Étiqueté : photographie

Tou Yun-Fei et Vincent Lecomte | Des chiens et des hommes | Carnet Animots | déc. 2023

Tou Yun-Fei a d’abord travaillé comme photojournaliste professionnel pour se tourner à partir de 2010 vers la photographie d’art. Son œuvre s’intéresse à diverses questions sociales ayant pour contexte Taïwan, où il vit et travaille. La série de photographies intitulée « Memento Mori », réalisée en 2011 et 2012, offre une galerie de portraits poignante. Elle présente des chiens tantôt en « buste » tantôt en pied – ou en patte – sur fond gris uni, de face ou de trois-quarts, regardant parfois l’objectif. Mais ce qui intrigue, en dehors de cette tristesse qui souvent semble émaner du regard des chiens, c’est l’allure décharnée de leur corps. De plus, des titres énigmatiques accompagnent chaque photographie : date, heure, lieu et surtout cette formule glaçante qui vient irrémédiablement les conclure : « time until euthanized » suivie de l’indication d’une durée précise.

Vincent Deville et Rodolphe Olcèse dir. | L’art et les formes de la nature | nov. 2023

Les 25 contributions de chercheurs et d’artistes qui composent le volume L’Art et les formes de la nature viennent mettre en évidence en quoi les liens qui nous attachent à la nature sont constitutifs de notre manière d’habiter et de penser le monde. À travers un ensemble thématique qui se structure en cinq grandes questions, il s’agit ainsi de montrer comment la nature peut – et sans doute doit désormais – constituer à la fois l’origine et le terme de pratiques artistiques soucieuses de penser les figures de l’humain et du monde selon un paradigme débarrassé des logiques d’emprise et de prédation et susceptibles de nous aider à concevoir, pour les générations qui viennent, un avenir soutenable et désirable.

Le Singe debout | Ces autres, qu’ont-ils à nous dire ? | Inauguration d'”Homo Bestia” d’Emma Barthère | Musée de Vernon | 14 octobre 2023

En écho à l’exposition de l’artiste Emma Barthere, la Cie du Singe Debout incarne dans les salles du Musée tout un bestiaire dans des métamorphoses animales et musicales, interroge notre rapport au vivant et évoque la 6ème extinction sur fond de liste rouge des espèces en voie de disparition.

Magali Lambert | Les vies secrètes de l’ordinaire | Niort | juin-oct. 2023

Au seuil de cette exposition, nous pourrions nous livrer à un inventaire à la Prévert. Mais ici, méfions-nous des apparences : les choses ordinaires y ont une vie, et pas n’importe laquelle.

Celle que leur insuffle Magali Lambert.

Commençons par dire que l’artiste est une glaneuse. Elle recueille, préserve, sauvegarde ce dont nous ne nous voulons plus, objets délaissés, au rebut, oubliés. Gardienne de ces vestiges, après cette mission qu’on pourrait qualifier de salvation d’une inéluctable disparition, elle leur donne une existence nouvelle, les détournant de leur usage comme de leur identité première.

Magali Lambert et Vincent Lecomte | Les jamais morts | fév. 2023

Collectant et collectionnant des objets oubliés, s’attachant à des êtres sans visibilité ou sans vie, entre assemblages délicats et tracés presque enfantins, Magali Lambert accueille sur une scène parallèle ces corps perdus pour la patrie des hommes. Héritière de Baudelaire et de Celan, c’est peut-être, d’œuvre en œuvre, de médium en médium, les frêles silhouettes de l’abandon que Magali Lambert tente inlassablement de rédimer et de magnifier.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search