Étiqueté : Vivant

Théodore Rousseau | “La Voix de la forêt” | Petit Palais | mars – juillet 2024

Le Petit Palais présente au printemps 2024 une grande exposition consacrée au peintre Théodore Rousseau (1812-1867), qui a fait de la nature son motif principal, son monde et son refuge. Devenu chef de file de la colonie d’artistes qui fréquente le village de Barbizon et la forêt de Fontainebleau, il arpente la forêt solitairement, durant de longues heures, exécutant des esquisses sur le motif avant de réaliser ses œuvres définitives dans son atelier.
Son amour de la nature se transforme bientôt en combat et, à ce titre, il peut être considéré comme un véritable proto-écologiste.

Penser l’intelligence animale aux XIXe et XXe siècles (arts, littérature, sciences) | Martine Lavaud | EDSTS – EDSHS | Université de Picardie, d’Artois et Côte d’Opale | janv. – juin 2024

À l’heure de l’expansion de l’intelligence artificielle vouée, dans les fantasmes collectifs, à « remplacer » l’intelligence humaine, une sensibilité particulière aux spécificités de l’intelligence animale se développe, comme par contre-réaction. Inscrit dans le cadre du projet HIDEIA (Histoire de l’Intelligence. Définitions. Esthétiques. Imaginaires. Applications), le présent séminaire interdisciplinaire se propose d’explorer les différents modes de représentation et de compréhension littéraire de l’intelligence animale dans ses relations avec les représentations artistiques et scientifiques telles que le siècle de Darwin a pu contribuer à les renouveler.

Planetary Art | Séminaire collectif | Yolaine Escande, LIN Chi-Ming et Johanna Liu | IPAA | mars-juin 2024

Dans le contexte de la crise du changement climatique provoquée par la suractivité et la surproduction humaines, que peuvent nous apporter les artistes ? Ceux-ci ont en effet créé une sorte de mouvement, appelé « l’art planétaire », qui revisite complètement nos rapports à la nature.

La question que pose l’art planétaire n’est plus seulement celle de la globalisation ou de la mondialisation, des échanges interculturels, mais aussi celle de la planète, de nos relations en tant qu’humains à la nature. Il s’agit ainsi d’interroger les interdépendances planétaires.

Alkemie n° 32 | L’animal | Classiques Garnier | 31 janv. 2024

Nous les avons méprisés, maltraités, exploités, ignorés. Nous nous sommes arrogé une supériorité criminelle. Nous avons sciemment piétiné leur singularité en les rangeant dans de vastes catégories. Nous les avons assignés à l’instinct, au « naturel », quand ce ne fut pas un ravalement au rang de la machine, pour nous réserver la conscience, le langage, les émotions, la culture, l’intelligence adaptative. Comme nous, pourtant, les animaux évoluent dans l’environnement qui est le leur et auquel ils s’adaptent, que cela vienne d’eux-mêmes ou d’une pression extérieure. Ils sont des êtres complexes, dotés d’une intelligence, d’une sensibilité, d’une culture et d’une personnalité. Quels leviers faut-il, par conséquent, activer pour extraire nos congénères de leur aveuglement et de leur égoïsme ? Insister, comme Elizabeth Costello, sur le scandale à l’égard de l’animal, mu par le défaut d’empathie qui conduit à des tueries de masse dans les abattoirs ? Amener, comme a su le faire notamment l’historien Éric Baratay, les sciences humaines à se décentrer et à prendre en considération le point de vue animal ? Se mobiliser pour traduire dans les termes de la loi les droits qu’il nous paraît indispensable d’attribuer aux animaux pour leur autoriser des conditions d’existence dignes de ce nom ?

Jade Duviquet, Cyril Casmèze et Vincent Lecomte | La compagnie du Singe debout : incarner l’autre vivant | Carnet Animots | nov. 2023

La compagnie du Singe debout est le fruit de la rencontre entre Jade Duviquet et Cyril Casmèze. Plus de vingt ans de complicité permirent la création de nombreux spectacles ayant pour dénominateur commun d’interroger ou plutôt de laisser s’exprimer les animaux dont nous sommes habités. S’adressant aux publics les plus variés, la compagnie propose de jouer avec les images – ou de s’en jouer – que nous nous faisons d’un bestiaire familier et qui pourtant, d’une certaine façon, reste inaccessible. Hérités autant du théâtre que de l’observation zoologique, à la croisée du jeu, voire d’autres arts, et de la communication scientifique, ces spectacles donnent à voir un corps humain comme visité par l’esprit d’un autre vivant. En effet, l’animalisation de Cyril, que Jade met en scène et avec laquelle elle dialogue ou à laquelle elle se confronte, au-delà du trouble qu’elle peut causer, incite à la réflexion sur ce qui dans nos représentations ordonne notre relation aux altérités animales.

Revue Immersion 8 | “Esprits animaux” | nov. 2023

Ce huitième numéro d’Immersion sera consacré au thème des Esprits Animaux.

Ils sont partout dans les jeux vidéo. Tantôt compagnons ou menaces agressives, souvent simples ressources, on nous demande en général de les affronter, de les élever ou de les collectionner, plus rarement d’écouter leurs conseils ou de les incarner.

Notre rapport au règne animal touche pourtant à ce qu’il y a de plus profond en nous. À nos émotions primaires, à certaines de nos interrogations les plus brûlantes sur la nature même de ce qui définit l’humanité. À l’heure de l’urgence écologique, il paraît de plus en plus évident que nous ne pouvons pas exister sans eux, et sans redéfinir notre relation.

Comment les jeux vidéo peuvent ils nous aider à repenser notre rapport aux animaux ? Comment parviennent ils à modéliser des formes d’intelligence et de dialogue avec le non-humain ? Et à nous permettre d’imaginer de nouvelles manières d’interagir avec les autres ?

Les animaux dans les littératures contemporaines de langue française : approches zoopoétiques et écopoétiques | remise des propositions avant le 31 janv. 2024 | Université de Cluj-Napoca, Roumanie | 30 mai – 1er juin 2024

Ce colloque se propose par conséquent d’interroger les littératures contemporaines d’expression française afin de découvrir dans quelle mesure elles héritent de l’anthropocentrisme pluriséculaire ayant régi la mise en scène des animaux, et jusqu’où elles transmettent une vision plus juste de ces derniers, permettant d’entrevoir la subjectivité et l’altérité radicale de l’animal. Nous nous demanderons jusqu’où « la fin de l’exception humaine » et les mutations contemporaines dans la réflexion sur le vivant promues par la philosophie, les sciences cognitives ou les humanités environnementales se reflètent dans la production littéraire contemporaine. Pour reprendre le titre de l’essai de Vincent Lecomte, nous examinerons la littérature « à l’épreuve de l’animal », articulant les dimensions écologiques, sociales, politiques et culturelles qui accompagnent l’illustration des bêtes dans la fiction.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search