Catégorie : Parution

Alkemie n° 32 | L’animal | Classiques Garnier | 31 janv. 2024

Nous les avons méprisés, maltraités, exploités, ignorés. Nous nous sommes arrogé une supériorité criminelle. Nous avons sciemment piétiné leur singularité en les rangeant dans de vastes catégories. Nous les avons assignés à l’instinct, au « naturel », quand ce ne fut pas un ravalement au rang de la machine, pour nous réserver la conscience, le langage, les émotions, la culture, l’intelligence adaptative. Comme nous, pourtant, les animaux évoluent dans l’environnement qui est le leur et auquel ils s’adaptent, que cela vienne d’eux-mêmes ou d’une pression extérieure. Ils sont des êtres complexes, dotés d’une intelligence, d’une sensibilité, d’une culture et d’une personnalité. Quels leviers faut-il, par conséquent, activer pour extraire nos congénères de leur aveuglement et de leur égoïsme ? Insister, comme Elizabeth Costello, sur le scandale à l’égard de l’animal, mu par le défaut d’empathie qui conduit à des tueries de masse dans les abattoirs ? Amener, comme a su le faire notamment l’historien Éric Baratay, les sciences humaines à se décentrer et à prendre en considération le point de vue animal ? Se mobiliser pour traduire dans les termes de la loi les droits qu’il nous paraît indispensable d’attribuer aux animaux pour leur autoriser des conditions d’existence dignes de ce nom ?

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search