Étiqueté : philosophie

Alkemie n° 32 | L’animal | Classiques Garnier | 31 janv. 2024

Nous les avons méprisés, maltraités, exploités, ignorés. Nous nous sommes arrogé une supériorité criminelle. Nous avons sciemment piétiné leur singularité en les rangeant dans de vastes catégories. Nous les avons assignés à l’instinct, au « naturel », quand ce ne fut pas un ravalement au rang de la machine, pour nous réserver la conscience, le langage, les émotions, la culture, l’intelligence adaptative. Comme nous, pourtant, les animaux évoluent dans l’environnement qui est le leur et auquel ils s’adaptent, que cela vienne d’eux-mêmes ou d’une pression extérieure. Ils sont des êtres complexes, dotés d’une intelligence, d’une sensibilité, d’une culture et d’une personnalité. Quels leviers faut-il, par conséquent, activer pour extraire nos congénères de leur aveuglement et de leur égoïsme ? Insister, comme Elizabeth Costello, sur le scandale à l’égard de l’animal, mu par le défaut d’empathie qui conduit à des tueries de masse dans les abattoirs ? Amener, comme a su le faire notamment l’historien Éric Baratay, les sciences humaines à se décentrer et à prendre en considération le point de vue animal ? Se mobiliser pour traduire dans les termes de la loi les droits qu’il nous paraît indispensable d’attribuer aux animaux pour leur autoriser des conditions d’existence dignes de ce nom ?

Animal Culte | Pierre Olivier Dittmar & Vanessa Manceron (dir.) | “Carnets de Terrain” | remise des propositions le 2 sept. 2024 | publication sept. 2025

Des cochons d’Inde, des perruches, des chiens, des chats, assistent ensemble, presque paisiblement, à une messe à Rome ; ailleurs des pratiques de sépultures et de funérailles animales se développent, et des cérémonies de mariages entre animaux domestiques sont célébrées. Alors que certains cherchent à rentrer en dialogue avec leurs compagnons animaux défunts, d’autres militent pour faire reconnaitre leur place dans la Résurrection finale. Dans le même temps, des boutiques spécialisées proposent de la bière, des gâteaux et des cadeaux permettant de fêter des anniversaires aux espèces compagnes. Au-delà de l’Occident, de nouvelles formes de rituels articulent également des pratiques anciennes aux préoccupations nouvelles soucieuses du bien-être animal. Tel milliardaire chinois va acheter un abattoir pour en libérer les porcs et s’assurer ainsi des mérites pour sa prochaine ré-incarnation (pratique du fangsheng), quand Hideo Hawasaki, professeur de biologie à l’Université de Tokyo organise tous les ans des cérémonies shintô d’hommage aux cellules sacrifiées sur l’autel de la science.

Gilles Aillaud | “Animal politique” | Centre Georges Pompidou – Paris | 4 oct. 2023 – 26 févr. 2024

Interrogé sur son choix de ne peindre presque exclusivement que des animaux, Gilles Aillaud répondait : « parce que je les aime ». Contemporaines des premières œuvres Pop, de leur fascination, plus ou moins distante, pour les produits de la consommation et la communication de masse, les peintures de Gilles Aillaud (disparu en 2005) n’ont rien d’exotique.

Jade Duviquet, Cyril Casmèze et Vincent Lecomte | La compagnie du Singe debout : incarner l’autre vivant | Carnet Animots | nov. 2023

La compagnie du Singe debout est le fruit de la rencontre entre Jade Duviquet et Cyril Casmèze. Plus de vingt ans de complicité permirent la création de nombreux spectacles ayant pour dénominateur commun d’interroger ou plutôt de laisser s’exprimer les animaux dont nous sommes habités. S’adressant aux publics les plus variés, la compagnie propose de jouer avec les images – ou de s’en jouer – que nous nous faisons d’un bestiaire familier et qui pourtant, d’une certaine façon, reste inaccessible. Hérités autant du théâtre que de l’observation zoologique, à la croisée du jeu, voire d’autres arts, et de la communication scientifique, ces spectacles donnent à voir un corps humain comme visité par l’esprit d’un autre vivant. En effet, l’animalisation de Cyril, que Jade met en scène et avec laquelle elle dialogue ou à laquelle elle se confronte, au-delà du trouble qu’elle peut causer, incite à la réflexion sur ce qui dans nos représentations ordonne notre relation aux altérités animales.

Workshop : At the Limits of Imagination : Otherness in Humans and Non-Human Animals  | University of Vienna | date de remise des propositions 1er fév. 2024 | sep. 26-28 2024

This two-and-a-half-day-workshop will take place at the Department of Philosophy at the University of Vienna as part of the project “The Limits of Imagination: Animals, Empathy, Anthropomorphism” (P 35137-G; funded by the FWF, Austria). It will focus on the possibilities and limits of imagination and empathy with regards to humans and non-human animals, and on the tensions inherent in comparing or comparatively analyzing both groups. The organizers invite scholars from all areas of philosophy, for instance, feminist and political epistemology, (critical) phenomenology, animal studies, political theory, philosophy of mind, critical studies of race and disability, and ethics; also, contributions from related fields such as sociology, political sciences or psychology are most welcome.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search