Zoopoétique

Présentation de la zoopoétique

La zoopoétique est une approche littéraire des textes fondée sur un renouvellement des interfaces avec des disciplines relevant des sciences humaines et sociales tout comme des sciences du vivant

Son objectif est de mettre en valeur la pluralité des moyens stylistiques, linguistiques, narratifs, rythmiques et thématiques que les écrivains mettent en jeu pour restituer la diversité des comportements, des affects et des mondes animaux, tout comme la richesse des interactions entre bêtes et humains. Elle interroge donc à nouveaux frais les tempos et les phrasés, les effets de liste ou d’ellipses, les structurations narratives et syntaxiques, les alternances de points de vue, les innovations topiques, bref cet ensemble de manières d’écrire qui permettent à un auteur d’engager le lecteur dans le monde d’une bête singulière ; qui lui permettent, aussi, souvent, de lui évoquer comment ce monde lui échappe – la fuite sans traces de Moby Dick apparaît sur ce plan comme paradigmatique du rapport entre langage littéraire et esquive animale.

Un paradoxe apparent fonde le rapport entre la création poétique et la vie d’une bête

Rien ne semble en effet plus spécifiquement humain que le langage créatif et imaginaire, ce « langage opérant », « à la deuxième puissance », dirait Merleau-Ponty, qu’est la littérature : portant la langue à son plus haut degré de figuralité, de polysémie et de complexité, elle peut apparaître comme le comble du langage, et d’une certaine manière (provisoirement logocentrique), le comble de l’humain. Pourtant, la complexité linguistique à l’œuvre au sein de la littérature n’est pas un obstacle à l’expression de l’altérité, mais son moyen le plus assuré – l’altérité en question étant par ailleurs tout relative, si l’on accepte pleinement les origines cellulaires communes de l’ensemble du vivant, ou, d’un point de vue théologique, cette vive unité de la Création qui empêche l’innocent Salomon, chez Albert Cohen, de tuer un moustique…

Pour ne donner que quelques pistes, la projection de soi dans l’autre à travers l’écriture ou la lecture, la mise en veille de notre centrage subjectif au profit d’une interaction bien réelle avec des personnages imaginaires, la polyphonie et le dialogisme romanesques, l’élan pur de l’instantané poétique, la présence d’animaux ou l’incarnation de modes d’être différents sur scène fonctionnent comme des mises en pratique familières de sortie de soi, comme des actions nous menant, nous humains, vers d’autres façons de séjourner. Il est dès lors avec la zoopoétique moins question de « faire venir à nous » les bêtes que « d’aller à elles, de pénétrer dans leurs monde » (É. de Fontenay) – le langage créatif permet sinon de changer de peau du moins de voisiner et de croiser ces tout autres que sont nos plus proches. « À la place de » : la formule qu’emploie Deleuze dans son Abécédaire est à prendre dans son sens le plus riche, le plus charnel, le plus dé-routant – « pour », « en lieu de », mais aussi « dans le territoire de », « dans le monde de », voire « avec le corps de » car même si « on ne devient pas chien » on peut « faire corps avec l’animal, un corps sans organes défini par des zones d’intensité ou de voisinage ». Il se pourrait bien que cette expérience de méprise et de déprise enclenche sur la question cruciale d’une capacité, pour l’écrivain, à faire varier ses plans, son séjour, son oikos.

Le déplacement est donc au cœur de la zoopoétique 

Attentive aux autres disciplines qui placent les bêtes au centre de leur réflexion, elle tente de cerner ce qui en elles fait débat, fonctionne comme enjeu, comme verrou, comme point aveugle ou comme moteur, pour alimenter une vision rénovée de la littérature. Si des croisements avec la philosophie, l’histoire ou la sociologie ne sont pas totalement inédits, des disciplines comme l’éthologie, la zootechnie, la biosémiotique, la mésologie, l’éthique, l’anthropologie ou le droit fonctionnent en revanche comme des points d’appui ou de déport plus inattendus. Ces appels d’air qui sont aussi des prises de contact avec des méthodologies construisant autrement leur objet d’étude permettent de reconfigurer les canons littéraires en s’intéressant à des œuvres ou à des genres méconnus, d’examiner selon une focale originale des textes déjà très travaillés, ou de s’intéresser à des sujets non remarquables dans le noble système des études littéraires tel qu’il s’est constitué depuis le dix-neuvième siècle. Ces études ont en effet été longtemps attentives à l’humain, à la ville, au progrès, à l’Histoire, au sublime davantage qu’aux bêtes, à la campagne, à la chasse, aux ménageries, à l’élevage industriel, aux extinctions d’espèces, à l’évolutionnisme, à la souffrance ou aux comportements animaux, mais aussi à l’animalisation des victimes et à la bestialité des bourreaux humains, pour ne citer que quelques pistes d’étude qui constituent pourtant des objets sociaux et des enjeux cognitifs fondamentaux depuis un siècle et demi.

L’heure est venue où la question de « l’animalité » s’est révélée caduque, tant elle renvoie au laminage de la généralité et à l’abstraction mortifère du concept non producteur – pensons aux propos de Jacques Derrida, Élisabeth de Fontenay, Florence Burgat, Dominique Lestel, Vinciane Despret ou Jean-Christophe Bailly. La zoopoétique veut montrer que la littérature, par sa capacité à l’individuation d’une bête, sa fascination (parfois métalinguistique) pour les organismes hétérogènes et les hybridations, son attention aux partages sensibles et affectifs entre animaux et humains, son souci pour des milieux singuliers et des écosystèmes complexes et fragiles apporte un savoir – et non pas simplement une représentation – spécifique et novateur sur le vivant. La zoopoétique est une zoopolitique et une zoopoéthique.

Anne Simon, CNRS (Centre de recherches sur les arts et le langage, CNRS/EHESS)

Honorine Tellier

Rédaction et aide à la conception du carnet

More Posts