Étiqueté : végétaux

Planetary Art | Séminaire collectif | Yolaine Escande, LIN Chi-Ming et Johanna Liu | IPAA | mars-juin 2024

Dans le contexte de la crise du changement climatique provoquée par la suractivité et la surproduction humaines, que peuvent nous apporter les artistes ? Ceux-ci ont en effet créé une sorte de mouvement, appelé « l’art planétaire », qui revisite complètement nos rapports à la nature.

La question que pose l’art planétaire n’est plus seulement celle de la globalisation ou de la mondialisation, des échanges interculturels, mais aussi celle de la planète, de nos relations en tant qu’humains à la nature. Il s’agit ainsi d’interroger les interdépendances planétaires.

Tom Tirabosco et Vincent Lecomte | Créer l’histoire d’une écologie heureuse | Carnet Animots | oct. 2023

Tom Tirabosco, italien d’origine, suisse d’adoption, est un artiste mondain. Mais certainement pas au sens où il se revendiquerait de quelque société privilégiée, tout au contraire. Tom Tirabosco est d’abord un être au monde. Depuis près de trente ans, sa pratique artistique, et notamment le dessin au pastel, à l’encre et à la mine de plomb, exprime, à travers la bande dessinée, l’illustration, l’animation et autres déclinaisons, le souci de (re)placer les corps dans un environnement prenant tantôt la forme d’une nature luxuriante, tantôt celle de ténébreux espaces rapprochés. S’accompagnant d’un bestiaire varié et hybride, il œuvre beaucoup pour les enfants, mais également pour un plus large public, n’ayant de cesse de sensibiliser à une conscience écologique autant qu’à une justice sociale.

Nicolas Pirus | Mémoires de plantes | Creux de l’enfer | Thiers | juin-sept. 2023

Mûrier de Chine, ébène du Gabon, buis de Perse ou encore frêne, genêt, les lierre, ronce et ortie sont autant de plantes qui ont croisé les histoires de Thiers et de Saint-Étienne et parfois s’y sont implantées. A travers leurs usages se révèlent des mémoires, intimes et collectives, mises en valeur au sein de l’exposition de Nicolas Pirus.

Dying Still Lifes/Natures mourantes | Miranda | avril 2023

L’art et la littérature peuvent nous aider à mettre fin aux séparations ontologiques – matière inerte contre vie organique, monde humain contre monde non humain – sur lesquelles reposent notre tradition et notre mode de pensée modernes. En effet, les artistes, les écrivains et les poètes ont souvent révélé la vitalité énergétique inhérente à toutes les choses et à leurs réseaux de relations complexes et dynamiques. Ils choisissent de représenter les corps morts ou mourants des animaux par des descriptions dynamiques et animées peuvent nous aider à renoncer à l’idée que les humains sont distincts du reste du monde.Ils suggèrent d’en finir avec l’idée que nous sommes entourés d’un environnement dont nous sommes séparés et de reconnaître que nous interagissons avec d’autres entités naturelles, même au-delà de la mort.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search