Étiqueté : écologie

Julien des Monstiers : « Dehors Dedans » | Domaine national de Chambord | 26 mai – 3 novembre

Cette année, le Domaine national de Chambord invite l’artiste Julien des Monstiers pour l’exposition Dehors Dedans du 26 mai au 3 novembre. Plus d’une trentaine d’œuvres, dont une grande partie a été produite pour l’occasion, seront exposées au deuxième étage du château. Le public pourra découvrir un travail représentatif de la diversité de la production de l’artiste, engageant un dialogue étroit avec le monument et son histoire : animaux sauvages, réels ou fantastiques, tapis et tapisseries, paysages, fragments d’architecture ou encore réinterprétations de la célèbre scène de saint Georges terrassant le dragon.

Théodore Rousseau | “La Voix de la forêt” | Petit Palais | mars – juillet 2024

Le Petit Palais présente au printemps 2024 une grande exposition consacrée au peintre Théodore Rousseau (1812-1867), qui a fait de la nature son motif principal, son monde et son refuge. Devenu chef de file de la colonie d’artistes qui fréquente le village de Barbizon et la forêt de Fontainebleau, il arpente la forêt solitairement, durant de longues heures, exécutant des esquisses sur le motif avant de réaliser ses œuvres définitives dans son atelier.
Son amour de la nature se transforme bientôt en combat et, à ce titre, il peut être considéré comme un véritable proto-écologiste.

Alkemie n° 32 | L’animal | Classiques Garnier | 31 janv. 2024

Nous les avons méprisés, maltraités, exploités, ignorés. Nous nous sommes arrogé une supériorité criminelle. Nous avons sciemment piétiné leur singularité en les rangeant dans de vastes catégories. Nous les avons assignés à l’instinct, au « naturel », quand ce ne fut pas un ravalement au rang de la machine, pour nous réserver la conscience, le langage, les émotions, la culture, l’intelligence adaptative. Comme nous, pourtant, les animaux évoluent dans l’environnement qui est le leur et auquel ils s’adaptent, que cela vienne d’eux-mêmes ou d’une pression extérieure. Ils sont des êtres complexes, dotés d’une intelligence, d’une sensibilité, d’une culture et d’une personnalité. Quels leviers faut-il, par conséquent, activer pour extraire nos congénères de leur aveuglement et de leur égoïsme ? Insister, comme Elizabeth Costello, sur le scandale à l’égard de l’animal, mu par le défaut d’empathie qui conduit à des tueries de masse dans les abattoirs ? Amener, comme a su le faire notamment l’historien Éric Baratay, les sciences humaines à se décentrer et à prendre en considération le point de vue animal ? Se mobiliser pour traduire dans les termes de la loi les droits qu’il nous paraît indispensable d’attribuer aux animaux pour leur autoriser des conditions d’existence dignes de ce nom ?

Gilles Aillaud | “Animal politique” | Centre Georges Pompidou – Paris | 4 oct. 2023 – 26 févr. 2024

Interrogé sur son choix de ne peindre presque exclusivement que des animaux, Gilles Aillaud répondait : « parce que je les aime ». Contemporaines des premières œuvres Pop, de leur fascination, plus ou moins distante, pour les produits de la consommation et la communication de masse, les peintures de Gilles Aillaud (disparu en 2005) n’ont rien d’exotique.

Écologies visuelles. Expérience et vie des images à l’heure du capitalocène | remise des propositions avant le 08 avril 2024 | Université de Strasbourg | 21-24 janv. 2025

Écologie des images, images de l’écologie, impact écologique des images… l’hypothèse heureuse formulée pour ce colloque international consiste à penser ensemble ces grandes directions que fait naître le rapprochement entre d’une part la question des images et de leur circulation, d’autre part notre situation climatique et environnementale.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search