. Selon le diagnostic de Joulian, « le biais anthropomorphique est patent dans à peu près dans tous les travaux impliquant hommes et primates, ou même primates et primates, selon leur degré d’apparentement aux hommes. Ce biais doit cependant être évalué, pensé, assumé. » Un facteur explicatif majeur du biais anthropomorphique est l’asymétrie homme-animal, liée à la question de l’originalité humaine. Le christianisme médiéval a joué un rôle central dans le processus de démarcation des deux ordres, qui a abouti à la césure entre la transcendance de l’homme, créature d’exception car régi par la loi de la grâce, et le reste de la création, assujettie aux lois de la nature. L’anthropomorphisme serait ici un résultat de l’anthropocentrisme dominant dans la culture chrétienne.

Le poids de l’héritage chrétien ne doit pas masquer d’autres facteurs qui interviennent dans la complexité des enjeux liés à l’anthropomorphisme. Comme l’a montré F. Joulian, le débat se joue aussi sur le terrain de la hiérarchie des sciences et des régimes de scientificité. Dans la comparaison des comportements et des capacités des animaux humains et non-humains, le changement relativement récent d’univers de référence, des sciences de la culture vers les sciences de la nature, a généré deux dérives majeures : la naturalisation des caractéristiques humaines, et symétrique à celle-ci, l’anthropomorphisation des animaux. Il s’agirait dès lors de parvenir à un anthropomorphisme critique, à la fois lucide et assumé : tout en se fondant sur l’existence d’une parenté dans certaines capacités ou comportements des animaux humains et non humains, l’analyse ne désavoue pas le point de vue anthropologique qui la guide.

En dehors de sa dimension disciplinaire et épistémique, l’anthropomorphisme peut être aussi une attitude sociale et politique. Il répond alors à des motivations et stratégies diverses. Parmi les plus fréquentes, se trouvent celles liées à la défense de la cause animale. On peut chercher délibérément à accentuer les traits communs entre hommes et animaux afin de sensibiliser à la souffrance animale (« comme nous, ils sont capables de souffrir ») et induire ainsi un comportement plus respectueux de la part des hommes (Burgat, Baratay). De façon analogue, l’on peut attribuer aux animaux des statuts moraux ou juridiques calqués sur les normes qui régissent la société humaine, dans le but de garantir une défense plus efficace de leurs intérêts (Marguénaud). Dans les deux cas, il s’agit d’un anthropomorphisme que l’on peut qualifier d’instrumental en ce qu’il est reconnu comme moyen nécessaire à l’imposition de nouveaux cadres normatifs prenant en compte le bien-être animal. Un autre type d’anthropomorphisme, tout aussi stratégique, cherche à comparer les conditions de vie des animaux dans nos sociétés industrialisées avec des exemples historiques d’exploitation de certains groupes humains. Le régime esclavagiste, en tant qu’idéologie raciale et système économique, sert alors à politiser la cause animale en illustrant les dérives auxquelles peut conduire le spécisme. Dans le même ordre d’idées, la problématique comparaison avec les camps de concentration prétend apparenter l’abattage des animaux à la tentative d’extermination de tout un pan de la population européenne (Singer, Derrida, Coetzee, de Fontenay).

Ce colloque se propose de problématiser la question de l’anthropomorphisme dans les sciences de la nature, dans les sciences humaines et sociales, ainsi que dans la littérature et les arts. L’objectif est donc double : il s’agit d’abord d’évaluer les différentes approches disciplinaires, dans leurs épistémologies et méthodologies propres, afin de livrer un diagnostic de leurs regards sur l’animal ; deuxièmement, le colloque entend soulever la question de l’éventuelle inévitabilité d’une démarche anthropomorphique dès lors que l’on cherche à décrire des êtres aux capacités et aptitudes différentes des nôtres.

URL de référence : https://sites.google.com/site/droitetethiquedelanimal/ue-debats-ethique-animale/la-rencontre-homme-animal-vers-un-anthropomorphisme-critique

Responsables : Aurélie Choné et Catherine Repussard

Comité scientifique : Aurélie Choné (Maître de conférences HDR en études germaniques, Université de Strasbourg), Isabel Iribarren (Professeur en histoire et philosophie médiévales, Université de Strasbourg), Marie Pelé (Ingénieure de recherche en éthologie,  Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien, UMR 7178, CNRS-UDS), Catherine Repussard (Maître de conférences HDR en études germaniques, Université de Strasbourg), Cédric Sueur (Maître de Conférences, Département d’écologie, physiologie et éthologie, Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien, UMR 7178, CNRS-UDS)

 

Aurélie Choné : achone@unistra.fr

Isabel Iribarren : iribar@unistra.fr

Marie Pelé : contact@ethobiosciences.com

Catherine Repussard : repussardcatherine@wanadoo.fr

Cédric Sueur : cedric.sueur@iphc.cnrs.fr

Conditions de participation au débat:
 
Le colloque est gratuit et ouvert au public mais sous validation d’inscription.Votre inscription sera validée seulement après confirmation écrite du comité d’organisation par retour de mail. Ne l’oubliez pas, votre carte d’identité vous sera demandée à l’entrée en salle. L’organisation se donne le droit de refuser toute personne ne présentant pas un caractère approprié au bon déroulement des débats ou si le nombre d’inscrits dépasse la capacité de la salle. Les personnes inscrites acceptent que leur image et leur propos soient diffusés dans un cadre publique ou privée par voie de presse ou autre (site Web, télévision, etc.). Les actes de ce colloque feront l’objet d’une publication. Les repas sont à la charge des participants (hors conférencier invité). Le nombre de places est limitée à 118.

Ce colloque est soutenu par :

http://www.misha.fr/accueil.htm
https://ethique-alsace.unistra.fr/index.php?id=4530
https://www.unistra.fr/index.php?id=accueil
http://www.fondation-droit-animal.org/

Anne Simon

Responsable du programme "Animots"

More Posts

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 07/07/2018

    […] Programme complet : https://animots.hypotheses.org/7105? […]