Dialogues autour de l’œuvre de Karl Jacoby | Columbia Global Centers | Paris | 21 mai 2019

Journée d’études interdisciplinaire

Les failles de l’archive et la violence de l’histoire. Dialogues autour de l’œuvre de Karl Jacoby

Mardi 21 mai 2019, 9h-18h

Columbia Global Centers-Paris, Reid Hall, 4 rue de Chevreuse, 75006 Paris

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Langues : français et anglais

 

Organisateurs : Paul Pasquali et Benoît Trépied

Avec le soutien de l’IRIS, l’EHESS, Columbia Global Centers-Paris (Reid Hall) et des éditions Anacharsis.

 

Présentation générale

Depuis une vingtaine d’années, l’historien Karl Jacoby, professeur à Columbia University (New York), a produit l’une des œuvres les plus originales de la « borderlands history », ce courant de recherche, encore mal connu en France, qui place les régions transfrontalières – notamment entre Mexique et États-Unis – au cœur de la réflexion en sciences sociales sur les dynamiques de pouvoir et la formation des identités, des nations et des États. A partir de micro-histoires minutieusement situées, documentées, incarnées puis racontées avec un remarquable talent narratif, Karl Jacoby questionne des enjeux majeurs en sciences sociales comme les luttes autour des définitions et des appropriations légitimes des espaces naturels,, la violence coloniale et ses mises en récits, ou l’articulation problématique entre frontières nationales, sociales et raciales. Les trois ouvrages qu’il a publiés à ce jour (dont deux déjà traduits en français) répondent, par-delà leurs objets respectifs, à un méthodologie singulière et audacieuse: au commencement est l’étonnement de l’historien face à une source inattendue, étrange et énigmatique, qui ne « cadre » pas avec ses questions de départ ni avec les réponses apparemment « évidentes » qui se dégagent des archives, ou des travaux des spécialistes.

Ainsi, à l’origine de Crimes Against Nature, son premier livre publié en 2001 (actuellement en cours de traduction), Karl Jacoby « tombe » sur la lettre d’un Indien Havasupai qui se plaint la diminution du gibier depuis l’installation de gardes-chasse dans la région du Grand Canyon : c’est alors toute l’histoire oubliée des conflits survenus lors de la naissance des premiers parcs naturels américains qui surgit, bien loin de sa focalisation initiale sur la naissance du mouvement écologiste et du tourisme naturaliste aux États-Unis. Dans Des ombres à l’aube, son deuxième ouvrage (Grand Prix des Rendez-Vous de l’Histoire de Blois en 2014, paru en français aux éditions Anacharsis en 2013), il commence par examiner la façon dont Américains et Mexicains ont progressivement fixé la frontière internationale au sud de l’Arizona au XIXe siècle. Mais ses sources le ramènent sans cesse vers d’autres acteurs, en particulier les Apaches, qui vécurent des épisodes d’une extrême brutalité et dont les silences meurtris portent jusqu’à nos jours la trace indélébile. C’est finalement cette violence de l’histoire qui sera au cœur de son livre. Quant à L’Esclave qui devint millionnaire, son dernier ouvrage (paru en français aux éditions Anacharsis en 2018), il est le résultat d’un cheminement long et sinueux sur la trace d’un certain William Ellis ou Guillermo Eliseo, que Karl Jacoby a traqué pendant près de vingt ans le long de la frontière entre Mexique et Etats-Unis, rassemblant une à une les pièces d’un puzzle composé d’archives ténues, de faits ambigus et d’hypothèses sans cesse reformulées.

Cette journée d’études propose de réfléchir à la portée heuristique et aux usages possibles de cette œuvre dans les sciences sociales francophones, à travers une série de dialogues pluridisciplinaires entre Karl Jacoby et dix historien.ne.s, anthropologues, sociologues et politistes français.e.s. Karl Jacoby commencera par présenter sa trajectoire de recherche et l’évolution de ses approches méthodologiques et analytiques, puis trois sessions seront organisées autour de ses trois livres : Crimes Against Nature (discussions de Pauline Peretz, Johanna Siméant-Germanos et Nicolas Renahy), Des ombres à l’aube (discussions de Nicolas Mariot, Michel Naepels et Emmanuelle Perez-Tisserant), et L’Esclave qui devint millionnaire (discussions de Elisabeth Cunin, Julie Pagis et Paul Schor). Patrick Boucheron présentera un exposé en conclusion de la journée. Les discussions auront lieu en français ou en anglais.

 

Programme

9h – Café d’accueil

 

9h30 – Introduction

Paul Pasquali et Benoît Trépied

 

9h45 – Ouverture

Karl Jacoby

 

10h30 – Session 1 : Crimes Against Nature: Squatters, Poachers, Thieves, and the Hidden History of American Conservation (University of California Press, 2001)

Discutant.e.s :

Pauline Peretz (Université Paris 8)

Nicolas Renahy (INRA)

Johanna Siméant-Germanos (ENS)

 

12h30 – Pause-déjeuner

 

13h30 – Session 2 : Des ombres à l’aube. Un massacre d’Apaches et la violence de l’histoire (Penguin, 2008 ; Anacharsis, 2013)

Discutant.e.s :

Nicolas Mariot (CNRS)

Michel Naepels (CNRS/EHESS)

Emmanuelle Perez-Tisserant (Université Toulouse Jean Jaurès)

 

15h30 – Session 3 : L’Esclave qui devint millionnaire. Les vies extraordinaires de William Ellis (WW Norton & Co, 2016 ; Anacharsis 2018)

Discutant.e.s :

Elisabeth Cunin (CNRS)

Julie Pagis (CNRS)

Paul Schor (Université Paris Diderot)

 

17h15 – Conclusion

Patrick Boucheron (Collège de France)

 

Anne Simon

Responsable du programme "Animots"

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search