Diane de Camproger

Actuellement en deuxième année de doctorat de Langues et Littératures Françaises, (laboratoire LASLAR) à l’université de Caen, sous la direction  de Marie-Hélène Boblet.

Contactddcamproger@gmail.com

Co-fondatrice, avec Honorine Tellier, du réseau Cheval et Sciences Humaines, destiné à la promotion et la divulgation des études sur le cheval en sciences humaines et sociales.

 

Sujet de thèse : « Chevaux de papier : représentations de la figure équine dans le roman français contemporain, de l’entre-deux guerres à nos jours. »

Corpus : Paul Morand, Jean Giono, Claude Simon, Laurent Mauvignier, Richard Millet, Pierre Lemaître.

Cette thèse s’intéresse au cheval comme motif romanesque et comme « fait social », tel que défini par Daniel Roche dans Culture équestre de l’Occident, qui couvrait les siècles XVI à XVIII. Elle étudiera l’héritage de la figure du cheval et le devenir de la culture équestre au cours du XXe, à travers un corpus de romans qui illustrent et questionnent la mutation moderne de la société et les changements profonds du rapport de l’homme au monde, naturel et social, et à lui-même.

En effet, depuis la « Rossinante » de Don Quichotte, ou les « Houynhmms » rencontrés par Gulliver jusqu’au Cheval de Claude Simon, le cheval semble être une figure de choix, qu’il s’agisse de la guerre (très présente dans les textes de Claude Simon ; sous la forme d’officiers de cavalerie éprouvant des difficultés à se réadapter chez Paul Morand) ou de la vie rurale (dans les romans de Giono par exemple). Plus récemment, chez Richard Millet, Pierre Lemaître ou Laurent Mauvignier, elle met en valeur un lien qui semble manquer à l’homme, qu’il s’agisse de son rapport à la nature ou à l’altérité. Dans cette société de progrès et d’industrialisation, où la réalité virtuelle double le réel actuel, où les valeurs chevaleresques disparaissent peu à peu au profit du rendement économique, cet animal suscite une forte projection imaginaire et fantasmatique.

Pourtant, en dépit de l’imaginaire romantique européen – des thèmes équins comme celui de Mazeppa ont inspiré de nombreux artistes, de Byron à Victor Hugo en passant par Liszt, Tchaïkovski, ou Géricault –, et du travail d’éditeurs comme Jean-Louis Gouraud, du point de vue du domaine de la recherche littéraire, la figure équine n’a jamais été à l’origine que d’études majoritairement limitées aux seuls textes techniques, comme le montre l’Anthologie de la Littérature Équestre rassemblée par Paul Morand et rééditée par Jérôme Garcin aux éditions Actes Sud.

Cette thèse tentera donc de combler le manque d’études thématiques liées à la figure du cheval, envisagée aussi comme le témoin des mutations socio-économiques du XXe siècle. Elle s’inscrit par ailleurs dans le sillage des études animales portées en France par Anne Simon ou Jean-Marie Schaeffer, qui interrogent la façon dont les textes font penser et sentir la familiarité de l’humain et de l’animal, et examinent l’incidence, sur l’écriture littéraire, de cette nouvelle appréhension.

 

Cursus :

2016 – en cours: Doctorat en Langues et Littératures françaises, sous la direction de la Pr Marie-Hélène Boblet, UniCaen

2012-2013 : Master Spécialisé en Sciences et Management de la Filière Equine (MESB), Agrosup Dijon – Haras du Pin – Université du Kentucky

2010-2012 : Master de Recherche en Littérature Générale et Comparée, mention Très Bien. Université la Sorbonne Nouvelle – Paris III, sous la direction du Pr Philippe Daros. Thématiques abordées : l’événement, la possibilité d’agir, l’art comme moyen d’expression, le sacré, le non-verbal ; humanité vs animalité, la bestialité ; individu vs communauté, la notion de libre-arbitre ; récits de guerre et de témoignages

2007-2010 : Licence de Lettres Modernes, mention Bien. Université la Sorbonne Nouvelle – Paris III

2007-2009 : DEUG de Lettres étrangères appliquées, dominante ANGLAIS, Université la Sorbonne Nouvelle – Paris III

2005 : Baccalauréat série Littéraire

Honorine Tellier

Rédaction et aide à la conception du carnet

More Posts